Colle : résumé (réflexion sur la guillotine de camus)

 Par chiadmi sanae  (?)  [msg envoyés : 1le 04-01-12 à 08:49  Lu :6120 fois
     
  
 accueil


Nous définissons encore la justice selon les règles d’une arithmétique grossière. Peut-on dire du moins que cette arithmétique est exacte et que la justice, même élémentaire, même limitée à la vengeance légale, est sauvegardée par la peine de mort ? Il faut répondre que non.
Laissons de côté le fait que la loi du talion est inapplicable et qu’il paraîtrait aussi excessif de punir l’incendiaire en mettant le feu à sa maison qu’insuffisant de châtier le voleur en prélevant sur son compte en banque une somme équivalente à son vol. Admettons qu’il soit juste et nécessaire de compenser le meurtre de la victime par la mort du meurtrier. Mais l’exécution capitale n’est pas simplement la mort. Elle est aussi différente, en son essence, de la privation de vie, que le camp de concentration l’est de la prison. Elle est un meurtre, sans doute, et qui paye arithmétiquement le meurtre commis. Mais elle ajoute à la mort un règlement, une préméditation publique et connue de la future victime, une organisation, enfin, qui est par elle-même une source de souffrances morales plus terribles que la mort. Il n’y a donc pas équivalence. Beaucoup de législations considèrent comme plus grave le crime prémédité que le crime de pure violence. Mais qu’est-ce donc que l’exécution capitale, sinon le plus prémédité des meurtres auquel aucun forfait de criminel, si calculé soit-il, ne peut être comparé ? Pour qu’il y ait équivalence, il faudrait que la peine de mort châtiât un criminel qui aurait averti sa victime de l’époque où il lui donnerait une mort horrible et qui, à partir de cet instant, l’aurait séquestrée à merci pendant des mois. Un tel monstre ne se rencontre pas dans le privé.
ALBERT CAMUS, Réflexions sur la guillotine, 1957.
Vous résumerez ce texte en 50 mots (plus ou moins 10 %)
Thème: La peine de mort.
Thèse: La peine de mort est injuste car elle ajoute à la mort des souffrances morales.
Structure du texte:
1ère US: début-->que non
-L'auteur avance un jugement de valeur sur la peine capitale.
-La peine capitale est injuste, car elle ne respecte pas le principe d'égalité.
2ème US: liaisons-->que la mort
-L'auteur développe des arguments pour soutenir son point de vue
-Loi de talion est inapplicable
3ème US:il n'y a donc-->la fin
-L'auteur tire des conclusions sur la peine de mort .

  



Vous aimez cet article ?
Partagez-le sur


InfoIdentification nécessaire
Identification bloquée par
adblock plus
   Identifiant :
   Passe :
   Inscription
Connexion avec Facebook
                   Mot de passe oublié


confidentialite Google +