Dino buzzati,pauvre petit garÇon-résumé

 Par fatih brahim  (Prof)  [msg envoyés : 288le 14-06-16 à 19:45  Lu :552 fois
     
  
 accueil


Dolfi est un petit garçon pas comme les autres. Physiquement, il se remarque par sa constitution chétive, ses petits yeux trop timides pour exprimer une quelconque personnalité. Son teint pâle presque vert pousse ses camarades à se moquer de lui en le surnommant Laitue. Par conséquent, ils ne le laissent pas jouer avec eux.
Un jour, sa mère Mme Kalra l’emmène au jardin public. Le bambin porte un fusil tout neuf ; pas de bonne qualité certes, mais c’est une arme après tout. Seulement, pour jouer il est forcé de subir l’angoisse de la solitude. En effet, malgré son désir secret de voir ses camarades l’inviter à leur jeu, ils le regardent avec mépris en le traitant de tous les noms.
Mme Klara observant la solitude de son enfant lui ordonne d’aller jouer avec ses camarades et le garçon de lui expliquer son refus catégorique du surnom de ses camarades.
Les autres camarades jouent habituellement à la guerre. Ce sont des garçons blonds et forts avec des armes sophistiquées. Dolfi, lui, est brun et faible.
Mais le fusil semble attirer les camarades. Ils l’invitent alors à tenir le rôle de capitaine dans l’armée du général Walter qui va attaquer l’armée adverse de Max. Dolfi sent pour la première fois qu’il appartient au groupe. Son général Walter lui commande de piloter l’attaque pour surprendre les ennemis. Mais Dolfi est intrigué par le recul de ses compagnons d’armes qui répriment un étrange sourire.
Au même moment, une fanfare militaire passe au loin ; cela excite le courage du petit garçon qui sent que la gloire l’appelle. Il s’élance alors vers le camp adverse les bras levés.
Mais à peine quelques pas et voilà le bambin qui tombe à terre. Et un spectacle d’éclats de rire féroces se fait entendre derrière lui. On lui a tendu une ficelle. Rapidement, les garçons, tous les garçons se ruent sur lui en lui assenant des projectiles d’argile. Son nez saigne et il est couvert de boue. Son fusil broyé, il va retrouver sa maman.
Mme Kalra, dépitée, lui demande ce qu’il a fait ; humiliée, elle se demande le sort qui attend son petit bonhomme. Elle veut qu’il devienne quelqu’un dans la vie. Mais elle n’arrive pas ; elle le voit accomplir de banales occupations.
Une jeune femme qui parlait avec Mme Klara regarde le petit et s’apitoie sur son état en lui caressant le visage. Le garçon lève les yeux en signe de reconnaissance. Et pendant un court instant, le garçon devient doux ;demandant un peu de bonté au monde environnant.
Mais la maman ,en colère,traîne son garçon à la maison. Celui-ci recommence à sangloter.
L’autre dame agacée les quitte en s’exclamant : « Oh ! Ces enfants ! Quelles histoires ils font pour un rien ! Allons, au revoir madame Hitler ! »

  



Vous aimez cet article ?
Partagez-le sur
  Johon steinbeck/des souris et des hommes /résumé
  Dino buzzati. le k,résumé
  Tous les messages de fatih brahim

InfoIdentification nécessaire
Identification bloquée par
adblock plus
   Identifiant :
   Passe :
   Inscription
Connexion avec Facebook
                   Mot de passe oublié


confidentialite Google +