Citations sur le rôle de l'enseignant

 Par abdellhami aziz  (?)  [msg envoyés : 2le 09-01-15 à 19:59  Lu :2769 fois
     
  
 accueil


Abdellhami Aziz

Lycée qualifiant AOULOUZ

Délégation TAROUDANT

Niveau : 2ème Bac L.2/ S.V.T

Citations sur le role de l'enseignant

L.B.RESNICK (1983) : L'enseignement est tout ce qui est mis en oeuvre par une personne afin d'en aider une autre à acquérir une capacité nouvelle

L.B.RESNICK (1983) : Tout acte qui, de manière intentionnelle, aménage le milieu de telle sorte qu'une personne apprenne plus facilement quelque chose est appelé enseignement

M.ALTET ( Comment interagissent enseignants et élèves en classe? in Revue Française de Pédagogie n°107. 1994) : L'enseignement est un processus interactif, interpersonnel et intentionnel qui utilise les interactions verbales et non verbales pour atteindre un objectif d'apprentissage

O.REBOUL (Qu'est ce qu'apprendre. 1980) :L'enseignement est une activité à long terme, qui se déroule dans une institution spécifique, confiée à des personnes compétentes, et dont le but exprès est de permettre aux enseignés d'acquérir des savoir-faire et des savoirs organisés et transférables, en développant leur esprit critique.

P.MEIRIEU (Apprendre oui, mais comment?. 1987) : L'enseignement a pour tâche de mettre tous les sujets en contact avec les objets culturels, en s'efforçant de leur en montrer l'intérêt, pour rendre possible, dans la vie d'adulte, des choix véritables.

G.BACHELARD : Qui ne continue pas à apprendre est indigne d'enseigner.

G.BACHELARD : Il n'y a qu'une façon active de connaître, c'est de découvrir et corrélativement, il n'y a q'une façon d'enseigner, c'est de faire découvrir.

C.ROGERS : L'enseignant ne doit pas être un tube stérile à travers lequel passe la connaissance de génération en génération.

H.MANN : Un professeur qui essaie d'enseigner sans inspirer à ses élèves le désir d'apprendre frappe sur des têtes dures.

JJ.ROUSSEAU ( Emile, ou de l'éducation. 1762) : Oserai-je exposer ici la plus grande, la plus utile règle de toute éducation? Ce n'est pas gagner du temps, c'est d'en perdre.

L.S VYGOTSKY (Pensée et langage. 1934) : Enseigner à l'enfant ce qu'il n'est pas capable d'apprendre est aussi stérile que lui enseigner ce qu'il sait déjà faire tout seul..

B.CHARLOT : Le rôle de l'enseignant n'est pas d'enseigner. Son rôle fondamental, c'est que les élèves apprennent. Ce n'est pas la même chose.

O.REBOUL (Qu'est-ce qu'apprendre 1980) : La fin d'un enseignement est de former la compétence de ses élèves.

O.REBOUL (Qu'est ce qu'apprendre. 1980) : La compétence de l'enseignant est double: il sait ce qu'il enseigne et il sait comment l'enseigner..

A.GIORDAN (Apprendre.1998) : Le métier d'enseignant est un métier difficile, voire impossible, qui exige une dextérité et un sens de l'équilibre sans égal.

P.MEIRIEU : Le travail de l'enseignant n'est pas d'enseigner, c'est de permettre d'apprendre.

E.KANT : Ne pas enseigner des pensées mais apprendre à penser, à ne pas porter l'élève, mais le guider, si on veut que plus tard il soit capable de marcher de lui- même

G.BROUSSEAU (Le contrat didactique : le milieu, Recherches en didactique des mathématiques .1990) : L'enseignement consiste à provoquer chez l'élève les apprentissages projetés en le plaçant dans des situations appropriées auxquelles il va répondre spontanément par des adaptations.
P.MEIRIEU (Itinéraires des pédagogies de groupe) : Rien ne garantit jamais au pédagogue qu'il a épuisé toutes les ressources méthodologiques, rien ne l'assure qu'il ne reste pas encore un moyen inexploré, qui pourrait réussir là ou, jusqu'ici, tout a échoué.

J.HOUSSAYE (Le triangle pédagogique.1988) : Le professeur est un organisateur de situations de formation où il met directement en contact les élèves et le savoir.

