Dilemme ... !

 Par Kaddioui Khaoula  (?)  [msg envoyés : 10le 14-06-12 à 13:21  Lu :1820 fois
     
  
 accueil


La toilette du condamné, dans l'oeuvre de V. Hugo a eu lieu :
1- A la Conciergerie ?
2- A l’Hôtel de Ville ?
En classe, nous nous sommes tous mis d'accord sur la première réponse, mais je vois maintenant que la plupart des profs trouvent que l'évènement a eu lieu à l'Hôtel De Ville .
Qu'en pensez vous ?

  



Vous aimez cet article ?
Partagez-le sur


 Réponse N°1 23678

re
  Par   marocagreg  (Adminle 14-06-12 à 15:51



Le chapitre XLVIII (48) se passe à l'Hôtel de ville, donc la toilette aussi.





 Réponse N°2 23680

Aucun doute ,
  Par   LAKHDER Kenza  (Profle 14-06-12 à 15:59



La toilette du condamné se fait à l Hôtel de ville au chp 48 :paragraphe 8''A peine assis ,les deux autres se sont approchés de moi ,par derrière, comme des chats ;puis tout à coup j'ai senti un froid d'acier dans mes cheveux, et les ciseaux ont grincé à mes oreilles''





 Réponse N°3 23681

Remarque,
  Par   LAKHDER Kenza  (Profle 14-06-12 à 16:02



édition de l’œuvre :bibio-lycée.





 Réponse N°4 23684

Palais de Justice "prison de la Conciergerie"
  Par   Rochdy Elmostafa  (Profle 14-06-12 à 17:18



la Conciergerie de París, ancienne prison du Tribunal révolutionnaire, était considérée pendant la Terreur comme l’antichambre de la mort.


Les détenus qui avaient comparu devant le Tribunal révolutionnaire qui siégeait au Palais de justice attenant et avaient été condamnés à mort n’étaient pas ramenés dans leur cachot. Ils étaient immédiatement séparés des autres prisonniers et conduits, pour les hommes dans l’arrière-greffe, pour les femmes dans de petites cellules situées dans le couloir central. Dès que le bourreau et ses aides arrivaient, tous étaient regroupés dans le vestibule baptisé salle de la toilette pour y être dépouillés de leurs effets personnels, tondus et attachés. Encadrés par des gendarmes, les condamnés - parfois plusieurs dizaines - traversaient la salle du guichet et gagnaient la cour du Mai, donnant sur la rue de la Barillerie (qui se trouvait à l’emplacement de l’actuel boulevard du Palais). C’est là que les détenus attendaient les charrettes qui devaient les conduire à la guillotine.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Conciergerie


-Dans la  prison de la conciergerie, les condamnés attendaient les charrettes, c’est là que se déroulait « la toilette », préparation à la décollation qui consistait principalement en la coupe des cheveux et du col pour faciliter l‘action du couperet.

 






 Réponse N°5 23686

Re.
  Par   Rochdy Elmostafa  (Profle 14-06-12 à 17:56



Dans " le dernier jour d'un condamné", le système de narration repose sur la rétrospection ; c'est pour cette raison qu'il faut être attentif voire vigilant pour mieux appréhender le processus complexe de la narration  .





 Réponse N°6 23689

re
  Par   Dounia Azouz  (Autrele 14-06-12 à 18:50



Je confirme que c'est dans une chambre à l'Hôtel de ville, chap XLVIII.





 Réponse N°7 23694

Analepse
  Par   OMARI Abdellatif  (Profle 14-06-12 à 19:29



Monsieur Rochdy El Mostafa vous avez tout à fait raison. A peine le narrateur a-t-il affirmé, au début du chapitre XLVIII, qu'il est maintenant dans une pièce de l'hôtel de ville, devant la place de Grève et qu'il a demandé qu'on le laisse écrire ses dernières volontés (quatre heures moins quelques minutes) , qu'il opère une analepse (retour en arrière) pour raconter les événements qui ont eu lieu entre 3heures et quatre heures repartis en deux séquences: la première se passe dans la conciergerie (volonté d'écrire son histoire à 3heures exactement (CH XLIV et XLVI); on est venu le chercher, le bourreau et ses aides ont procédé aux préparatifs de la toilette; on lui a découpé le col de sa chemise, lié les mains, puis les pieds; on l'a transporté dehors et fait monter dans une charrette, commence alors la seconde séquence, l'ultime voyage entre la conciergerie et l'hôtel de ville où se trouve la place de Grève.





