Compte rendu d'un extrait de poésie et philosophie de maria zambrano

 Par maalmi bachir  (Prof)  [msg envoyés : 14le 07-12-11 à 13:20  Lu :1910 fois
     
  
 accueil


Poésie et Philosophie


Compte rendu d'un extrait du livre Poésie et philosophie de Maria Zambrano


Travail élaboré par: Maalmi El Bachir

(Première progression)


Malgré leur très veilles alliances, philosophie et poésie sont sujet d'un débat houleux en vue de partager les territoires, Une bataille culturelle secrète est entamée entre philosophe et poète pour le titre de la sagesse vraie et pour l'autorité morale. Maria Zambrano, dans ce périple intellectuel, nous conduit de l'infériorisation classique de l'art de la poésie, laquelle fut à l'origine associée au domaine de l'illusion, d'apparence et de mensonge par Platon, vers son autonomisation critique. L'Auteur tente en même temps de découvrir ce qui distingue et rapproche ces deux formes insignes du langage.

Dans cette réflexion, Zambrano dresse le rempart. Elle considère la poésie comme une découverte hasardeuse, un don qui arrive de quelque part. Le poème est quelque chose de donné, un moment de passage, qui prend sujet l'homme dans son individualité. Alors que la philosophie est un exercice méthodique, une recherche organisée qui vise l'absolu et l'universel. Evoquant la genèse de la pensée et de la poésie, elle préconise que l'étonnement et la violence sont à l'origine de la pensée philosophique. Etonnement devant les choses qui alimente le questionnement philosophique et violence pour se défaire des poids des apparences pour s'infléchir en inquiétude et se lancer vers l'exploration d'autres régions éloignées. L'exercice philosophique éloigne brutalement les choses, les exclue. Une quête perpétuelle de l'absent pour atteindre la vérité unique et absolue .une démarche systématique qui se pratique dans un univers de pensée délimité et qui a ses propres règles. Quand au poète, il ne renonce pas à ce qui s'offre à lui et ne s'abandonne pas dans l'étonnement .Fidèle à ce qu'il a, le poète exploite le proche et l'éloigné, investit les multiplicités et les hétéroclites. S'attache et se libère suavement des apparences dans son monde ouvert et relatif. Un monde sans frontière où elle essaye de s'ouvrir et de se redonner chaque fois une place, un lieu d'existence ou elle suggère, sans dire, la vérité grâce à sa beauté mystérieuse.

Après les divergences de la pratique de ces deux formes d'expression, un point de convergence subtil surgit; celui de la recherche de l'unité. Zambrano nous montre que poète et philosophe n'adoptent pas les mêmes attitudes pour parvenir à cette unité qui diffère du poète au philosophe. En effet, le logos philosophique immobile et inextinguible vise le tout, l'unité absolue et parfaite pour atteindre l'un indivisible. Ce qui explique, sa lutte perpétuelle, son combat infini, ses méthodes d'abstraction et de renoncement dans cet inembrassable univers. Or, le tout recherché par le poète est l'accomplissement de toutes les choses qui le constituent, sans exclusion, son renoncement. Le poète descend au fond des choses, au fond de lui même, ose scruter l'invisible. La poésie interpelle le rêve et le réel, ressuscite les choses, invente, crée l'inexistant, explore les zones intouchés par les mots, offre un espace à ce qui n'a pas de lieu. Le poème est une nouvelle naissance du monde, un effort de cheminement vers une unité flexible, souple et éphémère que chacun peut ressentir de manière différente ou ne par ressentir.

En définitive, ce voyage dialectique aux royaumes de la philosophie et de la poésie éclaire nos pistes de réflexions et les questions surgissent: peut on penser la poésie et l'exclure du champ rationnel? Est -elle une pure inférence? Qu'est ce qui peut la distinguer de la philosophie?et quelle contribution peut elle nous apporter?


Si le poème est l'expression des sentiments, sa force est de les exprimer dans le cadre rationnel et objectif du langage. Paul Valery ne refuse pas l'inspiration, comme le prouve son poème «les pas»qui traduit le moment chargés d'émotions où le poète attend l'inspiration comme une femme aimée.


Les pas:

Tes pas, enfant de mon silence.

