Comment motiver les élèves??


benani sarah  (?) [38 msg envoyés ]
Publié le :2010-11-01 20:28:44   Lu :10740 fois
Rubrique :Lycée et Entraide scolaire  
  • stars
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5


je me pose cette question depuis le premier jour ou j'ai vu mes élèves. j’étais très motivée et très heureuse parce qu'enfin je pouvais aider des personnes non seulement à apprendre mais aussi à aimer la matière; sauf que je me suis rendue compte que j’étais la seule qui voulait travailler alors que les élèves étaient (et sont toujours) désintéressés.
je me suis dis peut être je n'arrive pas à attirer leur attention parce que je suis nouvelle dans le domaine et je n'ai pas d’expérience, peut être que c'est ma faute mais enfin de compte j'ai trouvé que le problème n'est pas la matière mais plutôt les élèves qui refusent de travailler, qui refusent de faire un effort. il préfèrent jouer avec leur portable, écrire sur les tables ou sur les murs plutôt que d’écouter les explications. certes, il y a d'autres facteurs (je le nie pas) mais les élèves restent le plus grand obstacle.
je serais reconnaissante s'il y a des personnes qui peuvent répondre à ma question et partager avec moi une petite part de leur expérience pour me permettre de développer mes compétences et de devenir meilleur.




Vous aimez cet article ?
Partagez-le sur
TAGS:
#comment#motiver#élèves??


 Réponse N°1 7003

Une grande question!!!!
  Par   Samira Yassine  (CSle 2010-11-01 22:17:43

Motiver les élèves? Vous venez de poser une grande question à laquelle on ne pourrait trouver la réponse. Si on arrive à motiver les élèves, le problème est résolu. Comment motiver des élèves complétement démotivés?

J'attends d'autres interventions avant de dire ma réponse ou ce que j'ai pu tirer de mon expérience de plus d'une vingtaine d'années.

Cordialement/




 Réponse N°2 7004

l'amour peut être!!!
  Par   benani sarah  (CSle 2010-11-01 23:01:57

je suis nouvelle dans le domaine, mais d’après ce que j'ai remarqué, c'est que les élèves aiment le professeur avant d'aimer la matière, mais pour aimer le professeur, ce dernier doit les inciter à aimer la matière. ils ne feront aucun effort pour comprendre si vous mettez des distances et des barrières entre vous et eux mais ils essayeront d'apprendre (non pas pour eux mais pour vous) s'ils vous apprécient entant que personne.

ce qui me pousse à poser une nouvelle question est ce qu'on peut séparer le relationnel du domaine professionnel?

cordialement





 Réponse N°3 7005

est- ce un metier ingrat?
  Par   Rochdy Elmostafa  (CSle 2010-11-01 23:20:47

Merci Benani Sarah d'avoir évoqué ce problème qui hante l'esprit de beaucoup d'enseignants et qui leur rend la tâche malcommode voire épineuse.A mon sens , même les théoriciens de la psychologie de l'éducation avouent que remédier a certains comportements pernicieux des apprenants n'est pas une chose aisée. dès la première séance de l'année scolaire, les élèves fauteurs de désordre, ceux qui nous donnent du fil à retordre, scrutent le comportement de l'enseignant pour cibler (une faille) afin d'exercer leur maestria et leurs habiletés nocives .c'est leur manière d'intégrer leur (savoir faire) dans des situations problèmes.

j'avoue que je n'ai pas hamdolillah ce genre de problèmes (respect de l'enseignant). la prochaine fois je vous dirais comment éradiquer quelques problèmes entravant le bon déroulement d'une séance.

à suivre....................... Cordialement.




 Réponse N°4 7007

Enseignant-animateur...
  Par   fatih brahim  (Profle 2010-11-02 00:44:42

Comment motiver ses élèves?Je pense que tout enseignant est censé trouver des réponses adéquates à cette question cruciale.Mais l'essentiel reste d'assumer pleinement son devoir d'éducateur et d'enseignant pour ne pas se culpabiliser.

Pour alimenter la discussion,je crois,pour ma part, que l'enseignant doit jouer de nouveaux rôles pour intéresser ses élèves;je fais allusion aux métiers d'animateur télé,d'homme de théâtre...Il doit aussi chercher à utiliser de nouveaux outils didactiques: l'outil informatique,les supports multimédias...

Bref,les élèves d'aujourd'hui veulent vivre leur temps(et par voie de conséquence ,les enseignant doivent le faire impérativement pour innover dans l'exercice de leur métier ):le temps de l'internet...d'ailleurs vous même vous recourez à ce moyen de communication pour être éclairée sur le sujet de la motivation.

