Contrôle : la boite à emrveilles

 Par chamali souad  (?)  [msg envoyés : 1le 18-03-12 à 15:07  Lu :1322 fois
     
  
 accueil


Etablissement : Lycée Mohamed VI Alnif
Chamali Souad
Niveau: 1ère année bac
Contrôle continu
Texte:

«Mon père resta silencieux, les paupières baissées. Brusquement, un claquement sonore me fit sursauter dans mon lit, me tira un gémissement de douleur. Ma mère s'était appliquée sur les joues ses deux mains avec la force du désespoir. Elle s'assit à même le sol, s'acharna sur son visage, se griffa, se tira les cheveux sans proférer une parole. Mon père se précipita pour lui retenir les mains. Ils luttèrent un bon moment. Ma mère s'écroula face contre terre.

- O femme! Ne crains-tu plus la colère de Dieu? dit doucement mon père. Aie confiance en sa miséricorde. Dieu ne nous abandonnera pas. Ce qui nous arrive, arrive tous les jours à des milliers de musulmans. Le croyant est souvent éprouvé. J'ai perdu dans la cohue des enchères aux haïks tout notre maigre capital. J'avais mis l'argent dans un mouchoir. J'ai du laisser le mouchoir tomber par terre, croyant le glisser dans ma sacoche.

Ma mère avait relevé la tête. Elle ne disait rien.

Mon père, de sa voix calme, continuait:

  • Pourquoi se lamenter? Nous devons louer Dieu en toutes circonstances.

Enfin, ma mère sortit de son silence.

  • Qu'allons-nous faire?

  • Je vais travailler…»


I- Compréhension et langue (10 pts)

  1. Quel est le type de ce texte?
  2. Situez ce passage par rapport à ce qui précède.
  3. Quelle est la focalisation de ce texte?
  4. Qu'est-ce qui montre que ce texte est tiré d'un roman autobiographique?
  5. Le père avait perdu une grosse somme d'argent au souk des haïks. Vrai ou faux? Justifiez votre réponse.
  6. Relevez du texte une indication montrant que le père est un vrai croyant.
  7. A la lumière de votre lecture de l'oeuvre, quel travail le père exercera-t-il pour redémarrer son atelier?
  8. «Je vais travailler», a dit le père du narrateur.
Transposez cette phrase au discours indirect.
  1. Identifiez les figures de style contenues dans les phrases suivantes:
  • Il défend son bonheur comme un os.
  • C'est un beau jardin qui ne pense pas à ses visiteurs.
  1. Identifiez le rapport qui relie les propositions de la phrase complexe soulignée dans le texte. Justifiez votre réponse.
II- Production écrite: (8 pts)

Réécrivez ce texte pour obtenir un texte autobiographique.

La rue était sombre et étroite. Il avançait rapidement. La pluie glaciale cinglait son visage. Soudain, une ombre menaçante se dressa devant lui. Effrayé, il étouffa un cri.
D'un geste instinctif, il serra son petit sac de cuir: il renfermait une grosse somme d'argent.

Présentation de la copie: (2pts)


  



Vous aimez cet article ?
Partagez-le sur


 Réponse N°1 33080

merci
  Par   mouana fatima  (CSle 07-12-13 à 14:13



merci beaucoup ma meilleure prof je te manque beaucoup





 Réponse N°2 33390

réponses
  Par   mouana fatima  (CSle 13-01-14 à 22:21



1- texte narratif

2- ce texte est extrait du roman autobiographique La Boite à Merveilles d'Ahmed SEFRIOUI. il correspond à l'élément perturbateur et se situe après l'achat des bracelets par Maalem Abdeslem au profit de son épouse Lalla Zoubida.

3-focalisation interne

4-ce qui montre que ce texte est tiré d'un roman autobiographique est: l'emploi du pronom personnel "je" et les adjectifs possessifs " mon et ma "

5- vrai, "J'ai perdu dans la cohue des enchères aux haïks tout notre maigre capital"

6-une indication qui montre que le père est un vrai croyant est: "Nous devons louer Dieu en toutes circonstances" ( on a beaucoup d'indications, seulement j'ai donné une seule)

7-le travail du père pour redémarrer son atelier est: moissonneur( celui qui travaille aux champs et qui ramasse du blé)

8-le père du narrateur a dit qu'il va travailler.

9-Il défend son bonheur comme un os.<
C'est un beau jardin qui ne pense pas à ses visiteurs<
10- proposition juxtaposé car la proposition principale et la proposition subordonné sont séparées par une virgule.

production écrite:

La rue était sombre et étroite. j'avançais rapidement. La pluie glaciale cinglait mon visage. Soudain, une ombre menaçante se dressa devant moi. Effrayé, j'étouffai un cri.

D'un geste instinctif, je serrai mon petit sac de cuir: je renfermais une grosse somme d'argent.





 Réponse N°3 33392

question9
  Par   mouana fatima  (CSle 14-01-14 à 15:36



Il défend son bonheur comme un os. c'est une comparaison

C'est un beau jardin qui ne pense pas à ses visiteurs. c'est une personnification





InfoIdentification nécessaire
Identification bloquée par
adblock plus
   Identifiant :
   Passe :
   Inscription
Connexion avec Facebook
                   Mot de passe oublié


confidentialite Google +