Contrôle continu.tc

 Par Jaafari Ahmed  (Prof)  [msg envoyés : 943le 07-03-13 à 09:13  Lu :4283 fois
     
  
 accueil


Texte:

On m’avait accusé d’avoir cassé un peigne, et j’avais reçu une punition. Tout ce que je sentais, c'était la rigueur d'un châtiment effroyable pour un crime que je n’avais pas commis. La douleur du corps, quoique vive, m'était peu sensible ; je ne sentais que l'indignation, la rage, le désespoir ; ces moments me seront toujours présents quand je vivrais cent mille ans. Ce premier sentiment de la violence et de l'injustice est resté si profondément gravé dans mon âme, que toutes les idées qui s'y rapportent me rendent ma première émotion, et ce sentiment a pris une telle consistance que mon cœur s'enflamme au spectacle ou au récit de toute action injuste, quel qu'en soit l'objet et en quelque lieu qu'elle se commette, comme si l'effet en retombait sur moi. Je me suis souvent mis à poursuivre à la course ou à coups de pierre un coq, une vache, un chien, un animal que j'en voyais tourmenter un autre, uniquement parce qu'il se sentait le plus fort. (D’après, Jean Jacques Rousseau, Confessions)
I. Compréhension : (5pts)
1- Qui parle dans le texte, un enfant ou un adulte ?
.
2- De Quelle période de sa vie parle-t-il ? Passé, présent ou futur ? (soulignez)
3- Quel souvenir raconte-t-il ?
..................................
4- Qu’est-ce qui lui a fait le plus mal ?
.....................
5- Qu’est-ce qui montre que ce souvenir est resté gravé dans sa mémoire ?
………………………………
II. Outils de langue : (5pts)
1- Reliez au moyen de relatifs simples ou composés qui correspondent à ce qui est souligné : (à qui, dont, sur qui)
- Le petit n’a pas commis le crime ; on l’accusé de ce crime.
- ………………………………………
- La maman n’a pas épargné le petit, tous les soupçons pesaient sur le petit.
-
........................
- Le père n’est pas intervenu, on a raconté l’incident au père.
-
........................
2- Identifiez les figures de style soulignées et expliquez-en l’effet recherché !
- l'indignation, la rage, le désespoir : c’est une………………………, l’auteur l’a utilisée pour monter…………………
- mon cœur s'enflamme : C’est une …………………..l’auteur veut montrer……….
………………………………………
III- Production écrite : (10 pts)
Il t’est sûrement arrivé d’avoir été victime d’une (petite) injustice. Raconte-la, en respectant les consignes suivantes :
- utilise les étapes du schéma narratif : situation initiale, incident, …dénouement ;
- Insère des descriptions ;
- Deux répliques pour donner vie à ton récit ;
- Les pronoms relatifs quand il le faut ;
- Une ponctuation appropriée.

  



Vous aimez cet article ?
Partagez-le sur
  Djc: chapitre xiii!
  Mettre la production écrite à l'esprit du temps
  Tous les messages de Jaafari Ahmed


 Réponse N°1 30085

Cet extrait des confessions
  Par   Samira Yassine  (CSle 07-03-13 à 14:31



je le cherchais dans un roman que je suis en train de lire.

Mais j'étais convaincue que c'était Simone de beauvoir !!!

Heureusement que vous avez publié cet extrait sinon j'allais finir le roman , le lire une autre fois cherchant vainement ce passage que j'aime beaucoup lire.

Du coq à l'âne:

L'injustice !!

J'ai beaucoup aimé le sujet que vous avez donné comme production écrite, Ssi Jaafari.

Oui, L'injustice, il n' y pas pire.

Je ne souhaite pas être accusée injustement mais le plus grave est d'accuser quelqu'un injustement, voilà le plus grave , cher ami.

Je vous remercie pour le partage et vous félicite pour votre méthode de travail.

Vraiment, vous êtes un océan, tantôt c'est le programme destiné aux élèves de la fac, tantôt les élèves du collège, et ce qui m'a vraiment surprise , ce sont  les monographies publiées dans la rubrique études littéraires, j'en ai lu une grande partie à 4h 30 du matin, j'avais une petite insomnie et j'ai bien ri en lisant le dialogue enregitré pour ces 7 personnes qui discutaient tranquillement doutant le moins du monde d'un enregistrement qui se faisait à leur insu.

Bravo ! Du beau travail, M Jaafari.

Merci pour le partage.





 Réponse N°2 30094

Merci Madame yassine!
  Par   Jaafari Ahmed  (Profle 07-03-13 à 19:31



ravi de vous avoir intéressée et amusée!