Rapport de l'IGEN (L'évaluation des élèves en classe : ses effets sur l'enseignement et son utilité pédagogique, sa contribution à la progression des apprentissages Février 1998) : C'est dans une articulation constante et cohérente entre objectifs et évaluation que réside le potentiel d'un enseignement efficace qui garantissent à tous l'égalité des chances

Mission du professeur (BO n° 22 du 29 Mai 1997) : Dans le cadre de l'exercice de sa responsabilité dans la classe , le professeur doit être capable deconnaître sa discipline ( maîtriser les notions fondamentales de sa discipline et pouvoir mettre en oeuvre des démarches spécifiques)...Pour chaque séquence, il définit, dans le cadre de sa progression, le (ou les) objectif(s) à atteindre, sélectionne les contenus d'enseignement, prévoit des démarches et situations variées favorables à l'apprentissage, adaptées aux objectifs qu'il s'est fixés et à la diversité de ses élèves.

Mission du professeur (BO n°22 du 29 Mai 1997) : Les élèves sont au centre de la réflexion et de l'action du professeur, qui les considère comme des personnes capables d'apprendre et de progresser et qui les conduit à devenir les acteurs de leur propre formation.

Un lycée pour le XXI° siècle: Mission du lycée .Ministère Education Nationale : Tous les enseignants doivent développer l'intérêt et la curiosité des élèves, obtenir leur participation active en encourageant les productions collectives et individuelles.

Loi d'Orientation sur l'éducation (10 Juillet 1989 BO spécial n°4 du 31 Août 1989) : Art. 14: les enseignants sont responsables de l'ensemble des activités scolaires des élèves. Ils travaillent au sein d'équipes pédagogiques (…). Leur formation les prépare à l'ensemble de ces missions... Evolution du rôle de l'enseignant: Les enseignants non seulement doivent maîtriser la ou les disciplines qu'ils enseignent et leur didactique, mais encore connaître les processus d'acquisition des connaissances, les méthodes de travail en groupe, les méthodes d'évaluation, le système éducatif et son environnement.

G.ARZEL (Le choix d'enseigner Stage Martinique 1991) : Détermine quatre conditions à créer dans la séance : 1) Implication dans l'action ( jeu. 2) Quantité et variété d'action. 3) Progrès spécifiques. 4) Degré d'autonomie.

J.HOUSSAYE ( Le triangle pédagogique. 1988) : Défini la situation pédagogique comme un triangle composé de trois éléments, le savoir, le professeur et les élèves, dont deux se constituent comme sujets tandis que le troisième doit accepter la place du mort ou, à défaut, se mettre à faire le fou ... Le processus enseigner est fondé sur la relation privilégiée entre le professeur et le savoir et l'attribution aux élèves de la place du mort. Le processus former est fondé sur la relation privilégiée entre le professeur et les élèves et l'attribution au savoir de la place du mort. Le processus apprendre est fondé sur la relation privilégiée entre les élèves et le savoir et l'attribution au professeur de la place du mort.

L.S VYGOTSKY (Pensée et langage. 1934) : Selon lui, il est inutile d'apprendre à l'enfant ce que son stade actuel de développement ne lui permet pas d'apprendre. L'intervention de l'adulte pour être efficace doit se situer dans la zone de développement proximale. En collaboration avec l'adulte l'enfant est plus fort et plus intelligent que lorsqu'il se livrent à un travail autonome, il résout des difficultés intellectuelles d'un niveau supérieur mais il y a toujours une marge déterminée soumise à des règles strictes, qui définit l'écart entre le travail autonome et le travail en collaboration.

J.PIAGET : Considère que les situations d'exploration sont le vecteur privilégié de l'élaboration de structures nouvelles. A l'inverse les pratiques éducatives décourageant l'exploration et la résolution de problème en toute indépendance s'avèrent débilitantes sur le plan du développement cognitif.

J.BRUNER ( cité par N. MERCER The Guided Construction of Kwnoledge.1995) : Théoricien de l'apprentissage par la découverte, il a développé le concept de médiation sous les termes de tutorat et d'étayage.

JP.ASTOLFI (L'école pour apprendre.1992) : Cinq pôles permettent de construire une séquence didactique : 1) Une situation à exploiter. 2) Une méthode à maîtriser. 3) Une connaissance à acquérir. 4) Un obstacle à franchir. 5) Une production à réussir.

