Dissertation

 Par amangar zineb  (?)  [msg envoyés : 3le 29-12-10 à 13:14  Lu :2627 fois
     
  
 accueil

DISSERTATION : « Pas soi-même en vérité, est fait le mal »
BOUDDHA.
Pour Rousseau, les origines du mal ne sont ni la nature de l’homme, ni Dieu, elle résultent d’une mauvaise orientation de l’homme d’une déformation sociale de sa nature .Ce qui n’est pas loin chez Bouddha qui s’interroge que « Pas soi-même en vérité, est fait le mal » .Cela signifie que l’autre est responsable du mal. Ce qui nous ramène à poser cette question quel lien y-a-t-il entre le mal et l’autre ? Pour répondre à cela, l’accent sera mis initialement sur que le mal est un statut humai, ensuite nous verrons ainsi que le mal ne fut pas crée par soi mais par la nature. Points que nous considérons bien sur à la lecture de Macbeth de Shakespeare et la profession de foi de Rousseau.
L’homme seul parte la responsabilité des maux c’est l’autre qui est cause de ses vices, lors que l’autre fuit de sa conscience, Il se sépare de sa nature .Rousseau le dit explicitement dans sa profession de foi : n’est que l’autre est libre, il prend conscience de sa dignité avec le mal et que ce dernier effet de l’action de l’homme c’est la liberté de soi qui est responsable du mal. Affirmer que le mal naît de notre liberté. Le soi qui fait objectivement du mal à ses semblables en espérer toujours du bien pour lui. Ainsi, Macbeth a de bonnes raisons de tuer le roi, ce personnage évolue dans une folie de meurtre .Ceci montre qu’une fois le mal installé dans l’esprit de l’autre, ce dernier accomplit le mal en soi même, Des lors se pose la question de la responsabilité de soi.
La liberté de l’homme entraîne la possibilité d’un mauvais usage de cette liberté , donc la possibilité du mal se trouve dans la souffrance .Il est claire que l’homme est le créature de ses propre maux .Chaque forme du mal à des responsabilités humaines .C’est difficile de comprendre mais rien d’autre que les hommes et des maux qui résultent de l’action des hommes .En fin de compte l’homme ne cherche plus l’autre du mal, cet auteur, c’est toi-même » ainsi les maux revient à valoriser la liberté humaine, car tout ce que l’homme accomplit dépend de lui. Portant il est difficile de rattacher toutes les formes du mal à la liberté de l’homme. En ce point de Macbeth de Shakespeare, Macbeth seul porte la responsabilité des maux dont il a commit. Ainsi quand les sœurs fatales saluent Macbeth trois titres différentes, Macbeth a la liberté de choisir, soit d’attendre jusqu'à ce qu’être roi ou de consulter les sorcières qui est a cause d’elles il arrive à commettre la série des meurtres.
Ni la liberté de l’autre, ni les erreurs humaines qui ont fait le mal, mais il provoque d’une destruction de l’harmonie et de l’unité de la nature.
Il ne fait aucun doute que le mal est clairement désigné comme appartenant à la nature c'est-à-dire une matière force qui participe au monde. Cette prédominance rend l’homme esclave du mal. C’est a cause des éléments de la nature que Macbeth arrive a commettre les crimes qu’il n’aurait jamais commis s’il avait été seul. De même pour les sorcières qui utilisent pour crée le mal les éléments provenant de la nature alors elles constituent des représentations des forces maléfiques. Concernant le mal qui vient de la nature, le jeune homme qui a accompagné le vicaire savoyard interprète l’existence du mal sur terre. Ce jeune homme « réduit à la plus grande misère » change de religion pour avoir suivi les lois de la nature.
L’autre n’est pas responsable du mal, mais ce dernier naît des éléments de la nature. La puissance du mal tient une grande partie dans la nature. Elle apparaît comme un concept de cette nature. C’est probablement autour du personnage de Lady Macbeth interroge les liens entre la nature et le mal, elle invoque les esprits du mal qu’ils lui permettent de changer la nature et d’accomplir le crime. Le mal peut aussi se trouver dans la continuité de la pensée de Rousseau : Le vicaire explique la nature du mal. Reste à comprendre que nous actions qui nous rend malheureux et méchant.
Macbeth et la Profession de foi de Vicaire Savoyard posent une problématique à propos des origines des maux. Mais la question à résoudre supposait que l’on s’interroge sur le rapport du mal et la nature de soi.
ZINEB AMANGAR
CPGE REDA SLAOUI
AGADIR.

  



Vous aimez cet article ?
Partagez-le sur


 Réponse N°1 9796

salut
  Par   said hanae  (CSle 25-03-11 à 03:26



salut merci pour le sujet c'est tres interessant





InfoIdentification nécessaire
Identification bloquée par
adblock plus
   Identifiant :
   Passe :
   Inscription
Connexion avec Facebook
                   Mot de passe oublié


confidentialite Google +