Début d'un de mes écrits

 Par ejrhom dyae  (?)  [msg envoyés : 19le 10-01-11 à 21:21  Lu :1989 fois
     
  
 accueil

Chapitre 1
Elle était debout devant la tombe , s’abreuvant de ses larmes . Elle poussait le chagrin jusqu’à s’évanouir de tant à autre . Son visage D’une pâleur exsangue laissait paraitre l’austérité et l’accablement dont elle souffrait . Et ses Cheveux ? Ses beaux cheveux d’un blond flamboyant , qui , il y a de cela des années ensorcelaient les prétendants , débordaient du foulard , et venaient mourir sur sais épaules . J’avais une envie , aussi incertaine soit-elle , de me jeter à ses pieds et de l’empêcher de verser ses larmes , qui , chaque fois qu’elles effleuraient la terre , faisaient fondre mon cœur et le transperçait d’un trou béant , m’annihilant de l’intérieur , me vidant de toute ma substance . Elle s’appelait Layla . Je l’aimais . Or , de puis qu’elle fut promise à un autre , je ne la revit plus . C’est Alors que je décidais d’échapper à cet enfer certain , des ruelles silencieuses , pour échouer dans le brouhaha des villes .
Ce n’est que lorsque je rendais visite à mes tuteurs que j’appris la nouvelle : Son Mari était MORT. Je ne savait quoi penser . Etre euphorique et risquer la mise à nue de cette attitude servile ? Ou compatir en mettant de côté le désarroi dont je pâtis . A ce Moment là , dans le ciel pâle , le soleil mettait une poussière de lumière blonde. C’était entre les branches amaigries par le froid , teintaient le tapis de feuilles aux pieds des arbres d’une couleur jaunâtre . Ce jour là je songeais ! A quoi ? Ou plutôt à qui ? son image me hantait . J’hésitais . Je ne pouvais languir d’avantage . Elle était d’une beauté telle que j’avais perdu toute notion temporelle ! Plus rien ne subsistait . C’est à ce moment là qu’elle posa son regard sur moi . Elle restait là hésitante . Nos yeux s’accrochèrent pour ne plus se lâcher . Elle s’avança vers moi , puis d’une délicatesse incertaine me lança un « bonjour » , défiant ainsi toutes les saintes lois de la société . Elle m’invita à rentrer tout en ayant la hantise des regards des autres . Ici , à Herat , Les amours se cachent pour survivre . Elle s’agenouilla devant moi et s’accrocha à mes jambes, pleurant son lari , mais aussi l’affliction qu’elle vivrait . Maintenant qu’il était mort , la honte , l’abjection et l’abomination dont elle ferait l’objet réveillaient en elle l’appréhension qu’elle espérait tant abolir . c’est alors que je pris la décision de me dévoiler , de lui ouvrir mon esprit en laissant libre arbitre aux idées qu’elle pouvait y percevoir .
-« épouse moi et tu n’auras a subir aucune de ses humiliations »
Et là , je vis ses yeux s’accroitre tels des gouffres lumineux , accusant le rayonnement du soleil pénétrant les fenêtres . Elle dit d’un ton Vexé « oui » , et subitement , pareil à un reflet gobé par les ombres , le temps décélérât , la chambre se fossilisa . Je sentais son cœur se débattre tel un fauve en cage . Je revins à moi , les oreilles sifflotant , perdu dans le silence d’un entre-deux univers , puis je renchéris amoureusement : « vois tu ma chère , le temps qui nous éloignait en nous faisant défaut à pu aussi nous rapprocher » .
Elle semblait silencieuse , frêle , et blême . J’apercevais en ses yeux une détermination sans égale . Etait-ce le regret qui la dévorait ? la haine ? Ou plutôt l’ombre de celle à laquelle j’hésite à apposer le beau nom de tristesse. Sans efforts ni passion , les préparatifs s’accomplirent . Le deuil de celui qui avait dérober « mon âme » fût conclut , et elle me fût rendue sans une once d’hésitation . Or son cœur battait , battait fort , étouffant dans sa cage , s’abreuvant de sa solitude et de ses doutes . Sentant la cérémonie arriver , amoindrie de volonté fût son être . Lassitude et affliction devinrent les mots clé de ses journées .
Elle s’autodétruisait , n’exigeait rien d’autre que sa liberté , offrant ainsi à ses proches et à moi-même, une seule et unique expression sur son visage : L’irascibilité . je voyais s’éteindre la lumière qui m’avait tant éclairé , au fur et à mesure que le jour « J » approchait .
Chapitre 2
Une brise fraiche refroidit mon visage , mon corps , mon être . La peur et le doute m’envahirent . je les refoulaient sec . Alors que les fleurs et les rubans ornaient les murs et les arbres , les cris et les pleurs de femmes en crise envahirent l’espace . Elle était là , devant moi , ou plutôt ce qui restait d’elle : seul un corps inerte gisait à mes pieds . Pourquoi avoir renoncé alors que notre bonheur s’accomplissait ? je m’en veux ! Comment ne pas avoir remarqué qu’elle souffrait ? Comment ai-je omis de lire en elle comme un livre ouvert .
Les collines miroitaient , les montagnes au diable vauvert semblaient sourire . Je percevais leurs chuchotements : d’une voix basse, douce et angélique , elles déblatéraient que le paradis l’accueillerait les bras ouverts . J’étais heureux et affligé , euphorique et abattu . Une partie de moi s’émiettait , se désagrégeait . Or , savoir qu’elle m’attendrait au bord du fleuve « Salssabile » , me rendait jovial .
Même en étant absente , elle était d’une magnificence telle que la fascination m’envahit . Je regardais une couverture blanchâtre , étreignant sa peau frêle et glacé , sans aucune conviction. Je me retirai imprégné de son parfum , de la haine et la rage qui n’avaient toujours pas quitté ses pupilles .
Chapitre 3
Alors qu’une couche blême recouvrait la terre , les funérailles se déroulèrent sous les flots de gens en larmes . Mes yeux était secs . Sans aucune émotion , j’assistai à la dissolution de toute une mise en abime . Enseveli sous le désespoir , je les regardais s’accrocher à en perdre la raison .
N’est –il pas parfait de contempler les débris d’une nature tirant à sa fin ? Diriez vous peut-être que cette chose qui bat en moi n’est que Pierre rigide et sans vie ?
Peut être … Mais en cet endroit mort et délabré , il m’arrive …………………………………..
( Désolé , Mais Ce n’est pas encore fini !! :D :d j’espère bien Terminer bientôt !! Merci )

