Deux fiches pédagogique autour de deux extraits tirés de une vie de maupassant

 Par chahida balkis  (Prof)  [msg envoyés : 1le 05-01-14 à 19:27  Lu :1753 fois
     
  
 accueil


II. Conception de l’activité :
g) Public cible :2ème année bac
h) Semestre :2
i) Module :lire un roman réaliste
j) Support de la séquence :une vie de Maupassant
k) Durée :une semaine
l) Compétences visées par la séquence :
• Rendre les apprenants capables, à l’issue de la séquence, de dégager les traits du réalisme à partir d’une œuvre intégrale romanesque.
• Rendre les apprenants capables de faire des repères esthétiques et se forger des critères d’analyse.
G ) activité proposée :activité de langue
H )Durée :1H
i) support de l’activité :Une vie de maupassant.extrait : « elle sortait….sa chevelure »p :16-17
j) objectif spécifique :amener les apprenants à faire la distinction entre le portrait physique et le portait moral.
II. mise en œuvre de l’activité :
Intitulé :le portrait,un instrument de faire vrai.
Situation du passage :le passage se situe à l’incipit du roman.
Remarque :dans ce passage,Maupassant se sert de beaucoup de moyens pour brosser le plus fidèlement possible le monde réel à travers une écriture artiste qui se veut une description minutieuse des objets et des êtres. En effet, le portrait physique et moral de Jeanne constitue l’archétype de la condition féminine.c’est un véritable document sociologique sur le statut de la femme en province au XIXe siècle.
le souci réaliste à travers le portrait de Jeanne.
o Phase de conceptualisation :
o Mise en situation de recherche :
Qu’est ce le portrait ?
Par quoi commence le texte ?
- Le texte commence par la 3ème personne du singulier : « elle »
Que désigne t-elle ?
- Elle désigne Jeanne.
Pourquoi le biographe n’utilise pas la 1ère personne du singulier ?
- Parce qu’il ne raconte pas sa propre vie mais celle de Jeanne.
Qu’appelle t-on cette écriture ?
- Le portrait
Que fait le narrateur dans ce texte ?
- Il décrit
Qu’est ce qu’on décrit au début ?
- On décrit le moral de Jeanne
Quel est le champ lexical qu’on peut relever de cette 1ère description ?
- Le champ lexical des sentiments.
Quels sont les mots qui relèvent de ce champ lexical ?
- « radieuse », « pleine de scèves », « bonheur »…
Ces mots sont-ils de la même nature ?
- Non,ils sont de différentes natures :adjectifs,noms,verbes.
Comment peut-on nommer cette description qui insiste sur le moral ?
- Un portrait moral
• Passons à la seconde partie du texte(à partir du 2ème parag)
Que remarquez vous ?
- On remarque qu’il y a un changement
A quel niveau ?
- Au niveau de la description
Lequel ?
- Le narrateur passe à la description du physique de Jeanne.
Quel est le champ lexical qu’on peut dégager ?
- Le champ lexical du corps.
Quels sont les mots qui le montrent ?
- « cheveux », « chair », « yeux », « narine », « grain de beauté »….
- Par quoi se caractérise cette description ?
- Elle est minutieuse ,elle marque les menus détails du corps de Jeanne.
- Par quels verbes le portrait de Jeanne est-il mis en évidence ?
- Par les verbes d’état.
Relevez moi quelques exemples
- « semblait »(2 fois), « était ».
Maupassant nous donne à voir,dans cet extrait,le portrait de Jeanne à travers des sensations .lesquelles ?
- Sensations visuelles,tactiles,auditives.
Quels sont les termes qui le montrent ?
- Sensations visuelles : « pâle », « bleus »…
- Sensations tactiles : « caressait », « lisser »…
- Sensations auditives : « voix », « aigue », « rire »…
Relèvent-ils de la même nature ?
- Non,il y a des adjectifs,des verbes,des noms.
Mais il ya une nature dominante tout au long du passage.laquelle ?
- Se sont les adjectifs,il y a une cascade d’adjectifs qui s’étale du début jusqu’à la fin .
Quelle impression donne cette description détaillée ?
