Controle de la boite à merveilles

 Par touil Mousslim  (?)  [msg envoyés : 3le 23-05-11 à 20:59  Lu :2645 fois
     
  
 accueil


J’entamai un beignet. Il devint dans ma bouche pâteux et sans goût. Je le mâchai, le remâchai, le promenant d’une joue à l’autre ; je finis par l’avaler sans plaisir. La table débarrassée, ma mère posa à même le bois, une petite théière d’émail dont nous ne servions jamais et deux verres. Sans plateau, sans bouilloire dans la pièce, sans le rituel habituel qui présidait à la préparation du thé, une impression de dénuement flottait l’atmosphère. Seuls, les ménages misérables procédaient de la sorte.
Après déjeuner, ma mère me recommanda d’être bien sage, prit son haïk et partit rendre visite à Lalla Aïcha son amie. Elles avaient tellement de choses à se dire.
Je me souviens encore des heures affreuses passées à l’attendre. Sans oser me mettre à la fenêtre, réprimant l’envie que j’avais de courir dans l’escalier, de sauter au soleil sur la terrasse. Je jetai un coup d’œil dans ma boîte à merveilles. Ce n’était plus une boîte à merveilles mais un cercueil où gisaient les pitoyables cadavres de mes rêves. Je fis une atroce grimace. Les voisines ne devaient pas m’entendre pleurer. Je me mouchai dans un vieux chiffon qui traînait par terre. Couché sur le dos, je contemplai fixement les taches squameuses qui constellaient les murs de notre chambre. Elles ne bougeaient plus. Elles organisaient autrefois en mon honneur des ballets à ravir les yeux. Je passai des heures à suivre les évolutions de ces formes changeantes. Maintenant, elles n’étaient plus que des taches figées qui me donnaient la nausée.
Mon cœur se mit à battre de tristesse, d’angoisse, de dépit et de colère. […] Epuisé par mes larmes silencieuses, je finis par m’endormir. Quand ma mère revint, j’avais de nouveau la fièvre. Elle me couvrit chaudement, s’assit à côté de mon lit et pleura longtemps .elle chantonnait doucement ,S’interrompait de temps à autre pour se moucher , reprenait son murmure .Le soir ,elle ne prépara pas de dîner, elle se coucha tôt . j’avais de la peine à m’endormir. Je m’agitais Dans mon lit, me tournais, me retournais sans réussir à sombrer dans le sommeil .
Comprehention :
1- Présentez en quelque lignes l’auteur et le genre littéraire auquel appartient le texte .
2- Quelle est la typologie du texte ?
3- Situez le passage dans l’œuvre où il est extrait .
4- Relevez quelque indices relevant le genre .
5- Transformez les paroles de la mère au discours direct :( à mes refléxions …………. étain )
6- Relevez les sentiments éprouvés par le narrateur .
7- Quels sont les temps verbaux dominants dans ce passage ? justifiez leurs valeurs
8- De quelle focalisation s’agit il dans ce passage ? justifiez
9- Relevez du texte :
- Une phrase simple .
- Une phrase complexe .
- Deux propositions juxtaposées
- Deux propositions coordonnées
Production écrite :
L’enfance est l’âge de toutes les joies et de toutes les peines. Comment était la votre ?

  



Vous aimez cet article ?
Partagez-le sur


 Réponse N°1 11847

Remarques:
  Par   ahbar brahim  (CSle 30-05-11 à 13:14



Bonjour Monsieur Mouslim,

Je demande infiniment pardon ,Monsieur Mouslim, pour mes remarques mais votre contrôle ne semble pas se confirmer au cadres référentiels en vigueur.

En effet, concernant le niveau analytique de votre contrôle, il me semble que vos items tirent beaucoup plus vers le repérage gratuit et mécanique sans demander à l'élève l'effet recherché par telle figure de style ou telle type de phrase d'une part, et d'autre part, je n'arrive pas à déceler un fil conducteur logique qui structure l'agencement des questions de votre contrôle .

cordialement .





InfoIdentification nécessaire
Identification bloquée par
adblock plus
   Identifiant :
   Passe :
   Inscription
Connexion avec Facebook
                   Mot de passe oublié


confidentialite Google +