Comment approcher un texte?

 Par Jaafari Ahmed  (Prof)  [msg envoyés : 943le 24-04-14 à 23:18  Lu :1871 fois
     
  
 accueil

A- Comment un écrivain écrit un texte (une œuvre) ?
- Il faut savoir qu’un texte est une construction de sens. L’auteur n’écrit pas spontanément. Il ne met pas sur la page tout ce qui lui passe par la tête. Bien au contraire, il se livre à un travail réfléchi, laborieux et méthodique. En réalité, il procède à la manière d’un maçon qui entreprend de construire un édifice. Nous savons tous que pour construire une maison, il faut tout d’abord avoir un plan qui représente fidèlement l’emplacement, et les dimensions de chaque partie de l’édifice. Puis, il faut passer à la deuxième étape, qui est la recherche, la préparation des matériaux et outils qui serviront à construire. L’opération de construction se passe en quatre étapes, qu’on peut décliner comme suit :
1- recherche des briques ;
2- Ciments et outils ;
3- Revêtements (qui cache toutes les briques, et le mur forme alors une seule pièce unie)
4- (Finition) Peinture.
L’écrivain procède lui aussi de la sorte, en quatre étapes :
1- Recherches des idées ; informations (briques)
2- Liens entre les idées pour former des paragraphes…(ciments outils)
3- Il assure la cohérence de son texte : le(s) thème(s)(revêtement) 4- IL s’occupe de l’esthétique (la beauté) de son texte. (Finition/ peinture)
B- Que doit faire un lecteur pour comprendre un texte ?
Quand on lit un texte, on doit le déconstruire pour le comprendre. L’auteur construit, et le lecteur déconstruit le texte pour retrouver les quatre étapes de cette construction. Une fois qu’il a bien retrouvé les quatre degrés de la construction, il lui devient facile de bien comprendre le texte parce qu’ en faisant cela, le lecteur reconstruit peu à peu le texte, dans son esprit, et c’est cette étape qui s’appelle la compréhension du texte. On peut donner un exemple de quelqu’un qui veut déplacer un jeu de lego représentant une forme, un puzzle fait, d’une table à un autre, sans le détruire.il procédera donc en déplaçant méthodiquement les pièces, et en les reconstruisant au fur et mesure. Une fois terminé, il retrouvera sans difficulté ( sans erreurs) la forme qu’il a déplacée.
Donc, pour reprendre : l’auteur construit, et le lecteur déconstruit et reconstruit. Notez bien, qu’on a utilisé "déconstruit" et non "détruit". En effet, quand est-ce qu’il y a destruction ? Il y a destruction, quand le lecteur approche le texte sans méthode, et donc, il ne le comprend pas. Quand on ne comprend pas un texte, on fait n’importe quoi, et c’est comme cela qu’on détruit un texte.
Quelle est alors la meilleure façon d’approcher un texte ?
Il n’y a pas mieux que de rechercher les quatre étapes dont nous parlé, et ce en utilisant un tableau et en effectuant quatre lectures du passage à étudier. Notez bien que le temps que vous passerez à lire, ne sera pas une perte, mais bien au contraire, ce sera la meilleure façon de gérer votre temps, parce qu’une fois ces quatre lecture effectuées, vous n’avez presque plus rien à faire.
Donc, une fois que vous avez votre texte devant les yeux ; (l’épreuve de l’examen, par exemple), vous tracez un tableau en quatre colonnes comme suit :
1ère lecture ; informations :

- Qui ? (personnages)
- Où ? (lieux)
- Quand ? (temps)
- Quoi ? (que leur arrive-il ?)
2ème lecture ;relations entre les informations
- Pourquoi ? (relations entre les événements)
- Comment ? (de quelle façon se produisent les événements ?)
- Repérage des liens logiques.( Car/ mais , d’abord…)
NB : à cette étape, on est déjà capable de faire un résumé du passage)
3ème lecture ; la cohérence/ le(s) thème(s)
- Recherche et identification des champs lexicaux dominants (généralement 2)
4ème lecture ; l’esthétique du texte :
- Typologie : narratif, descriptif, argumentatif… dialogue….
- procédés narratif : chronologie, anticipation, rétrospection (retour en arrière) , pause , sommaire, ellipse..
- Focalisation : interne externe, zéro
- Énonciation
- Figures de style...  Nb : - posez ces questions (interroger le texte) et répondez y avant de regarder les questions de l’épreuve.
- quand vous faites la première lecture, vous n’êtes capables que de compléter la première colonne, une deuxième lecture vous permet de comprendre de quoi parle tout le texte. A la troisième lecture , vous sentez que l’auteur s’intéresse à un thème en particulier ( le courage, la solitude, la solidarité, la tristesse…etc) et ceci ça se voit dans beaucoup de mots (adjectifs, verbes, noms, adverbes ) qui renvoient à la même idée ou sentiment…Enfin, à la quatrième lecture, et parce que le sens ( le fond) ne pose plus problème, la forme du texte commence à se voir , et bien sûr, elle a toujours une relation avec le sens ( le forme et le fond se complètent).
- Si vous travaillez avec cette méthode soyez sûrs que vous aurez toujours quelque chose à dire. Même l’élève le plus faible, arrivera à faire la première colonne et  essaiera de venir à  bout de la deuxième.
- Les questions de l’épreuve, se situent forcément dans l’une de ces quatre colonnes, vous n’aurez alors qu’à arranger vos réponses pour qu’elles correspondent aux questions posées par l’épreuve.
C- Mise en pratique :
Je vous propose d’appliquer ce tableau (cette grille de lecture) au premier passage que nous avons déjà vu de la boîte à Merveilles .

  



Vous aimez cet article ?
Partagez-le sur
  Djc: chapitre xiii!
  Mettre la production écrite à l'esprit du temps
  Tous les messages de Jaafari Ahmed


 Réponse N°1 34025

Re
  Par   ALAOUI Abdellah  (CSle 09-06-14 à 20:15



un grand merci





 Réponse N°2 34348

merci
  Par   Jabrani Ahmed  (Profle 05-10-14 à 13:34



bon courage





InfoIdentification nécessaire
Identification bloquée par
adblock plus
   Identifiant :
   Passe :
   Inscription
Connexion avec Facebook
                   Mot de passe oublié


confidentialite Google +