Pour le côté pratique de la chose,je vous propose d'essayer d'apporter un nouveau souffle à vos cours en y introduisant la nouvelle technologie de l'information et de la communication.Un exemple ,entre autres,utiliser une présentation Power Point pour réaliser une séance de lecture .Je suis sûr que vos élèves seront enchantés!!!!!!!!!!! N.B.En parcourant un ouvrage de pédagogie(La pédagogie de l'intégration en bref Xavier Rogiers,Rabat,Mars2006),j'ai pu relever une idée en relation directe avec le sujet de la motivation des apprenants;je cite:"[...]il s'agit de donner du sens aux apprentissages,de montrer à l'élève à quoi sert tout ce qu'il apprend à l'école.Pour cela,il est nécessaire de dépasser des listes de contenus-matières à retenir par cœur,des savoir-faire vide de sens ,qui trop souvent ennuient l'élève ,et ne lui donne pas l'envie d'apprendre[...]lui apprend à situer continuellement les apprentissages par rapport à des situations qui ont du sens pour lui,et à utiliser ses acquis dans ces situations." Notez aussi que la non-motivation s'explique aussi par des raisons d'ordre psychologique




 Réponse N°5 7008

Motivons-les!
  Par   Samira Yassine  (CSle 2010-11-02 09:44:58

Vous avez dû remarquer benani sarah que le problème est général, qu'étant nouveau ou ancien, le professeur souffre de ce problème de démotivation. Devons-nous agir en conséquence, baisser les bras et dire on y peut rien. Non!

Les collègues ont cité chacun des arguments œuvrant dans le sens de la motivation de ces élèves. Le problème, on ne peut pas parler de tous les élèves comme s'il s'agissait d'un seul. Les élèves diffèrent d'un niveau à l'autre, d'une branche à l'autre, d'une classe à l'autre vu la différence de leur niveau, leur penchant, leur milieu social familial, leur éducation.

Par conséquent; il y a les élèves studieux qui se disputent pour les premières places et ne quittent pas le professeur des yeux faisant tous leurs devoirs, à jour; il y a aussi, ces élèves aux différentes coupes importées, " coq," "tachwika", et autres, ceux là, dans notre lycée, ils ne doivent avoir une coupe trop extravagante, ou ils se plient aux ordres ou ils changent de lycée, ils vont là où ils seront à l'aise, il y a aussi les élèves qui fument et s'adonnent à toutes les autres sortes de drogue, arrivant en classe à moitié endormi, qui se mettent au fond de la classe, vous regardent ou semblent vous regarder sans rien comprendre à ce que vous faites....

Le professeur n'est pas là, en classe, pour une classification de tous ces genres d'élèves, il est là pour faire son devoir. Les méthodes de travail diffèrent d'un professeur à l'autre.

Il y en a qui disent " faire semblant" attendant impatiemment les jours de vacances dans l'espoir e voir l'âge de la retraite baisser à l'âge de 55 ans !!! "je fais de mon mieux, j'explique, je m'adresse au mur, je le sais mais je n'ai pas le choix".D'autres, tels des fous, vont contre le courant ,tentant l'impossible, diversifiant les moyens pour que ces élèves apprennent. Il y en a d’autres et d’autres encore ; il ya autant de méthodes que de professeurs et chacun se justifie à sa façon.

Maintenant comment motiver cet élève?

Moi personnellement, je trouve qu'il faut montrer à cet élève, qu'on l'aime ou du moins qu'on ne veut que son bien, par exemple, quand cet élève rentre après une absence d'un ou de plusieurs jours, on se donne la peine de lui poser la question le plus gentiment possible sur les raisons de son absence et le faire en arabe s'il le faut sinon, il croira que vous êtes en train de lui reprocher son absence ou de lui parler de l'exercice qu'il n'a peut être pas fait. Parlez-lui comme si vous parliez à votre enfant. Ce sont après tout des enfants quoi qu'ils soient de grands gaillards des fois. Par ailleurs, faire participer un élève, lui donner une question très facile et quelque soit sa réponse, le féliciter en lui expliquant par la suite son erreur sans l'aggraver. On devrait aussi maitriser ses élèves sans les asphyxier par notre emprise, essayer de détendre de temps à autre l'atmosphère, dans la mesure du possible, par une anecdote. Les élèves n'aiment que ça et se trouvent par conséquent accroché au cours dans l'espoir de voir arriver une autre blague mais pas le cours. On peut aussi faire un travail de groupe "groupe hétérogène" qui permettrait à ces élèves qui ne s'intéressent et ne peuvent le faire vu leur niveau très bas de s’intégrer grâce à l'aide de leur amis du groupe de niveau meilleur. Il faut aussi savoir écouter ses élèves même on si doit perdre du temps, il faut leur montrer qu'on s'intéresse à leurs problèmes avec l'administration, avec ce professeur qui les oblige à faire des cours de soutien sous peine d'être sanctionné, à cet emploi du temps trop chargé 8 heures par jour avec une heure de sport de 10h à 11h suivie d'une séance de français, de physique ou de math où ils passent tout le temps à tousser...