Saintement, lentement placés.

Vers le lit de ma vigilance.

Procèdent muets et glacés.

****

Personne pure, ombre divine

Qu'ils sont doux, tes pas retenus!

Dieux!.... tous les dons que je devine

Viennent à moi sur ces pieds nus.

****

Si, de tes lèvres avancées

Tu prépares pour l'apaiser.

A l'habitant de mes pensées

La nourriture d'un baiser.

****

Ne hâte pas cet acte tendre

Douceur d'être et de n'être pas

Car j'ai vécu de vous attendre

Et mon coeur n'était que vos pas


Mais il affirme la nécessité d'un travail conscient. Les «expressions jaillis de l'émoi ne sont qu'accidentellement purs» .Donc il faut ensuite un travail considérable pour parvenir à donner naissance à un poème. Dans ce sens Valery préconise que «seul le premier vers est donné par l'inspiration alors le reste n'est que travail» c'est une conception qui permet de relier la poésie à la philosophie, en gardant le caractère pythique du poème et en y ajoutant le trait de raison.

La poésie est donc un travail métaphorique conscient et ce qui caractérise le poète c'est l'intelligence sensible. La poésie n'a pas juste la modeste tache d'émouvoir. Elle constate et répare, allie rêve, sagesse et critique. Elle suggère émotions et sentiments et interpelle la raison. Les poèmes didactiques de Voltaire mettent en jeu la transmission des idées. Victor Hugo prétend que «le vers est la forme optique de la pensée». Les réflexions métaphysiques de Vigny où la poésie dite engagée comme celle d'Eluard traduisent des conceptions voisines. L'extrait du poème suivant intitulé Le Mondain de Voltaire illustre clairement le genre d'une poésie pensante.


Regrettera qui veut le bon vieux temps.

Et l'âge d'or. Et le règne d'Astrée,

Et les beaux jours de Saturne et de Rhée,

Et le jardin de nos premiers parents;

Moi, je rends grâce à la nature sage

Qui, pour mon bien, m'a fait maître en cet âge

Tant décrié par nos tristes frondeurs:

Ce temps profane est tout fait pour mes moeurs.

J'aime le luxe, et même la mollesse,

Tous les plaisirs, les arts de toute espèce,

La propreté, le goût, les ornements:

Tous honnête homme a de tels sentiments.

Il est bien doux pour mon coeur très immonde

De voir ici l'abondance à la ronde,

Mère des arts et des heureux travaux,

Nous apporter, de sa source féconde,

Et des besoins et des plaisirs nouveaux.

L'or de la terre et les trésors de l'onde,

Leurs habitants et les peuples de l'air,

Tout sert au luxe, aux plaisirs de ce monde.

Voltaire, extrait de Le Mondain


Ce texte est un éloge des temps modernes, écrit d'un ton gai et plaisant, Voltaire fait un usage inattendu de la poésie, non pas pour des sentiments personnels, mais pour des préceptes. De plus il fait une condamnation des pensées de Rousseau, qui prônait un retour à la nature.

On peut remarquer que la transmission des idées dans ce poème se fait dans l'harmonie et la douceur des vers .Les idées réfugiées dans la beauté des vers s'installent facilement dans la conscience du lecteur et vont jusqu'au bout de leurs sens.

Le poète peut recourir à la pensée comme outil parmi ses multiples ressources mobilisées pour approfondir et élever son art, toutefois la poésie reste très sensuelle. Pour écrire le poète utilise davantage ses sens que son intellect. Il est facile de découvrir, en lisant les poètes, que constamment ils regardent, sentent, touchent et goûtent. Ainsi le poème vit et se crée indépendamment des idéologies mais peut allier de manière féconde la réflexion à ses vers pour donner naissance à une création qui se distingue des autres systèmes d'interprétations par de nombreux critères.

