Des fiches des lectures

 Par El-AMRAOUI Radouane  (?)  [msg envoyés : 8le 13-07-12 à 23:51  Lu :2658 fois
     
  
 accueil


La technique de la fiche de lecture ou plus largement des fiches des lectures ( puisqu'une seule lecture n'est jamais suffisante puisque qui n'a pas relu, il n'a pas lu) est une manière de rendre compte de sa lecture, elles doivent contenir le maximum possible d'informations sur le livre lu et donner envie de le lire, voici comment je procède pour les élaborer:
Fiche identitaire
Auteur : Mohammed Khaïr-Eddine
Titre : Le Déterreur
Editions : Tarik
Parution : Octobre 2011 au Maroc
Collection : -----------
Nombre de pages : 113
Illustration de la couverture : C iStockhoto.com/Erkki Makkonen
Fiche biographique
Né en 1941 à Tafraout dans le sud marocain, il a fait ses études secondaires à Casablanca. Il travailla un temps dans la fonction publique après quoi il se dévoue à l’écriture ; ses premiers poèmes ont été publiés dans la Vigie marocaine, il collabore, dans les années soixante à la revue Souffles. Il s’installa en France et publia une année après Agadir chez Seuil, Corps négatif, Histoire d’un bon dieu (1968) Soleil arachnide (1969) Moi l’Aigre (1970), Le Déterreur (1973) Ce Maroc (1975)…
De retour au Maroc en 1993 Mohammed Khair-Eddine mourut deux ans après à Rabat.
Fiche récapitulative
Le Déterreur se veut le récit d’un homme, qui, étant privé de la viande et bien d’autres choses dont il jouissait au Nord (la France)« … Ici
dans le Sud marocain on nous interdit tout : femme, vin et cochon… » P.7 et à cause de sa faiblesse et son manque de ruse qui l’empêchent de pratiquer la chasse aux animaux, décide de déterrer les morts et assouvir sa faim de leur chair « Quand on a goûté à la chair humaine, on ne peut plus apprécier la viande des animaux » P.11.
Arrêté et incarcéré, le déterreur n’épargne pas les rats et pour passer le temps il plonge dans son passé se livrant à des réminiscences et revisitant son enfance et sa jeunesse…
Fiche des citations
Lors de la lecture de ce texte "Le Déterreur" des phrases et des mots m’ont arrêté dont je cite :
« Mon âme vogue partout où elle veut, t’aliénant à mesure, te régénérant sans t’atrophier. Elle se transforme en une ville de pisé, d’ombre et de cérastes, en une tour qui me cloisonne dans ma peur. » P. 52.
« Tout ce que j’ai dit relève de l’élucubration, de l’hystérie et du rêve mal dirigé. Dans quelques heures, je serai détaché de ce monde ; la mort me réserve peut-être autre chose. Je suis un tout petit peu croyant, c’est pourquoi je n’ose pas médire sur l’au-delà. Je les entends déjà, nous nous reverrons sans doute quelque part sur une autre nappe de gaz solidifié, vivants. Je vous salue bien…
Fiche lexicale (dix nouveaux mots retenus)
- Aguicher (v) : chercher à séduire de manière provocante, attirer
- Elucubration (nf) : réflexion laborieusement construite, divagation
- Contrecarrer (v) : s’opposer, empêcher la réalisation de…
- Embûche (nf) : obstacle, difficulté.
- Flancher (v) : céder, faiblir, se décourager
- Flâner (v) : se promener sans but, traîner
- Minauder (v) : parler d’une voix fluette, faire des manières pour séduire
- Récalcitrant (adj.) : qui résiste avec opiniâtreté, rétif, rebelle
- Singer (v) : imiter quelqu’un de façon grotesque par moquerie (singerie)
- Vindicatif (adj.) : dont la rancune est tenace, haineux
Fiche critique et interprétative
Consacrer tout un texte à un tel thème (se nourrir de la chair des morts après les avoir déterrés) n’est en aucun cas une fin en soi, le texte cache plus que ce qu’il révèle, une lecture en filigrane s’avère donc nécessaire pour déceler le non-dit.
Il va sans dire que cet acte (déterrer les morts et assouvir sa faim de leur chair) est anormal et bizarre voire inhumain, et ceci est l’une des caractéristiques de l’écriture de Khair-Eddine ; exprimer le réel par le biais de l’irréel ou ce qui pourrait l’être, créer un monde parallèle au nôtre rien que pour critiquer celui-ci.
L’acte du déterreur n’est-il pas à comprendre dans sa dimension la plus révolutionnaire qui soit, dans la mesure où ledit acte est une transgression des règles de l’enterrement, une profanation du sacré de la tombe, n’est-il pas une manière de se soulever contre l’injustice sociale, la privation, la soumission (nombreux sont ceux qui sont privés de logement, de vêtement, de bonne nourriture et qui payent de leur dignité pour s’en procurer) ? Emprisonner le déterreur n’est-ce pas ensevelir le libre arbitre, l’esprit critique ?

  



Vous aimez cet article ?
Partagez-le sur


InfoIdentification nécessaire
Identification bloquée par
adblock plus
   Identifiant :
   Passe :
   Inscription
Connexion avec Facebook
                   Mot de passe oublié


confidentialite Google +