Dictée à fautes (4)

 Par marocagreg  (Admin)  [msg envoyés : 2213le 04-09-13 à 11:36  Lu :1488 fois
     
  
 accueil


Le ministère de la Vérité comprenait, disait-on, trois milles pièces au-dessus du niveau du sol,- et des ramifications souterraines correspondantes. Dissiminées dans Londres, il n'y avait que trois autres constructions d'apparence et de dimensions analogues. Elles écrasaient si complétement l'architecture environante que, du toit du bloc de la Victoire, on pouvait les voir toutes les quatres simultanément. C'étaient les locaux des quatre ministères entre lesquels se partageait la totalité de l'apparail gouvernemental. Le ministère de la Vérité, qui s'occupait des divertissements, de l'information, de l'éducation et des beaux-arts. Le ministère de la Paix, qui s'occupait de la guerre. Le ministère de l'Amour qui veillait au respet de la loi et de l'ordre. Le ministère de l'Abondance, qui était responsable des affaires économiques.(...)
Le ministère de l'Amour était le seul réellement effrayant. Il n'avait aucune fenêtre. Winston n'y était jamais entré et ne s'en était même jamais trouvé à moins d'un kilomètre. C'était un endroit où il était impossible de pénétrer, sauf pour affaire officiel, et on n'y arrivait qu'à travers un labyrinte de barbelés enchevêtrés, de portes d'acier, de nids de mitrailleuses dissimulés. Même les rues qui menaient aux barrières extérieures étaient parcourus par des gardes en uniformes noirs à face de gorille, armés de matraques articulées.

(extrait de G. Orwell, 1984)
Consigne :
1-On a glissé volontairement 10 fautes dans cet extrait. A vous de les découvrir et de les corriger.
2- Cherchez dans un dictionnaire l'origine historique du mot "gorille".

  




 Réponse N°1 32205

Ok!
  Par   Jaafari Ahmed  (Profle 04-09-13 à 13:14

Milles : mille

complétement: complètement

Environante: environnante

Quatre: quatre 

 officiel:officielle

Parcourus: parcourues

Dissiminées: dsséminées

l'apparail: l'appareil

respet: rescpet

labyrinte: labyrinthe

GORILLE n. m. est la forme francisée (1854) du latin scientifique gorilla, nom donné en 1847 par le missionnaire américain Savages à cette espèce de singes, d'après le grec gorillai qui, dans la traduction grecque du Périple d'Hannon (voyageur carthaginois du Ve s. av. J.-C.), désigne des êtres velus rencontrés par ce navigateur sur les côtes d'Afrique (1759, attestation isolée de Gorilles dans cette acception). Gorille serait à rapprocher de la racine kor-, gor- ou gur-, signifiant « homme » dans plusieurs langues actuelles du Sénégal.

Gorille, à côté de son sens zoologique, se dit par extension (1890) d'un homme laid ou brutal. L'emploi récent pour « garde du corps » (v. 1950-1955 Cf. le héros de polars de la Série Noire le Gorille, de A. L. Dominique, 1954) est l'adaptation d'un emploi argotique de l'américain gorilla (1910), de même sens et de même origine.

Le Robert historique de la langue française. 2010.





 Réponse N°2 32207

re
  Par   marocagreg  (Adminle 04-09-13 à 13:21



encore un sans-faute. Désormais, tu n'as plus le droit de participer à cet exercice.

voici le texte d'origine :

Le ministère de la Vérité comprenait, disait-on, trois mille pièces au-dessus du niveau du sol,- et des ramifications souterraines correspondantes. Disséminées dans Londres, il n'y avait que trois autres constructions d'apparence et de dimensions analogues. Elles écrasaient si complètement l'architecture environnante que, du toit du bloc de la Victoire, on pouvait les voir toutes les quatre simultanément. C'étaient les locaux des quatre ministères entre lesquels se partageait la totalité de l'appareil gouvernemental. Le ministère de la Vérité, qui s'occupait des divertissements, de l'information, de l'éducation et des beaux-arts. Le ministère de la Paix, qui s'occupait de la guerre. Le ministère de l'Amour qui veillait au respect de la loi et de l'ordre. Le ministère de l'Abondance, qui était responsable des affaires économiques.(...)

Le ministère de l'Amour était le seul réellement effrayant. Il n'avait aucune fenêtre. Winston n'y était jamais entré et ne s'en était même jamais trouvé à moins d'un kilomètre. C'était un endroit où il était impossible de pénétrer, sauf pour affaire officielle, et on n'y arrivait qu'à travers un labyrinthe de barbelés enchevêtrés, de portes d'acier, de nids de mitrailleuses dissimulés. Même les rues qui menaient aux barrières extérieures étaient parcourues par des gardes en uniformes noirs à face de gorille, armés de matraques articulées.






 Réponse N°3 32208

Ok!
  Par   Jaafari Ahmed  (Profle 04-09-13 à 13:30



Cher ami! Bien fait pour moi! Dima zerbane 3la raz9i!





InfoIdentification nécessaire
Identification bloquée par
adblock plus
   Identifiant :
   Passe :
   Inscription
Connexion avec Facebook
                   Mot de passe oublié


confidentialite Google +