Derniuer jour d'un condamne

 Par Rachid Idoubiya  (?)  [msg envoyés : 3le 04-04-10 à 21:55  Lu :2327 fois
     
  
 accueil

Un cauchemar
J'ai fait un rêve.
J'ai rêvé que c'était la nuit. Il me semblait que j'étais dans mon cabinet avec deux ou trois de mes amis, je ne sais plus lesquels.
Ma femme était couchée dans la chambre à coucher à côté, et dormait avec son enfant.
Nous parlions à voix basse, mes amis et moi, et ce que nous disions nous effrayait. Tout à coup il me sembla entendre un bruit quelque part dans les autres pièces de l'appartement. Un bruit faible, étrange, indéterminé.
Mes amis avaient entendu comme moi. Nous écoutâmes : c'était comme une serrure qu'on ouvre sourdement, comme un verrou qu'on scie à petit bruit.
Il y avait quelque chose qui nous glaçait : nous avions peur. Nous pensâmes que peut-être c'étaient des voleurs qui s'étaient introduits chez moi, à cette heure si avancée de la nuit.
Nous résolûmes d'aller voir. Je me levai, je pris la bougie. Mes amis me suivaient, un à un.
Nous traversâmes la chambre à coucher, à côté.
Ma femme dormait avec son enfant.
Puis nous arrivâmes dans le salon. Rien. (…) Nous entrâmes dans la salle à manger ; nous en fîmes le tour. Je marchais le premier. La porte sur l'escalier était bien fermée, les fenêtres aussi. Arrivé près du poêle, je vis que l'armoire au linge était ouverte, et que la porte de cette armoire était tirée sur l'angle du mur comme pour le cacher. Cela me surprit. Nous pensâmes qu'il y avait quelqu'un derrière la porte.
Je portai la main à cette porte pour refermer l'armoire ; elle résista. Étonné, je tirai plus fort, elle céda brusquement, et nous découvrîmes une petite vieille, les mains pendantes, les yeux fermés, immobile, debout, et comme collée dans l'angle du mur.
Cela avait quelque chose de hideux, et mes cheveux se dressent d'y penser.
Je demandai à la vieille :
- Que faites-vous là ?
Elle ne répondit pas.
Je lui demandai :
- Qui êtes-vous ?
Elle ne répondit pas, ne bougea pas, et resta les yeux fermés.
Mes amis dirent :
- C'est sans doute la complice de ceux qui sont entrés avec de mauvaises pensées ; ils se sont échappés en nous entendant venir ; elle n'aura pu fuir et s'est cachée là. Je l'ai interrogée de nouveau, elle est demeurée sans voix, sans mouvement, sans regard. Un de nous l'a poussée à terre, elle est tombée. (…) On lui a crié dans l'oreille, elle est restée muette comme si elle était sourde.
Cependant, nous perdions patience, et il y avait de la colère dans notre terreur. Un de nous m'a dit :
- Mettez-lui la bougie sous le menton.
Je lui ai mis la mèche enflammée sous le menton. (…) Alors, elle a ouvert ses deux yeux lentement, nous a regardés tous les uns après les autres, puis, se baissant brusquement, a soufflé la bougie avec un souffle glacé. Au même moment j'ai senti trois dents aiguës s'imprimer sur ma main, dans les ténèbres.
Je me suis réveillé, frissonnant et baigné d'une sueur froide.
Lecture analytique
Questions
*
« Un bruit faible, étrange, indéterminé » ou l’art de la narration. (10p)
1. Compréhension : Répondez par vrai ou par faux et justifiez vos réponses. (2p)
A- Le narrateur se trouvait dans son cabinet avec quatre de ses amis.
B- Le narrateur et ses amis racontaient des choses qui leur faisaient peur.
C- Le narrateur et ses amis ont entendu un grand bruit venant des autres pièces de l’appartement.
D- Le bruit ressemble à une serrure qu’on ouvre furtivement.
2. Conjugaison : Remplissez le tableau suivant : (deux exemples pour chaque temps de l’indicatif) (2p)
Passé simple
imparfait
Passé composé
Plus-que-parfait
3. Vocabulaire : Relevez le champ lexical de la peur. (Six mots) (1.5p)
4. Conjugaison : « Cela me surprit(…) et nous découvrîmes une petite vieille. » a- S’agit-il d’une séquence narrative ou descriptive ? Justifiez votre réponse. b- Transformez ce passage en utilisant le présent de la narration. (0.5p+1.5p)
5. Grammaire : « … Un de nous l'a poussée à terre, elle est tombée. » a- Que remplace le mot souligné ? b- Quelle est sa nature grammaticale ? c- Quelle est la fonction du mot en gras ? A- sujet B- cod C- coi. (1.5p)
6. Compréhension : Quelle raison les amis du narrateur ont-ils donnée lorsqu’ils ont trouvé la vielle ? (1p)
*
Une vielle femme étrange : ou l’art de la description. (10p)
1. Compréhension : Répondez par vrai ou par faux et justifiez vos réponses. (2p)
A- Le narrateur et ses amis ont trouvé la vielle femme dans le salon.
B- Le bruit faisait peur au narrateur et ses amis.
C- La vielle femme répondait aux questions du narrateur et de ses amis.
D- La vielle femme a mordu le narrateur dans sa main.
2. Figure de style : a- Relevez une comparaison. b- Transformez-là sous forme d’un tableau. (1.5p)
