Corrigé de la production écrite déposée par houda najhi

 Par jamal adib  (?)  [msg envoyés : 206le 02-12-10 à 01:03  Lu :5739 fois
     
  
 accueil


Sujet :
« Alors charlot tapa du pied, et se tournant vers ses parents « manants, va ! » Et disparut
Dans la nuit » charlot, jaloux de jean Vallin, reproche à ses parents le fait de l’avoir gardé et les quitte. Comment trouvez-vous la réaction de charlot et son attitude ?
Modèle de réponse:
Depuis que le bébé lance son premier cri d’enfantement, ses parents se saignent aux quatre veines pour veiller sur son éducation et lui assurer un avenir prospère. Pourtant, les enfants se montrent parfois ingrats et finissent par fouler aux pieds toutes les valeurs en se révoltant contre leurs parents. Le comble, c’est de trouver parmi eux qui ne trouvent nul embarras d’insulter leurs parents sans vergogne. Charlot, le fils des Tuvache en est là un exemple éloquent. Cet innommable jeune homme, au lieu de récompenser ses parents qui se sont évertués pour le garder à côté d’eux en refusant une offre alléchante de la part du couple bourgeois qui voulait l’adopter, s’est révolté in extremis contre ses parents sous prétexte qu’ils appartenaient au genre qui causait le malheur de leurs enfants. N’est-il pas un monstre d’ingratitude ?
En outre, Charlot est un individu rancunier et aveugle de jalousie. C’est bien cela le déclic de sa réaction. S’il était quelqu’un de bonté, il n’envierait pas Jean pour la simple raison qu’il était devenu dandy. Dans la balance de la gratitude envers les parents, un grand fossé sépare les deux jeunes hommes. Jean aurait oublié à jamais ses parents. N’étaient-ce pas ses parents qui l’ont sacrifié contre une somme d’argent plus au moins dérisoire ? Il pourrait garder une haine viscérale à leur égard, mais sa longanimité l’emportait sur toute autre considération. C’est cet instinct de bonté dont jean est imbu qui lui avait amené à revenir voir ses parents après de longues années d’absence. Au contraire, Charlot a échoué dans la première épreuve que le destin sème dans son chemin : L’impavidité devant les revers de la vie.
En définitive, je trouve que l’attitude de Charlot est fort répréhensible. Quoi qu’il restât à côté de ses parents en train de trimer pour les nourrir, mais c’est la fin qui compte. Laisser ses parents alors qu’ils ont besoin de lui plus qu’auparavant pour une chaînette d’or autour du poignet de son rival est une lâcheté abominable.
Prof Jamal
Version adaptée au niveau des lycéens

  



Vous aimez cet article ?
Partagez-le sur
  Production écrite 1er bac
  Bribes de souvenirs 2
  Tous les messages de jamal adib

InfoIdentification nécessaire
Identification bloquée par
adblock plus
   Identifiant :
   Passe :
   Inscription
Connexion avec Facebook
                   Mot de passe oublié


confidentialite Google +