Dictée à fautes (2)

 Par marocagreg  (Admin)  [msg envoyés : 2213le 02-09-13 à 14:24  Lu :1132 fois
     
  
 accueil


Il y avait Caroline, la femme aux jambes parfaites qu’il connut alors qu’elle luttait contre un concer du saint. C’était un être exceptionnel de sensibilité, de tendresse et d’intelligeance. Il était heureux de la voir, de l’écouter, de la serrer dans ses bras, de se confier à elle. Cette amitiée aboutirait à un amour discret. Elle avait du mal à se montrer nue devant lui, ayant subi l’ablation d’un sein. Faire l’amour avec un corps dont la beauté était infirme ! C’était dur, grave. Comment lui dire, comment le prévenir ? Elle rougissait et puis elle le lui dit simplement : « On m’a débarassée du sein du malheur, mais j’attend qu’on me le remplace avant l’été, car j’irai avec mes enfants sur la plage. » Elle lui demanda de fermer les yeux quand elle se déshabillerait et d’éteindre la lumière. Elle gardait un pensement autour de la poitrine. Il la touchait délicatement, la caressait avec précotion. Il lécha les larmes sur ses joues et la serra contre lui sans lui faire mal. Ils mirent un peu de temps à s’y habituer et pour cela il n’y avait rien de mieux que l’humour. Alors ils riaient, plaisantaient, évoquaient la pose d’un nouveau sein et se promettaient d’aller l’exiber sur une belle plage. Longtemps le sein manquant le hanta. Il pensait à elle et se mettait en colère contre cette injustice qui s’était abbatue sur cette belle âme, une femme si grâcieuse, si bonne, si tendre.
(extrait de Tahar Bejelloun, le bonheur conjugal)
1-Combien de mots mal orthographiés comporte cet extrait ?
2- corrigez les fautes

  




 Réponse N°1 32181

la première et la dernière
  Par   brahim el harfi  (Profle 02-09-13 à 15:47

erreur

cancer

abattue

amicalement




 Réponse N°2 32182

Outre la correction des erreurs
  Par   Samira Yassine  (CSle 02-09-13 à 15:58



le choix des textes est intéressant dans la mesure où il nous permet d avoir une idée sur certains romans.

Merci.





 Réponse N°3 32183

on dit
  Par   brahim el harfi  (Profle 02-09-13 à 15:59



j'irai à la plage et "non sur la plage" que je sache.

vos lumières M.Marocagreg Jaafri Rachad et les autres collègues





 Réponse N°4 32184

Réponse.
  Par   MAHFODI AHMED  (CSle 02-09-13 à 18:10



1- L'extrait contient 10 fautes.

2- a- concer: cancer

b- saint: sein

c- intelligeance: intelligence

d- amitiée: amitié

e- attend: attends

f- pensement: pansement

g- précotion: précaution

h- exiber: exhiber

i- abbatue: abattue

j- grâcieuse: gracieuse





 Réponse N°5 32185

Bon!
  Par   Jaafari Ahmed  (Profle 02-09-13 à 18:17

Il y a 12 erreurs:

- concer : cancer

- saint : sein

- ’intelligeance : intelligence

- amitiée : amitié

- débarassée : débarrassée

- j’attend : j’attends

- pensement : pansement

- précotion: précaution

- l’exiber : l’exhiber

- abbatue : abattue

- grâcieuse : gracieuse

-Bejelloun : Benjelloun

 



PS: Aller sur la plage dans le sens d'aller sur le sable, marcher, s'exhiber...





 Réponse N°6 32187

re
  Par   marocagreg  (Adminle 02-09-13 à 19:12

benjelloun n'est pas compté, c'est une coquille, le reste c'est parfait. M. Mahfodi, il s'en fallait d'une... (débarrasser).

voici le texte d'origine :

Il y avait Caroline, la femme aux jambes parfaites qu’il connut alors qu’elle luttait contre un cancer du sein. C’était un être exceptionnel de sensibilité, de tendresse et d’intelligence. Il était heureux de la voir, de l’écouter, de la serrer dans ses bras, de se confier à elle. Cette amitié aboutirait à un amour discret. Elle avait du mal à se montrer nue devant lui, ayant subi l’ablation d’un sein. Faire l’amour avec un corps dont la beauté était infirme ! C’était dur, grave. Comment lui dire, comment le prévenir ? Elle rougissait et puis elle le lui dit simplement : « On m’a débarrassée du sein du malheur, mais j’attends qu’on me le remplace avant l’été, car j’irai avec mes enfants sur la plage. » Elle lui demanda de fermer les yeux quand elle se déshabillerait et d’éteindre la lumière. Elle gardait un pansement autour de la poitrine. Il la touchait délicatement, la caressait avec précaution. Il lécha les larmes sur ses joues et la serra contre lui sans lui faire mal. Ils mirent un peu de temps à s’y habituer et pour cela il n’y avait rien de mieux que l’humour. Alors ils riaient, plaisantaient, évoquaient la pose d’un nouveau sein et se promettaient d’aller l’exhiber sur une belle plage. Longtemps le sein manquant le hanta. Il pensait à elle et se mettait en colère contre cette injustice qui s’était abattue sur cette belle âme, une femme si gracieuse, si bonne, si tendre.




InfoIdentification nécessaire
Identification bloquée par
adblock plus
   Identifiant :
   Passe :
   Inscription
Connexion avec Facebook
                   Mot de passe oublié


confidentialite Google +