3. Grammaire : « … c’était comme une serrure qu'on ouvre sourdement, comme un verrou qu'on scie à petit bruit. » Quelle est la valeur des deux verbes soulignés ? (0.5p)
4. Conjugaison : « …Il y avait quelque chose qui nous glaçait : nous avions peur. » Transformez ce passage au récit au présent (1.5p)
5. Vocabulaire : « C’est sans doute la complice de ceux qui sont entrés avec de mauvaises pensées. » Le mot souligné veut dire :
A- compagnon B- ennemie C- cousine. (1p) Choisissez la bonne réponse.
6. Grammaire : Remplissez le tableau suivant : (deux exemples). (2p)
Adverbes de temps
Adverbes de manière
Adjectifs épithètes
Adjectifs attributs
7. Grammaire : a- Relevez une explication du texte. b- Par quel moyen est-elle introduite ? (1p)
8. Compréhension : Le narrateur a-t-il peur de mourir ? Justifiez votre réponse. (0.5p)
Lecture analytique
Correction
*
« Un bruit faible, étrange, indéterminé » ou l’art de la narration. (10p)
1. Compréhension : Je réponds par vrai ou par faux et je justifie mes réponses. (2p)
A- Le narrateur se trouvait dans son cabinet avec quatre de ses amis. Faux : « Il me semblait que j'étais dans mon cabinet avec deux ou trois de mes amis »
B- Le narrateur et ses amis racontaient des choses qui leur faisaient peur. Vrai : « … ce que nous disions nous effrayait.»
C- Le narrateur et ses amis ont entendu un grand bruit venant des autres pièces de l’appartement. Vrai : «… il me sembla entendre un bruit quelque part dans les autres pièces de l'appartement. »
D- Le bruit ressemble à une serrure qu’on ouvre furtivement. Vrai : «… c’était comme une serrure qu'on ouvre sourdement… »
2. Conjugaison : Je remplis le tableau suivant : (deux exemples pour chaque temps de l’indicatif) (2p)
Passé simple
imparfait
Passé composé
Plus-que-parfait
« ...il me sembla... »,
« Nous écoutâmes... »
« c'était la nuit. »,
« Il me semblait... »
« J'ai fait un rêve... »
« J'ai rêvé... »
« Ma femme était couchée... »,
« Mes amis avaient entendu...»,
3. Vocabulaire : Le champ lexical de la peur. (Six mots) « effrayait. », « glaçait », «… qu’il y avait quelqu'un derrière la porte. », « …quelque chose de hideux. », «…mes cheveux se dressent… », « ...notre terreur... », « …un souffle glacé... » (1.5p)
4. Conjugaison : « Cela me surprit(…) derrière la porte... » a- Il s’agit d’une séquence narrative parce qu’il y’a l’utilisation du passé simple. b- Transformation : « Cela me surprend. Nous pensons qu'il y a quelqu'un derrière la porte.» (0.5p+1.5p)
5. Grammaire : « … Un de nous l'a poussée à terre, elle est tombée. » a- Le mot souligné remplace : La vieille. b- Sa nature grammaticale : pronom personnel : c- Sa fonction du mot en gras ? A- sujet (1.5p)
6. Compréhension : Les amis du narrateur disent que la vieille est la complice des voleurs : « C'est sans doute la complice de ceux qui sont entrés avec de mauvaises pensées... » (1p)
*
Une vielle femme étrange : ou l’art de la description. (10p)
1. Compréhension : Je réponds par vrai ou par faux et je justifie mes réponses. (2p)
A- Le narrateur et ses amis ont trouvé la vielle femme dans le salon. Faux : « Puis nous arrivâmes dans le salon. Rien.»
B- Le bruit faisait peur au narrateur et ses amis. Vrai : « Il y avait quelque chose qui nous glaçait : nous avions peur. »
C- La vielle femme répondait aux questions du narrateur et de ses amis. Faux : « Je l'ai interrogée de nouveau, elle est demeurée sans voix, sans mouvement, sans regard. »
D- La vielle femme a mordu le narrateur dans sa main. Vrai : « Au même moment j'ai senti trois dents aiguës s'imprimer sur ma main, dans les ténèbres.»
2. Figure de style : a- Une comparaison : « Mes amis avaient entendu comme moi ». b- Transformation sous forme d’un tableau. (1.5p
Comparé
Comparant
Outil de comparaison
Elément de comparaison
« Mes amis »
« moi »
« comme »
audition
3. Grammaire : « … c’était comme une serrure qu'on ouvre sourdement, comme un verrou qu'on scie à petit bruit. » La valeur des deux verbes soulignés : présent de vérité générale. (0.5p)
4. Conjugaison : Transformation du récit au présent (1.5p) « …Il y a quelque chose qui nous glace : nous avons peur. »
5. Vocabulaire : « C’est sans doute la complice de ceux qui sont entrés avec de mauvaises pensées. » Le mot souligné veut dire :
A- compagnon. (1p)
6. Grammaire : Remplissez le tableau suivant : (deux exemples). (2p)
Adverbes de temps
Adverbes de manière
Adjectifs épithètes
Adjectifs attributs
« Tout à coup », « puis »
« l'escalier était bien fermée… »,
« elle céda brusquement.»
« voix basse », « Un bruit faible, étrange, » indéterminé. »
« l’armoire au linge était ouverte, », «
7. Grammaire : a- Je relève une explication du texte. « Il y avait quelque chose qui nous glaçait : nous avions peur. » b- Elle est introduite par les deux points. (1p)
8. Compréhension : Le narrateur a peur de mourir parce qu’il fait des couchers. (0.5p)