 Réponse N°3 30096

Une question?
  Par   Jaafari Ahmed  (Profle 07-03-13 à 19:43



Va-t-on considérer : mon coeur s'enflamme( abstraction faite de l'abstraction du coeur), comme une métaphore, ou plutôt, comme une chosification? puisque seules les choses s'enflamment alors que la chaire brûle! hhh!





 Réponse N°4 30102

Quelle modestie ! :)
  Par   Samira Yassine  (CSle 07-03-13 à 21:57



M Jaafari, je ne vous arrive pas à la cheville.

Mais je vais essayer quand même de vous répondre.

Cette phrase" mon coeur s'enflamme" a attiré mon attention dès sa publication aussi bien que l'autre phrase.

Je me suis dit "c'est une métaphore" abstraction faite de toutes les significations, elle reste pour moi , un métaphore.

Quand à l'autre phrase, "l'indignation, la rage, le désespoir" , je ne savais plus si c'était une énumération ou une gradation, ce qui est sûr c'est que le reste de la phrase est une hyperbole :ces moments me seront toujours présents quand je vivrais cent mille ans.

Merci, cher frère, pour le partage.





 Réponse N°5 30104

Bonsoir madame!
  Par   Jaafari Ahmed  (Profle 07-03-13 à 22:17



Vous avez raison de dire que vous ne m'arriverez pas à la cheville et ceci dans les deux cas de figure : primo, vous êtes bien haut palcée, et jamais vous ne descendrez si bas!secondo, comme je marche souvent sur les mains, j'ose espérer que je vous dépasserai quand-même des chevilles!

oui,effectivement: c'est une gradation; le petit est indigné (ou l'adulte) puis, il rage devant cettte injustice, et enfin, ne pouvant rien faire, il en arrive à désespérer.Pour le deuxième exemple je continue à soupçonner une réification!





 Réponse N°6 30105

Merci Monsieur Jaafari.
  Par   Samira Yassine  (CSle 07-03-13 à 22:53



C'est très aimable à vous, je ne mérite pas toutes ces éloges. C'est généreux de votre part.

Comme a dit M kasbaoui, on demande trop à ces élèves. Les consignes devraient être moins dificiles, plus accessibles à l'élève.

Vous remarquez que nous mêmes , nous sommes parfois incapables de trancher devant une phrase, de quelle figure de style , il s'agit. Alors que dire des élèves?

Merci encore Ssi Jaafari.

bonne nuit !





 Réponse N°7 30114

Corrigé
  Par   kasbaoui abdelaziz  (Autrele 08-03-13 à 20:56



Merci Ssi Jaafari.

Voilà un très bel extrait du point de vue esthétique, générique et littéraire. Son exploitation est également claire et concise.

J'ai cependant une petite requête .

Quelles réponses attendez-vous pour les questions de compréhension?





 Réponse N°8 30116

Bonsoir, Si Kasbaoui!
  Par   Jaafari Ahmed  (Profle 08-03-13 à 23:40



Merci infiniment pour l'intérêt que vous avez porté à cet item, si modeste soit-il.

Je m'excuse du retard à répondre, je viens juste d'être libéré.

Voilà, en ce qui concerne la comprénesion du texte, je ne m'attends pas à des miracles de la part de mes élèves, mais j'ai essayé de les intéresser, voire les impliquer. c'est vrai que le texte a deux revers: un côté simple, bon enfant, et un autre beaucoup plus profond, qui met à jour la sensibilité exacerbé , maladive de Rousseau!

je serais satisfait si mes élèves arrivent à s'impliquer dans le côté naïf de l'enfant.

Pour la première question: c'est l'adulte qui parle (l'auteur): c'est le "je" narrant qui raconte le" je" narré. Ici les élèves, ont répondu adulte: sans hésiter.

Pour la deuxième question, Il parle des trois périodes de la vie: le passé que constitue le souvenir en lui-même, le présent où il parle de ce sentiment d'injustice toujours vivant en lui, et du futur quand il dit : ces moments me seront.. quand je vivrais cent mille ans.( ici deux élèves, excellents, ont souligné les trois réponses, tous les autres ont souligné "passé".

3- Il raconte le souvenir du sentiment d'injustice qu'il a éprouvé: l'indignation, la rage, et le désepoir . ( là encore ; beaucoup répondent seulement: il a été accusé d'avoir cassé un peigne et il a été puni injustement: j'accepte la réponse)

4- La rigueur d'un châtiment effroyable pour un crime qu'il n'a pas commis. ET/ou l'indignation, la rage, le désespoir.

5- chaque fois qu'il entend le récit une injustice, ou la voit, ce sentiment refait surface et son coeur s'enflamme comme au moment de la punition reçue injustemment!

Bien sûr, on finit par accepter des bribes de réponses, n'importe quel indice qui montre que l'élève a effleuré le sens.

