Contrôle continu 1e bac

 Par Jaafari Ahmed  (Prof)  [msg envoyés : 943le 14-03-13 à 21:56  Lu :2186 fois
     
  
 accueil


Texte :
Je me suis dit :
-Puisque j'ai le moyen d'écrire, pourquoi ne le ferais-je pas ? Mais quoi écrire ? Pris entre quatre murailles de pierre nue et froide, sans liberté pour mes pas, sans horizon pour mes yeux, pour unique distraction machinalement occupé tout le jour à suivre la marche lente de ce carré blanchâtre que le judas de ma porte découpe vis-à-vis sur le mur sombre, et, comme je le disais tout à l'heure, seul à seul avec une idée, une idée de crime et de châtiment, de meurtre et de mort ! Est-ce que je puis avoir quelque chose à dire, moi qui n'ai plus rien à faire dans ce monde ? Et que trouverai-je dans ce cerveau flétri et vide qui vaille la peine d'être écrit ?
Pourquoi non ? Si tout, autour de moi, est monotone et décoloré, n'y a-t-il pas en moi une tempête, une lutte, une tragédie ? Cette idée fixe qui me possède ne se présente-t-elle pas à moi à chaque heure, à chaque instant, sous une nouvelle forme, toujours plus hideuse et plus ensanglantée à mesure que le terme approche ? Pourquoi n'essaierais-je pas de me dire à moi-même tout ce que j'éprouve de violent et d'inconnu dans la situation abandonnée où me voilà ? Certes, la matière est riche ; et, si abrégée que soit ma vie, il y aura bien encore dans les angoisses, dans les terreurs, dans les tortures qui la rempliront, de cette heure à la dernière, de quoi user cette plume et tarir cet encrier.
- D'ailleurs, ces angoisses, le seul moyen d'en moins souffrir, c'est de les observer, et les peindre m'en distraira.
Et puis, ce que j'écrirai ainsi ne sera peut-être pas inutile. Ce journal de mes souffrances, heure par heure, minute par minute, supplice par supplice, si j'ai la force de le mener jusqu'au moment où il me sera physiquement impossible de continuer, cette histoire, nécessairement inachevée, mais aussi complète que possible, de mes sensations, ne portera-t-elle point avec elle un grand et profond enseignement ? N'y aura-t-il pas dans ce procès-verbal de la pensée agonisante, dans cette progression toujours croissante de douleurs, dans cette espèce d'autopsie intellectuelle d'un condamné, plus d'une leçon pour ceux qui condamnent ? Peut-être cette lecture leur rendra-t-elle la main moins légère, quand il s'agira quelque autre fois de jeter une tête qui pense, une tête d'homme, dans ce qu'ils appellent la balance de la justice ?
Questions:
1- Quand le condamné s’est-il dit ces propos ? (1p)
…………………………….
2- Les deux premières phrases sont de type interrogatif : mais n’ont pas valeur de questions : (1p)
a- Reformulez la première question sous forme de déclaration :
………………………………
b- Que constitue alors, la deuxième question pour la première ?
1- Ce passage est construit sur un rythme en 3 mouvements argumentatifs, délimitez-les et donnez à chacun un titre sous forme d’une phrase nominale : (3pts)
a-…………….
b- ……………
c-…………….
2- Parmi les champs lexicaux de ce passage, il y a celui de la souffrance et celui de l’écriture:(1pt
a - relevez-en quelques exemples :
- champ lexical de la souffrance :…………………………………………...
- Champ lexical de l’écriture :……………………………………………… ;
b-Que représente la souffrance pour l’écriture, et que représente l’écriture pour la souffrance ? (1pt)
-La souffrance représente………………………………………………………
- L’écriture représente………….
3- « Jeter une tête qui pense » c’est quelle figure de style ?.........................(1,5pt)
-Que remplace la tête ici ?
- pourquoi l’auteur ne parle-t-il que de la tête ?
5- « Cette histoire, nécessairement inachevée, mais aussi complète que possible » expliquez cette antiphrase : (1,5pt)
a- en quoi l’histoire sera-t-elle inachevée (incomplète) ?
b- mais par quoi sera-t-elle aussi complète (achevée) que possible ?
c- Pourquoi le narrateur pense-t-il  qu’il n’aura rien à écrire, que la tragédie qui se déroule en lui ?
Production écrite : Que pensez-vous du proverbe qui dit : les paroles s’envolent l’écrit reste » (10pts)
Quels rôles l’écriture joue-t-elle dans la vie de l’homme moderne ? Dans un texte structuré, montrez l’importance de l’écriture, en illustrant vos propos par des exemples précis .

  



Vous aimez cet article ?
Partagez-le sur
  Djc: chapitre xiii!
  Mettre la production écrite à l'esprit du temps
  Tous les messages de Jaafari Ahmed


 Réponse N°1 30250

Une sagesse !
  Par   Jaafari Ahmed  (Profle 15-03-13 à 22:37



Gand-père disait à mon père, pour l'inciter à écrire: AlHadra firass ou elkatba fil kourrass! ce qui revient à dire: les paroles restent dans la tête, mais elles doivent être consignées par écrit, pour les sauvegarder de l'oubli!





InfoIdentification nécessaire
Identification bloquée par
adblock plus
   Identifiant :
   Passe :
   Inscription
Connexion avec Facebook
                   Mot de passe oublié


confidentialite Google +