  



Vous aimez cet article ?
Partagez-le sur


 Réponse N°1 3381

Quelle ressemblance!
  Par   Samira Yassine  (CSle 05-04-10 à 14:10

Vous savez M kater, votre méthose d'analyse ressemble beaucoup à celle de M idoubiya.

J'ai quelques remarques à vous faire sur certaines quesions. je les enverrai très prochainement. Merci pour l'analyse.




 Réponse N°2 3382

Remarques
  Par   Samira Yassine  (CSle 05-04-10 à 16:55

Je tiens tout d’abord à remercier M Kater pour son analyse intéressante pour l’examen régional sur « La planète des singes ». J’aimerais attirer votre attention sur quelques points de votre évaluation "Ledernier jour d’un condamné " C’est très intéressant comme analyse, vous avez, comme je l’ai déjà signalé, la même structure dans la présentation des questions que M.Rachid Idoubia. Marcoagreg, nous réunit pour échanger nos travaux les discuter dans cette ambiance fraternelle, nous l’en remercions beaucoup. J'ai quelques remarques à vous faire sur certaines questions:

Je ne suis pas d'accord sur le choix de ce genre de questions:

La première question

A- Le narrateur se trouvait dans son cabinet avec quatre de ses amis.

C’est plutôt un piège. Vous avez-vous-même dit qu'on cherchait une analyse du texte. Mais, avoir deux ou trois et demander si c'est quatre on cherche juste à vérifier si l'élève est attentif à un détail qui n'a rien à voir avec le niveau de l'élève ni sa compréhension du texte. De plus, l’élève, étant en situation d'examen, ne verra même pas cette différence à laquelle vous faites allusion; je ne dis pas que la question est fausse mais moi personnellement je la considère comme un piège.

Pour les autres QCM, les réponses sont données et les justifications ne diffèrent pas beaucoup de la question. Mais pour la réponse D de la question 1

D- Le bruit ressemble à une serrure qu’on ouvre furtivement.

La réponse pourrait être considérée fausse dans la mesure où la phrase donnée et la phrase de la justification contiennent les mêmes mots sauf que l’adverbe « furtivement » ne signifie pas « lourdement » on pourrait même les considérer comme opposés dans la mesure où furtivement, de manière furtive, à la dérobée, rapidement et en cachette alors que lourdement c’est pas du tout furtivement ; le bruit est bien entendu et bien lourd.