 Réponse N°8 23723

Re
  Par   Rochdy Elmostafa  (Profle 15-06-12 à 01:34



Merci Monsieur OMARI Abdellatif d'avoir  expliqué ce que j'ai avancé à propos de la Conciergerie .


Encore une fois merci.






 Réponse N°9 23724

Re
  Par   Samira Yassine  (CSle 15-06-12 à 02:38



Je te félicite et te remercie ma chère Khawla pour ta délicatesse . J'ai souri en te voyant employer le nous " En classe, nous nous sommes tous mis d'accord sur la première réponse" au lieu de dire "elle" le professeur nous a dit. je suis très touchée, je sais , tu ne savais si j'avais raison ou non alors tu m'as évité cet embarras.

Tu es adorable .

Je tiens également à remecier tous les porfesseurs qui ont répondu à ma chère élève afin de l'aider à sortir de ce dilemme, à trancher.

Je comprends les professeurs qui ont opté pour l'Hôtel de ville, j'ai passé des années à dire à mes élèves que la toilette du condamné a eu lieu à l'Hôtel de ville. Il y a deux ans , en lisant attentivement le chapitre 48, je me suis rendu compte que presque le chapitre tout entier, n'était qu'un retour en arrière pour nous décrire et nous raconter ce qui s'est passé depuis trois heures jusqu'à son arrivée à l'Hôtel de ville, vers 4h.

Ce chapitre 48 conacre juste le premier paragraphe et quelques lignes de la fin au peu d'événements produit à l'Hôtel de ville

" De l'Hôtel de Ville !... – Ainsi j'y suis. Le trajet exécrable est fait. La place est là, et au-dessous de la fenêtre l'horrible peuple qui aboie, et m'attend, et rit.

J'ai eu beau me roidir, beau me crisper le coeur m'a failli. Quand j'ai vu au-dessus des têtes ces deux bras rouges, avec leur triangle noir au bout, dressés entre les deux lanternes du quai, le coeur m'a failli. J'ai demandé à faire une dernière déclaration. On m'a déposé ici, et l'on est allé chercher quelque procureur du roi. Je l'attends, c'est toujours cela de gagné."

Ce qui suivra , c'est un retour en arrière, une analepse de ce qui s'esy produit à la Conciergerie puis la description du transfert du condamné de la Conciergerie à l'Hôtel de ville.

" Voici :

Trois heures sonnaient.............la charrette s'est arrêtée subitement, et j'ai failli tomber la face sur les planches. Le prêtre m'a soutenu.

– Courage ! a-t-il murmuré.

Alors on a apporté une échelle à l'arrière de la charrette ; il m'a donné le bras, je suis descendu, puis j'ai fait un pas, puis je me suis retourné pour en faire un autre, et je n'ai pu. Entre les deux lanternes du quai, j'avais vu une chose sinistre.

Oh ! c'était la réalité !"

Une fois le récit terminé avec son arrivée à l'Hôtel de ville, il retourne au présent et à son attente depuis une heure  à l'Hôte de ville.

Je resignalerai, ma chère Khawla, ce qu'on a déjà dit à ce sujet:

"Quand j'ai vu au-dessus des têtes ces deux bras rouges, avec leur triangle noir au bout, dressés entre les deux lanternes du quai, le coeur m'a failli. J'ai demandé à faire une dernière déclaration. " cette même information concerant la guillotine qu'il venait de voir est reprise dans son récit, mais dans le récit on ne voit pas les deux mains rouges parce que le bourreau n'avait pas encore occupé sa place à côté de la guillotine, alors on a la même phrase prononcée à son arrivée répétée autrement:

"Entre les deux lanternes du quai, j'avais vu une chose sinistre.

