Contrôle n°1 1er semestre

 Par Darif Mohamed  (Prof)  [msg envoyés : 4le 24-10-13 à 22:00  Lu :3019 fois
     
  
 accueil


I - Texte support
A six ans, j’étais seul, peut être malheureux, mais je n’avais aucun point de repère qui me permît d’appeler mon existence : solitude ou malheur.
Je n’étais ni heureux ni malheureux. J’étais un enfant seul. Cela, je le savais. Point farouche de nature, j’ébauchais de timides amitiés avec les bambins de l’école coranique, mais leur durée fut brève. Nous habitions des univers différents. J’avais un penchant pour le rêve. Le monde me paraissait un domaine fabuleux, une féerie grandiose où les sorcières entretenaient un commerce familier avec des puissances invisibles. Je désirais tant que l’Invisible m’admît à participer à ces mystères. Mes petits camarades de l’école se contentaient du visible, surtout quand ce visible se concrétisait en sucreries d’un bleu céleste ou d’un rose de soleil couchant. Ils aimaient grignoter, sucer, mordre à pleines dents. Ils aimaient aussi jouer à la bataille, se prendre à la gorge avec des airs d’assassins, crier pour imiter la voix de leurs pères, s’insulter pour imiter les voisins, commander pour imiter le maître d’école.
Moi je ne voulais rien imiter, je voulais connaître.
II - Compréhension /Langue
1 - Recopiez et complétez le tableau suivant (1pt)
Auteur :
Œuvre :
Genre :
Date de parution :
2 - Situez le passage par rapport à l’œuvre. (1pts)
3 - Quel sentiment le narrateur éprouve-t-il dans ce passage ? (1pt)
4 - Pourquoi le narrateur se sentait-il solitaire ? (1pt)
5 - Relevez une expression qui montre que le narrateur n’avait pas d’amitiés avec les autres bambins de l’école coranique. (1pt)
6 - Quel est le type d’énonciation employé dans ce texte ? Justifier votre réponse. (1pt)
7 - Dans la liste suivante, quels sont les mots qui n’appartiennent pas au champ lexical de la solitude ? (1pt)
Solitaire – Seul – Solidarité – Solitude – Soliste - Solidité – Solo – Solidaire – Solide – Seulement – Unique – Isolé
8 - De quel « Invisible » le narrateur parle-t-il ? (1pt)
9 - Dites pourquoi le narrateur a choisi l’âge de six ans ? (1pt)
10 - Quelle valeur le narrateur cherche-t-il essentiellement à nous communiquer ? (1pt)
III – Production écrite (10pts)
A partir de la perturbation suivante, rédigez une situation initiale : Tout à coup, la lumière s’éteignit.

  



Vous aimez cet article ?
Partagez-le sur


 Réponse N°1 32746

re
  Par   Sadik fatima ezzahra  (CSle 07-11-13 à 05:18

II - Compréhension /Langue

1-Auteur : Ahmed Sefrioui

Œuvre : La boite à merveilles

Genre : Roman autobiographique

Date de parution : en 1954

2 - Ce passage est après la description de Dar Chouafa et la représentation de ses locataires, le narrateur nous montre ses sentiments de solitude.et il est placé avant la description de la séance du bain maure.

3 - le narrateur éprouve un sentiment de solitude.

4 - le narrateur se sentait solitaire car il n’avait pas des amis, il ébauchait de timides amitiés avec ses camarades de l’école coranique mais leur durée fut brève.

5 - une expression qui montre que le narrateur n’avait pas d’amitiés avec les autres bambins de l’école coranique : «.. leur durée fut brève »

6 - L’énonciation est coupée : c’est un récit .

Justification : -les pronoms :« je » le je du narrateur enfant, me, mon, ils -Temps verbal :imparfait pour la description -Verbes d’état : être –paraître -Verbes de sentiments : aimer, désirer, se contenter

7 - les mots qui n’appartiennent pas au champ lexical de la solitude sont : la solidarité, solidité, solidaire, solide,

8 - Le narrateur désigne par l’Invisible sa boite à merveilles et les contes imaginaires de Abdellah l’épicier racontés par son père et qui enrichissent son imagination.

9 - le narrateur a choisi l’âge de six ans pour témoigner de son époque par ses souvenirs d’enfance.

10 – La valeur que le narrateur cherche essentiellement à nous communiquer est L’importance de l’amitié à empêcher la solitude de l’homme.

III – Production écrite :

Tout à coup, la lumière s’éteignit. J’avais peur, mon père me rassura, puis il alluma une belle bougie d’une flamme blanche qui dansait imperceptiblement. En attente du retour de l’électricité nous étions ennuyés, mon père me racontait une histoire extraordinaire où il y avait des monstres des palais et des princesses rebelles. Ensuite tout le monde est assemblé autour de la table du dîner. Ma mère me donnait à manger du riz avec du lait, je détestais ce repas mais j’étais obligée de manger pour devenir une princesse assez brave comme dans les contes de mon père. Je pourrais affronter tous les obstacles, je m’habillerais d’une bleue robe et je posséderais un cheval enchanté. 




InfoIdentification nécessaire
Identification bloquée par
adblock plus
   Identifiant :
   Passe :
   Inscription
Connexion avec Facebook
                   Mot de passe oublié


confidentialite Google +