Je passe à la question 6 :

« Quelle raison les amis du narrateur, ont-ils donnée lorsqu’ils ont trouvé la vielle ? »

Le mot « raison » n’est pas à sa place, on ne comprend pas ce que vous voulez dire, de la réponse j’ai compris que vous vouliez dire quelle explication, quelle justification ? Mais pas quelle raison.

En passant à la deuxième partie des questions réservées à la vieille on remarque la répétition de certaines question concernant l’idée de peur par exemple l’idée de peur est répétée dans les deux QCM.

Question 5. Vocabulaire : « C’est sans doute la complice de ceux qui sont entrés avec de mauvaises pensées. » Le mot souligné veut dire :

A- compagnon B- ennemie C- cousine. (1p) Choisissez la bonne réponse

Vu qu’il n y avait pas de mot souligné, je n’ai pas trouvé le mot à remplacer. Tout simplement par ce que compagnon ne veut pas dire complice, d’une part d’autre part le mot à remplcer est feminin et vous donnez deux mots féminins faux et un troisième sense être l’équivalent, masculin. Au début ,je croyais que vous demandiez l’antonyme alors j’ai choisi ennemie juste faute de mieux.

Je vous remercie M Kater pour votre travail.





 Réponse N°3 3391

Attention à la propriété intellectuelle !
  Par   Idoubiya Rachid  (Profle 05-04-10 à 22:35



Le vole de la propriété intellectuelle est la pire des choses qu'on puisse faire! Je me demande pourquoi je trouve maintenant mes travaux dans des centaines de sites, sans que ceux-ci daignent me demander la permission de publication! C'est un comportement indigne, voire lâche! C'est pire que du vole à "l'arrache"! Le travail que je publie, c'est le souci du partage qui m'anime à le faire! Le travail que je publie, c'est le fruit de plus d'une trentaine d'années de formation et de travail sérieux et laborieux! On ne doit donc pas croire qu'avec un copier-coller, on s'approprie les efforts des autres!

Dans le monde où nous vivons, l'Homme a pris l'habitude à prendre le fruit des autres, a pris l'habitude de faire fi des règles et des lois, a pris l'habitude de mentir aux autres et de se croire plus intelligent que les autres car il sait mentir, trahir mieux que les autres! Le pire, s'il s'agissait de celui qui est sensé éduquer les autres!

Maintenant, puisque la chose est faite et le mal est là, il vaudrait mieux pour la personne qui se cache derrière le pseudonyme de "super kater" qu'elle se manifeste et qu'elle présente ses excuses, qui seront bien sûr acceptées.

Mais à condition de ne plus recommencer ce genre de comportement qui porte préjudice à notre métier/ profession d'enseignant!

Les travaux en question -fautes comprises au niveau des titres!- sont: "la planete des singes", "examen du regional critique", "derniuer jour d'un condamne"





 Réponse N°4 3392

ça s'explique;
  Par   Samira Yassine  (CSle 05-04-10 à 23:29

Enfin l'énigme est résolue! J'étais vraiment surprise de la ressemblance mais je ne m'attendais pas à ce qu'il s'agisse d'un plagiat si flagrant!

Vous ne devez pas vous en faire, M Idoubiya, tout le monde reconaitra et facilement vos travaux parce qu'il n' y a qu'un seul enseignant nommé M.Idoubiya.





 Réponse N°5 3394

re
  Par   marocagreg  (Adminle 05-04-10 à 23:49

à tout seigneur tout honneur, voilà cher Rachid j'ai essayé de corriger le mal en attribuant les travaux à leur vrai auteur. Sur internet, il existe toujours malheureusement ce genre de parasites, il faut faire avec et essayer le plus possible d'empêcher leur action destructrice.




 Réponse N°6 3398

le bon de l'ivraie
  Par   brahim el harfi  (Profle 06-04-10 à 01:12

M Rachid votre travail et votre effort ont aidé et inspiré un nombre important d'enseignants novices et expérimentés. On est choqué de voir ce genre de chose arriver!!




InfoIdentification nécessaire
Identification bloquée par
adblock plus
   Identifiant :
   Passe :
   Inscription
Connexion avec Facebook
                   Mot de passe oublié


confidentialite Google +