Les élèves ne sont pas tous démotivés, il y en a qui aimeraient bien changer mais personne ne leur tend la main. On ne peut pas, non plus, au professeur de faire toutes ces taches, cela dépend du caractère de chacun de nous, de sa conception de l'enseignement, de l'humeur du jour, parce que des fois un problème personnel risque de vous gâcher votre relation avec vos élèves alors il vaut mieux essayer de séparer le personnel du professionnel.

Bref, on doit essayer toutes les méthodes pour intéresser l’élève dont le premier handicap est la langue, pour notre discipline, il ne comprend pas ce qu’on dit. Mais les élèves qui ne sont là que pour déranger leurs camarades, il faut employer des moyens plus efficaces.

Essayons de connaitre nos élèves pour mieux les comprendre et agir en conséquence.

Cordialement/





 Réponse N°6 7009

J'ajoute.....j'ai oublié....
  Par   Samira Yassine  (CSle 2010-11-02 12:52:28

J'ai oublié le facteur principal de cette démotivation constatée chez les élèves: pas d'horizon. Les élèves savent qu'il n y a plus d'embauche, que leur oncle, tante, frère ou sœur diplômés, docteurs chôment depuis des années. Les élèves savent que même s'ils arrivent à décrocher leur bac, il leur sera difficile d'accéder à l'école dont ils ont tant rêvé ou tant entendu parler : L'enseignement de l'élite. Avec 15 de moyenne, l'élève voit son rêve d'intégrer l'école dont il a toujours rêvé s’écrouler, pourquoi? Les moyennes demandées étaient au delà de 16, et seuls les élèves de certains lycées privés ont pu y accéder parce que leurs gentils professeurs ont dû gonfler les notes, à la demande de l'administration. Ainsi nos pauvres élèves voient leurs rêves s'effondrer n'y pouvant rien faire sinon courir à une autre école bien en deçà de leurs ambitions.

C’était l'un des facteurs essentiels qui rend nos élèves démotivés.





 Réponse N°7 7010

il n'y a pas de recette magique....
  Par   mortada majid  (Profle 2010-11-02 16:33:22

on ne peut pas parler de motivation en cycle qualifiant...je crois que c'est déjà trop tard...

les élèves doivent être motivés depuis le primaire...comment peut-on parler en arabe à un élève qui a passé au minimum 11ans à étudier le français...?

la démotivation elle aussi, a pour origine cette idée gravée dans la mémoire de ses élèves"c'est trop tard"

Je crois qu'il s'agit de tout un système à revoir




 Réponse N°8 7013

Re: à M.mortada majid
  Par   Samira Yassine  (CSle 2010-11-02 18:20:59

Ma question est la suivante: Avez-vous déjà enseigné des classes littéraires tous niveaux confondus. J'aimerais savoir si vous ne leur parlez qu'en français ? Le plus important , est ce qu'il comprennent ce que vous leur dites quand vous vous adressez à eux en français?

J'ai toujours été contre ces mauvaises pratiques qu'adoptent certains collègues en enseignant le français en arabe, il y en a, croyez-moi. Mais depuis que j'ai eu une classe littéraire, cette année, j'ai compris ce qui se passe. Certes , je n'explique pas la leçon en arabe, mais on ne peut finir une séance sans prononcer au moins un mot en arabe. Et quand il s'agit de relation humaine, à quoi bon consoler l'élève en français s'il ne comprendra pas un traitre mot de ce que vous lui dites. il vaut mieux, dans ce cas, se taire.





 Réponse N°9 7015

il n'est jamais trop tard
  Par   benani sarah  (CSle 2010-11-02 19:41:56

certes la grande majorité des élèves est démotivée mais cela n'est pas une excuse pour le professeur de baisser les bras. rien n'est impossible quand on a la volonté ( c'est mon principe dans la vie). les élèves demeurent des êtres humains et si on arrivent à lire dans leur esprit on pourrait les amener à changer et à devenir meilleurs (chacun a ses techniques pour connaitre les autres). peut être je vis dans un monde féerique mais c'est mieux que d’être pessimiste.

en réponse à votre question Mme samira yassine (même s'elle est adressée à M. mortada majid) les classes littéraires sont les grandes victimes de cette baisse de niveau ;d'ailleurs la majorité des professeurs a la même remarque. ils ne comprennent rien à ce qu'on dit sauf 2 ou 3 personnes si on a la chance, alors que les autres sont présents seulement pour ne pas être marqués absents!!!

dès lors, je refuse d'enseigner le français en arabe. d'abord, parce que les élèves apprennent de plus en plus la paresse, (si on parle une fois en arabe ils vont tout faire pour nous inciter à parler une autre fois)ensuite, parce qu' au lieu de les inciter à découvrir la beauté de cette langue on leur transmet le message suivant: la langue française = le vocabulaire; ce qui n'est pas le cas.

