Compte rendu : "la formation à distance en contexte de globalisation"

 Par taoufiq kadri  (Prof)  [msg envoyés : 6le 09-05-12 à 21:24  Lu :876 fois
     
  
 accueil


Etudiant: Taoufiq KADRI

Faculté des lettres et des sciences humaine, Oujda


Compte rendu de l'article intitulé

La formation à distance en contexte de globalisation.

Perspectives francophones

Gaëtan Tremblay, Université du Québec à Montréal


Le document compte seize pages dont quatorze pour l'article et deux pages sont réservées aux références des textes du corpus.

Gaëtan Tremblay a été invité à un colloque par les responsables de Distances et Savoirs et il a travaillé sur le thème des «Perspectives globales».

L'auteur a interprété le sens des termes «perspectives globales» à partir de la liste des titres d'articles de Distances et Savoirs que les éditeurs lui ont fournie à titre indicatif. Les documents décrivent des expériences européennes ou américaines de FAD analysant l'impact d'accords internationaux, critiquant les programmes d'aide au développement ou discutant plus généralement de l'impact de la globalisation ou de la mondialisation.

Analyser la contribution des auteurs de la revue Distances et Savoirs au traitement du thème des perspectives globales, tel est l'objectif principal du présent exercice. Quelles questions, quels problèmes, quels enjeux ont-ils privilégiés ? De quelle manière les outils abordés ? Quelles conclusions ont-ils tirées de leurs enquêtes et de leurs analyses ? Mais aussi, qu'ont-ils ignoré, passé sous silence ou laissé dans l'ombre ? L'essentiel de son propos a consisté à présenter les principaux éléments qu'il a retenus de cette lecture. Il sera précédé d'une brève réflexion sur le contexte que dessine pour la formation à distance la globalisation des échanges et sera suivi, avant de conclure, de quelques commentaires sur les apports et les lacunes du traitement du thème dans Distances et Savoirs.


  1. A La globalisation comme contexte de la formation à distance

Le développement des technologies de l'information et de la communication (TIC) est au coeur de ces phénomènes de croissance exponentielle des échanges. L'expansion des réseaux numériques permet la circulation de tous types de contenus à l'échelle planétaire, sans égard pour les frontières nationales, seulement freinée par le manque de ressources financières, les barrières linguistiques et la diversité culturelle, ou encore parfois malheureusement, par la censure politique. La formation à distance y trouve un champ très ouvert de possibilités d'application et de développement de marchés.


Deux grandes approches s'opposent dans la prestation de services éducatifs sur les marchés internationaux. La première se conçoit comme une activité d'exportation; elle mise sur la qualité des programmes des pays occidentaux et cherche à les reproduire le mieux possible dans les pays demandeurs. La seconde s'appréhende en termes de partage de connaissances; elle prend en considération la diversité des situations et adapte contenus et méthodes pour satisfaire au mieux des besoins spécifiques. La première est davantage préoccupée de garantie de standards de qualité et de la réputation des institutions prestataires de services ; la seconde est plus soucieuse du respect de la diversité culturelle et de la réponse aux besoins spécifiques exprimés par les demandeurs de formation. Ici encore, cependant, les expériences concrètes ne présentent pas toujours des distinctions aussi nettes.


  1. La globalisation et la FAD dans la revue Distances et Savoirs


Deux principales questions ont été évoquées; la première concerne la création et le fonctionnement de campus numériques à travers le monde et la deuxième concerne la FAD dans l'espace de la francophonie, en particulier en Afrique du Nord et de l'Ouest.

Et deux thèmes ont chapeauté quelques numéros de Distances et Savoirs. D'abord, les nouveaux marchés et la régulation internationale, ensuite, l'aide au développement qui recoupe largement la question de la francophonie.

L'auteur a regroupé les différents objets abordés par les auteurs de Distances et Savoirs en trois catégories:

D'abord la régulation internationale de la formation à distance, dont Distances et Savoirs a publié quatre textes consacrés aux nouveaux cadres réglementaires constitués par les récentes ententes européennes et internationales.

Ensuite, la prolifération des campus numériques dont les articles publiés sur Distances et Savoirs évoquent des expériences étrangères aux Etats Unis, en Norvège, au Royaume-Uni et au Québec. Deux articles de ces numéros thématiques, l'un sur le Maroc et l'autre sur la Francophonie ainsi que cinq autres articles. éparpillés dans divers numéros, abordent tous la question dans le contexte des pays en développement.

Enfin, la revue Distances et Savoirs a traité la question de la formation à distance pour le développement. Par exemple, Selon les auteurs de l'article, « l'expérience du master MGIEC a permis de dégager 11 points-clés à garder en vue pour accroître les chances de succès d'un projet FOAD dans le contexte africain. Fort pertinents et résumant bien le savoir accumulé dans d'autres expériences du même type, ils méritent d'être cités in extenso :
  • L'implication et la volonté des autorités de l'établissement au plus haut niveau,

  • La sensibilisation et l'implication de tous les acteurs dès le début du projet,

  • L'expérience et la valorisation des compétences internes,

  • L'analyse exhaustive des besoins,

  • La construction d'un dispositif technopédagogique simple, clair et précis,

  • La définition précise des rôles des acteurs et leurs effets sur les activités traditionnelles,

  • La mise au point d'un programme d'accompagnement pédagogique et technique de l'équipe-projet,

  • La mise en place d'un système de production des contenus adapté au dispositif FOAD,

  • La prise en compte de la participation des enseignants dans leur plan de charge annuelle,

  • L'intéressement des acteurs impliqués dans le projet,

  • Un soutien institutionnel au plus haut niveau pouvant s'opérer par le

  • développement de partenariats reconnus au niveau universitaire et scientifique.

3. La problématique de la globalisation dans Distances et Savoirs : apports et Lacunes


Distances et Savoirs apporte indéniablement une importante contribution à l'étude des campus numériques et des universités virtuelles. Et une contribution majeure à la pensée critique. Les différents textes des organisations internationales et des gouvernements nationaux y sont décortiqués minutieusement; et les objectifs explicites comme les motivations sous-jacentes sont scrutés à la loupe. Les attitudes paternalistes, les atermoiements politiques, les incuries administratives, les incompétences techniques y sont mis à jour et dénoncés.

En phase avec cette approche critique, le respect de la diversité culturelle et la promotion de la participation des acteurs locaux sont à l'honneur. La claire adhésion à ces valeurs ne se cantonne cependant pas dans l'abstrait. En découlent des stratégies, voire des conseils pratiques, pour l'élaboration et la mise en place d'expériences réussies de formation à distance, fort utiles aux expérimentateurs comme aux chercheurs et aux décideurs.


Selon l'auteur, Distances et Savoirs sert aux lecteurs relativement peu de résultats empiriques. D'un certain point de vue, on peut même regretter le manque d'intérêt pour les études sur le fonctionnement réel des marchés (à ne pas confondre avec les « études de marché ») et la faible prise en compte des dimensions économiques et commerciales. On ne trouve dans la revue aucun article, par exemple, sur les pays émergents et les pays du

Golfe.

L'auteur reproche aussi le fait que les analyses comparées publiées dans Distances et Savoirs impliquent un nombre plutôt limité de pays (le Québec, les USA et le UK, les pays scandinaves). Le reste du monde est rarement évoqué.


  



Vous aimez cet article ?
Partagez-le sur


InfoIdentification nécessaire
Identification bloquée par
adblock plus
   Identifiant :
   Passe :
   Inscription
Connexion avec Facebook
                   Mot de passe oublié


confidentialite Google +