  



Vous aimez cet article ?
Partagez-le sur
  Urgent !! ..
  Production : maltraitances des prisonniers
  Tous les messages de ejrhom dyae


 Réponse N°1 7948

Bonne continuation
  Par   jamal adib  (CSle 10-01-11 à 23:52

Salut Dyae. Une initiative méritoire. Bonne continuation.




 Réponse N°2 7954

Bonne continuation ma chère Dyae!
  Par   Samira Yassine  (CSle 11-01-11 à 12:02

Je suis fière de toi ma chère Dyae. Tu arrives malgré toutes les préparations que tu as à affiner ton travail et nous le présenter sous forme de chapitres cette fois. bravo et bonne continuation grande écrivaine.





 Réponse N°3 7956

félicitation
  Par   kawtar otmane  (CSle 11-01-11 à 13:57

ma chére Dyae je vous encourage car je trouve que vous étes vraiment douée




 Réponse N°4 7962

merci
  Par   ejrhom dyae  (CSle 11-01-11 à 15:00

un Grand merci A vous Qui me soutenez ! Merci pour Vos commentaires et vos encouragements !!

En esperant ne pas vous Décevoir !! :D :D :D

Merci :D (k)




 Réponse N°5 7988

idou2000
  Par   Idoubiya Rachid  (Profle 11-01-11 à 23:33



Un très bon travail!

Dès que j'ai un peu de temps, je vous ferai un grand commentaire.

Bonne continuation. Vous avez vraiment du talent!




 Réponse N°6 8005

Merci
  Par   ejrhom dyae  (CSle 12-01-11 à 20:18

A monsieur idoubiya ,

Merci pour votre commentaire et vos encouragements ! ça me fait vraiment plaisir !!

Encore un grand merci . :D :D




InfoIdentification nécessaire
Identification bloquée par
adblock plus
   Identifiant :
   Passe :
   Inscription
Connexion avec Facebook
                   Mot de passe oublié


confidentialite Google +