N.B. j'attends vos réactions et j'aimerais bien connaitre le point de vue de Monsieur idoubya et profiter de son savoir et de son expérience.




 Réponse N°10 7016

il est toujours tard
  Par   Akram Adam  (Profle 2010-11-02 20:21:54

Vous avez tout dit , c'est difficile de parler en généralisant, certes les pseudolittéraires sont justes des sacs vides qui remplissent les classes juste à passer le temps en attendant que le temps passe . Persollement , je crois que ces élèves n'ont pas trouvé un enseignement préscolaire pour avoir une meilleure base ; le pire dans une grande partie des écoles publiques - avec tout mon respect- on ne travaille pas avec les petits enfants , le seul jour de l'année où on travaille sérieusement , c'est le jour de l'examen, des institeurs écrivent les réponses sur le tableau et on invite les petits à recopier les réponses alors qu'ils ne savent même lire ces réponses ....comment voulez-vous qu'ils soient actifs et motivés.On a des élèves qui ne savent pas lire un texte , le déchiffrer et vous lui demandez de comprendre une oeuvre ....mais ils ont fait pour pouvoir faire ce parcours sans qu'on leur dire qu' ici ce n'est pas sa place , il doit être ailleurs .Mais si vous avez la chance de travailler avec les sciences mathématiques, vous n'allez jamais regretté d'avoir choisi ce métier de souffrance, car même les scientifiques , ils considèrent le français comme une bête noire.

Le problème qu'il faut poser si pourquoi nos élèves sont mieux en anglais (dans la majorité et par rapport aux programmes des quatre années d'enseignement alors que neuf de français (primaire plus collège) les apprenants ne savent rien????????????

Nous avons une grande part de responsabilité .

Salam et merci Bennani pour le débat .




 Réponse N°11 7027

n'oubliez jamais.
  Par   rahmani hicham  (CSle 2010-11-03 20:47:37

chacun à sa façon de voir les choses ,merci à tous ceux qui s'intéressent encore aux problèmes de notre enseignement . c'est une preuve de leur honneteté.à mon sens, pour comprendre la démotivation de nos élèves,n'oublions pas "la fameuse carte scolaire"et ses "résultats extras" .nous sommes des obsédés de la vitrine ,faites comme si tout est beau et bon , chers collègues .




 Réponse N°12 7037

REPONSE
  Par   MAHDANE ABDESSAMAD  (CSle 2010-11-05 11:58:59

J'abonde dans le sens de Mr mortada majid du fiat que la motivation d'un élève se rapporte en premier lieu à un fait intrinsèque.A mon avis il n'a pas plus d'alternatives de motiver un élève au cycle qualifiant qui se fait son monde hormis les faire travailler .




 Réponse N°13 7046

Quand la rue fait l'école !
  Par   KHALFI KARIM  (CSle 2010-11-06 18:40:39



Comment motiver les élèves ? De quels élèves parle-on ? De ceux qu'on était, nous, les enseignants ? Dans quelle époque vivions-nous ? Dans quelle époque vivent Nos élèves ? En clair, si nous ne parvenons pas à prendre conscience des profonds et vertigineux changements que connait notre société, nous resterons toujours dans l'ignorance de la mentalité de nos jeunes ! Un élève qui porte une casquette à l'envers, "ça dérange" ! Mais cela le met à l'aise. Alors laissons-le à l'aise ! Il finira sûrement par la remettre à l'endroit ! Aimez avant de comprendre !!!




 Réponse N°14 7098

comment motiver les élèves
  Par   yacoubi ahmed  (CSle 2010-11-11 19:49:52

ce n'est guère chose aisée d'avancer que c'est facile de motiver les élèves;cependant ceci n'est jamais impossible.

M=BOA

la motivation pourrait se traduire par le but ;l'action,l'objet.

je vous recommande qu'avant de penser à mettre en oeuvre un dispositif ayant comme dessein la motivation des apprenats,il fallait penser à dresser un canevas de besoins.

je vous fait parvenir un dossier qui pourrait vous être utile

merci




 Réponse N°15 7392

motivation du "corps saignant" pardon du corps enseignant
  Par   landri mohammed  (CSle 2010-12-05 14:07:09

Pour donner le maximum de lui meme afin de parfaire son job , l'enseignant devrait etre le pivot de toute réforme de l'enseignement . Certes , un professeur démotivé ne pourrait jamais motiver les apprenants .




InfoIdentification nécessaire
   Identifiant :
   Passe :
   Inscription
Connexion avec Facebook
                   Mot de passe oublié


confidentialite Google +