Oh ! c'était la réalité !"

Remarquez aussi la répétition de la phrase:" j'ai une déclaration à faire", au début du texte , on est au moment de l'énonciation, mais à la fin , il s'agit du récit.

Ma chère Khawla, merci d'avoir soulevé ce problème.





 Réponse N°10 23726

Merci M Rochdy
  Par   Samira Yassine  (CSle 15-06-12 à 07:14



Comme vous avez remercié M Omari, de ma part je vous remercie d'avoir donné ces informations sur la Conciergerie et d'avoir aussi expliqué que le condamné n'était pas à l'Hôtel de ville, information confirmée par la suite par M Omari.

Mes remerciements les plus sincères à vous deux, d'avoir aidé ma chère élève khawla à trancher.





 Réponse N°11 23757

Mais ...
  Par   Kaddioui Khaoula  (CSle 15-06-12 à 21:55



Merci pour les explications ... Mais je suis toujours perdue ! Si jamais on nous pose cette question à l'examen, que dois je répondre ? Les deux réponses sont elles toutes les deux correctes si on justifie ? Que faire ?





 Réponse N°12 23785

l'hotel de ville
  Par   elouichouany radouan  (Profle 16-06-12 à 14:12



sur et certain





 Réponse N°13 31086

Sur de quoi, cher collègue !
  Par   Samira Yassine  (CSle 30-04-13 à 23:59



Je répète encore une fois, affirme et confirme que la toilette du condamné a eu lieu à la Conciergerie.

Le condamné est bel et bien dans une chambre à l'Hôtel de ville. Mais , une fois à l'Hôtel , tout comme au chapitre XXII, quand il est arrivé à La Conciergerie et qu'il a fait une analepse concernant le départ de Bicêtre, le voyage et l'arrivée à la Conciergerie; là aussi, une fois à l'Hôtel de ville, il raconte ce qui s'est passé à la Conciergerie, au Palais, comme il l'a bien signalé, puis sa sortie du Palais de justice et l'accueil de la foule dont il fait la description tout au long du trajet.

Je voudrais que tous les collègues, qui ont affirmé le contraire, lisent le chapitre XLVIII, avant de réaffirmer leur premier point de vue. faites-le pour les élèves dont certains ont bien compris et vérifié par une lecture minutieuse du chapitre que la toilette du condamné a bien eu lieu à la Conciergerie.

Mes remerciements.





 Réponse N°14 31099

re
  Par   Samira Yassine  (CSle 01-05-13 à 13:54



Et ce silence ?!





 Réponse N°15 36356

qu'en pensez-vous ?
  Par   Fatiha Kerzazi  (Profle 19-03-16 à 13:28



La toilette du condamné a lieu où ?





 Réponse N°16 36357

Très simple
  Par   Semlali Karim  (Profle 19-03-16 à 19:18

La toilette se fait à la conciergerie puisque le condamné n'était jamais sensé être emmené à l hôtel de ville et ce n'est qu'une fois près de la place de grève qu'il va avoir une crise de panique et demandera à faire une dernière déclaration. Sur ce on l'emmena à l'hôtel de ville. D'ailleurs dans le chapitre 48 le condamné est déjà à l'hôtel de ville et il se remémore les préparatifs dans la conciergerie et le trajet vers la place de grève. D'ailleurs l'analepse et encadré par "voici"..."on m'emmena ici". Pour voir plus claire en cela il suffit de jeter un coup d'oeil au chapitre 21 ou il est déjà dans la conciergerie mais il fait un retour en arrière pour relater le transfert de Bicêtre à la conciergerie.





 Réponse N°17 36383

Oui , c'est un flash back
  Par   Fatiha Kerzazi  (Profle 30-03-16 à 23:17



la toilette se fait à la conciergerie .





InfoIdentification nécessaire
Identification bloquée par
adblock plus
   Identifiant :
   Passe :
   Inscription
Connexion avec Facebook
                   Mot de passe oublié


confidentialite Google +