Cordialemnt!





 Réponse N°9 30120

Merci
  Par   kasbaoui abdelaziz  (Autrele 09-03-13 à 13:55



Merci Si Jaafari pour ce commentaire profond.

J'ai apprécié dans vote intervention trois comportements évaluatifs essentiels à la réussite du contrat docimologique :

1. la cohérence interne des items de compréhension: On peut, en effet, détecter facilement le genre du texte proposé grâce aux expressions / concepts utilisés.

2. le seuil de tolérance: une évaluation qui se veut formatrice ne peut faire l'économie d'une marge de tolérance, raisonnable bien sûr, qui positive et valorise les efforts fournis par les élèves.

3. la validité: l'acceptation des réponses, quand bien même fragmentées, à condition qu'elles suggèrent l'acte de comprendre/d'avoir compris.

J'ai, par ailleurs, une remarque concernant les questions 2 et 3 qui sont suscitées par la nature de l'extrait (fragments recomposées) plus que par la nature du mode de questionnement. Le verbe "parler" également y serait sans doute pour quelque chose.

1. pour la deuxième question, il est probable que la réponse soit exclusivement "passée" si l'on prend en compte le caractère temporel de l’expression "période de vie" qui renvoie à une tranche de vie, à des événements etc. Le moment présent, qui se présente sous forme d'un commentaire, ne fait, dans ce cas, que mimer des sentiments passés.

2. La troisième question pourrait renvoyer, outre aux deux réponses que vous avez raison d'accepter, à un autre souvenir "Je me suis souvent mis à poursuivre à la course ou à coups de pierre un coq, une vache, un chien, un animal que j'en voyais tourmenter un autre,".

la nature de l'extrait a peut-être été contraignante à ce niveau.

Cordialement





 Réponse N°10 30121

Merci infiniment, si Kasbaoui!
  Par   Jaafari Ahmed  (Profle 09-03-13 à 14:21



Vous avez vraiment l'art de décortiquer les choses, et vos commentaires montrent bien combien il est difficile d'évaluer/ On se rend compte que beaucoup de chose se font à la légère!

Beaucoup de fois aussi, l'enseignant n'arrive pas à comprendre pourquoi ses élèves n'ont pas réussi l'évaluation, et pourtant, croit-il, la leçon a été bien assimilée. et c'est parfois, après trois contrôles qu'il commence à recuillir des résultats! mais lesquels?! souvent, ce sont ses élèves qui, pour survivre, se sont adaptés à son mode de questionnement!

Merci infiniment pour vos remarques et conseils précieux!

Ps: J'ai oublié de signaler que nos élèves s'attendent toujours à une explication avant de commencer l'évaluation.On leur lit le texte, on explique les mots difficiles...!on lit les questions, on rappelle les leçons...!





 Réponse N°11 30122

Attentes des élèves
  Par   kasbaoui abdelaziz  (Autrele 09-03-13 à 14:41



Je rebondis sur votre dernière remarque relative aux attentes des élèves. Je crois qu'on peut le faire pendant les premières évaluations pour habituer les élèves au fonctionnement des épreuves. Ce qu'on continuera à faire pendant les corrections et les comptes rendus, etc.

L'épreuve, par contre, devrait, par la suite, se suffire à elle-même étant donné qu'à un certain moment les élèves seront confrontés à une évaluation externe (examen régional, concours, ..) où ils sont privés, de facto, de l'aide de leur professeur.

C'est justement ce qui fait la difficulté de la conception d'une épreuve.

Merci Si jaafari





 Réponse N°12 30123

Oui!
  Par   Jaafari Ahmed  (Profle 09-03-13 à 15:01



C'est justement, ce sevrage, qu'il faut savoir planifier, et doter les élèves des outils pour affronter n'importe quelle épreuve!

Normalement une épreuve doit suivre le schéma d'une unité didactique, avec une entrée et une sortie.

le texte permet de faire un remue-méminges, offrir une petite culture appropriée, les questions de langue, doivent faire un pendant au texte, et servir à la production écrite, et enfin la production écrite, est la sortie: l'élève doit en s'inspirant du texte ( sans avoir la possibilité d'y copier des tranches) pour produire son propre écrit, en s'aidant des outils de langue et de style qu'il vient de revoir, en répondant aux questions de compréhension et de langue.

Il faut que l'élève ressente du plaisir à passer une évaluation, car il va sentir qu'il est en train de produire du sens, et non de le reproduire ( si ce n'est le déformer).

Mes respects profonds!





InfoIdentification nécessaire
Identification bloquée par
adblock plus
   Identifiant :
   Passe :
   Inscription
Connexion avec Facebook
                   Mot de passe oublié


confidentialite Google +