La musicalité est indissociable du poème. Dans la poésie il ne s'agit pas de mettre en vers de la prose. Il faut au contraire que le poète parvienne à une adéquation totale du sens et de la musicalité, à la perfection du vers moyennant les ressources sonores de la langue. Pour s'exprimer le poète utilise les mots, les sonorités et le rythme. Le poème est donc esthétique et rythme, peinture et musique et l'essentiel de cet art ne réside pas seulement dans le résultat mais aussi dans le processus. En outre, la poésie se démarque par sa conception de la vérité. Elle n'a pas pour critère la vérité absolue, sa vérité est celle du coeur du poète, celle de l'image qu'il veut nous renvoyer. La poésie peut se permettre une subjectivité sensationnelle. Elle est l'épanchement pur des sensations du corps et du coeur, l'outil sur lequel on peut mettre tout. Elle peut se permettre l'affliction, la séduction, le surréel, la voyance, la rêverie illogique, alors que la philosophie ne sort pas du cadre rationnel.


Le poème est une façon d'accéder à un monde fait de beauté et de sagesse. La sagesse du poème est d'exprimer les sentiments et les idées de la façon la plus profonde et la plus pénétrante. Parfait équilibre entre la beauté et la force de suggestion. La recherche de la beauté dans un poème rend la part des idées qu'elle peut envelopper plus accessible et facilite sa réception puisque le coeur et la raison sont sensibles au beau. Le poème aussi est une victoire sur la solitude. Donnant naissance aux vers, le poète fait partager ses émotions, ses convictions et ses rêves avec les autres et avec le monde. Dans ce monde malade et inquiètent dans lequel nous vivons, la poésie nous permet d'échapper à l'angoisse de l'avenir. Elle est une réponse à nos craintes, comble l'affreux vide qu'on a au fond de nous,que nous ignorons et que nous en prenons conscience en côtoyant les vers .Nous nous sortant jamais indemnes après la lecture d'un poème. Notre coté obscur, qui nous définit plus, est éclairé en profondeur par les images et les symboles. La poésie aussi réveille la conscience. Un appel à une révolte intérieure. Le poème nous secoue, nous ébranle et nous rassure. Elle nous transporte dans sa logique, hypnotise notre regard sur nous même et sur le monde. La poésie, curieusement, est un bonheur. Un bonheur retrouvé dans le réveil de la conscience, dans la méditation, dans la découverte de soi et dans les émotions intenses libérées. Chaque lecture est un renouvellement de soi .On se ressource, on s'arme face à la vie. La poésie nous accompagne et nous surprend sur toutes nos vérités et tente de faire surgir l'inavoué et l'inavouable de notre être.

La poésie est un univers sublime et généreux qui nous invite à le découvrir. Il suffit de se laisser envahir par les images, les laisser soulever en nous des émotions pour vivre des instants éternels. La perception du temps change et la vie se prolonge. Une nouvelle façon de voir, méditer et rêver le monde .La poésie explore toutes les dimensions humaines. Sa portée est immarcescible grâce à sa beauté et son pouvoir de séduction. Le vrai poème résiste à L'épreuve du temps, acquiert une dimension atemporelle et son créateur s'inscrit dans l'éternité.

Actuellement nous constatons une régression inquiétante de la poésie alors que nous avons besoin d'un guide éclairé dans cette société aux valeurs incertaines. La poésie a cessé d'être rebelle, à cesser de faire surgir le caché. Elle est devenue docile, avare et conformiste. Elle s'est réalignée. Le poète a abandonné ses principes, a oublié qu'il est la transparence du lieu où il se trouve. En plus, la poésie se trouve à présent dans un monde qui veut ruiner ses espérances, gâter sa pureté et détruire ses nobles intentions. Un monde qui veut étouffer sa voix douce et transperçante et faire du vrai poète un éternel maudit .Le cri agonistique est lancé. Le poète doit regagner sa place et prendre ses distances vis-à-vis des athées de la vraie poésie. Son art qui touche à tous les aspects de la société -culturel, éthique et politique, a l'avantage de charmer et transporter ses destinataires. C'est pourquoi le poète doit se débarrasser de ses impuretés, reprendre sa position de militant et perpétuer le combat des poèmes antiques immortels. Le combat de faire du poème la cime de la profondeur et de l'intelligence


  



Vous aimez cet article ?
Partagez-le sur


InfoIdentification nécessaire
Identification bloquée par
adblock plus
   Identifiant :
   Passe :
   Inscription
Connexion avec Facebook
                   Mot de passe oublié


confidentialite Google +