- Elle donne l’impression qu’on voit la personne directement.
Et donc qu’est ce qu’on peut croire ?
- On peut constater que Jeanne est une personne réelle.
Maupassant apparaît-il subjectif ?
- Non,au contraire il est objectif
Pourquoi ?
- Parce qu’il nous brosse ce qu’il voit.
Et alors quel rôle joue t-il ?
- Il joue le rôle d’un témoin qui nous rapporte ce qu’il voit.
Activité de langue : la focalisation
Déroulement de l’activité :
o Phase de conceptualisation :
On entend par focalisation ou point de vue les différents angles que peut occuper un narrateur. On distingue trois types de focalisation : zéro, interne et externe.
 Quelles sont les caractéristiques de chacune de ces focalisations ?
- La focalisation zéro : le narrateur sait plus que ses personnages : leur passé, leur présent voire leur futur.
Narrateur>personnage
- La focalisation interne : le narrateur sait ce que sait son personnage.
Narrateur=personnage
- La focalisation externe : le narrateur ne nous rapporte que ce qu’il voit ou ce qu’il entend. C’est un simple témoin.
Narrateur - On note trois petits textes sur le tableau tout en laissant un espace en haut pour le type de la focalisation, et un espace en bas pour les caractéristiques de cette focalisation comme ce qui suit :
Focalisation ou point de vue : …………. Focalisation : …….. Focalisation :……..
« elle se demanda ce qu’elle allait faire maintenant, cherchant une occupation pour son esprit, une besogne pour ses mains. Elle n’avait pas envie de redescendre au salon auprès de sa mère qui sommeillait ; et elle songeait à une promenade ; mais la compagne semblait si triste qu’elle sentait en
son cœur, rien qu’à la regarder par la fenêtre, une pesanteur de mélancolie »
Une Vie, Maupassant :80 « A l’époque où commence ce récit, c'est-à-dire en 1756, j’avais quatorze ans. J’étais un robuste et jeune Léonard plutôt trapu et rouquin quant à la couleur des cheveux. J’aimais à marauder dans les champs et quand mon père me cherchait, la couleur de mes cheveux révélait ma présence. »
Pierre Mac Orlan, Les clients du bon chien jaune. « deux hommes parurent.
L’un venait de la bastille, l’autre du Jardin des Plantes. Le plus grand, vêtu de toile, marchait le chapeau en arrière, le gilet déboutonné, et sa cravate à la main. Le plus petit, dont le corps disparaissait dans une redingote marron, baissait la tête sous une casquette à visière pointue. »
Gustave Flaubert, Bouvard et Pécuchet.
D’après les définitions, quelle focalisation adopte le narrateur dans le premier texte ?
- La focalisation zéro.
Quels sont les indices qui le montrent ?
- « se demanda », « une occupation pour son esprit », « songeait », « sentait en son cœur »…
Le narrateur sait ce qui se passe dans l’esprit même du personnage.
Quelle focalisation adopte-il dans le 2ème texte ?
- La focalisation interne.
Quels sont les indices qui vous le disent ?
- La présence du ‘’je’’.le narrateur nous raconte à partir du point de vue de son personnage.
Narrateur = personnage.
Dans le dernier texte, le narrateur adopte la focalisation externe. Quels sont les indices ?
- Le narrateur se contente de décrire ce qu’il voit : les portraits physiques des personnages.
o Phase d’application :
Proposer un corpus de 3 textes courts pour vérifier si les apprenants savent faire la distinction entre les trois focalisations

  



Vous aimez cet article ?
Partagez-le sur


 Réponse N°1 33350

Une vie de Maupassant
  Par   Samira Yassine  (CSle 05-01-14 à 21:53

Bienvenue sur le site, chère collègue Balkis.

Juste une précision :

A-t-on le droit à d'autres œuvres que les trois au programme ?

Merci pour le partage.




InfoIdentification nécessaire
Identification bloquée par
adblock plus
   Identifiant :
   Passe :
   Inscription
Connexion avec Facebook
                   Mot de passe oublié


confidentialite Google +