G.FELOUZIS (L'efficacité des enseignants. 1997) : Parle du métier d'enseignant comme métier solitaire : L'enseignement n'est qu'exceptionnellement le résultat d'une concertation entre professeurs

Y.TOCHON ( in Revue Française de Pédagogie n°86. 1989) : Met en évidence les problèmes rencontrés lors de la planification de l'enseignement . L'étude portait sur cinq enseignants de Français dans le secondaire. Les résultats montrent que le degré de compétence de l'enseignant semble proportionnel à sa faculté de s'adapter rapidement aux besoins des élèves et aux événements de la classe. Il s'opère une routinisation par appropriation progressive qui permet à l'enseignant de se libérer de la préoccupation des contenus pour s'occuper de la relation socio affective. Grâce à ces routines l'improvisation devient possible.

D.A.SCHÖN (Le praticien réflexif: à la recherche du savoir caché dans l'agir professionnel.1983) : La pensée professionnelle planificatrice de l'action est issue d'un répertoire de connaissances pratiques qui génèrent des exemplaires.

M.Z.HASHWEH (1987) : Montre que plus l'enseignant est compétent, plus il prend de liberté à l'égard des contraintes très fortes du système. Ceci s'explique par la nécessité constante d'une adaptation au terrain pédagogique à l'interaction avec l'apprenant.

D.MEDLEY (1977. cité par D.SIEDENTOP inApprendre à enseigner l'éducation physique. 11994) : Indique que les stratégies qui produisent le plus d'apprentissage sont aussi celles qui produisent les meilleures attitudes.

M.PIERON (1980. cité par D.SIEDENTOP in Apprendre à enseigner l'éducation physique. 1994) : Indique que les enseignants consacrent un tiers du temps organiser et un autre tiers à donner des informations.

D.SIEDENTOP (Apprendre à enseigner l'éducation physique. 1994) : Les études montrent que l'enthousiasme que l'enseignant manifeste à l'égard de ses élèves et de l'apprentissage, est très souvent relié à la réussite des élèves.

J.McLEISH (1981. cité par D.SIEDENTOP in Apprendre à enseigner l'éducation physique. 1994): Conclut, après une étude en éducation physique au cours de laquelle plus d'une centaine de leçons furent évaluées, que le temps d'apprentissage est la composante la plus significative de l'efficacité de l'enseignement.

A.M.BERIOT (A l'école, l'innovation au quotidien in 10° Entretiens de laVillette 1999) : A partir de l'analyse des pratiques enseignantes innovantes pour lesquelles un bureau à été crée en 1994 au sein du Ministère de l'Education Nationale afin de favoriser et diffuser ces pratiques, l'auteur met en évidence trois grandes transformations : 1) L'écoute de l'élève comme démarche pour son autonomie. 2) Le travail collectif des enseignants au bénéfice de l'élève. 3) Une pédagogie centrée sur l'élève par une réflexion sur l'acte d'apprendre

P.MERIEU (EPS interroge... in Revue EPS n°258. 1996) : Estime que trois conditions sont à respecter pour qu'une communication soit réussie: 1) L'objet d'apprentissage doit être signifiant. 2) La classe doit représenter un lieu de sécurité. 3) L'élève doit enfin vivre dans une société de droit réciproque.

G.BONNEFOY-P.CHIFFLET-G.PAIN et C.PARE ( comportements d'enseignants et climat pédagogique dans les classes d'éducation physique in Revue STAPS n°16. 1987) : Les professeurs confirmés sont nettement plus positifs que les stagiaires dans leurs réactions aux prestations des élèves

H.BORKO et C.LIVINGSTON (Cognition and improvisation: differences in mathematics instruction by expert and novices teachers. Americain Educational Research Journal. 1989) :Ont démontré que chez les enseignants novices, qui n'ont pas encore de routines mises en place, la fatigue professionnelle est beaucoup plus élevée que chez les experts. Selon eux, ceci serait dû au fait que les enseignants novices, ayant une conduite non-routinière, subissent une charge cognitive plus grande.

G.SENSEVY-A.MERCIER et M.L.SCHUBAUER (Vers un modèle de l'action didactique du professeur à propos de la course à 20. 2000) : Notent que l'action didactique du professeur comporte quatre dimensions essentielles : Définir, réguler, d'évoluer, institutionnaliser .

S.FRASER (1989):A recensé toutes les recherches portant sur l'efficacité de divers dispositifs pédagogiques au cours d'une ou deux années scolaires et les a comparées avec l'influence d'appartenir à la moitié socialement haute ou basse de la population. Sur les 26 dispositifs recensés, 17 (par exemple : travail à la maison corrigé, tutorat entre élèves, groupes homogènes dans des classes hétérogènes plutôt que classes homogènes,...) exercent un effet plus grand que l'origine sociale, ce qui signifie que des enfants d'origine sociale basse bénéficiant de ces dispositifs progresseraient davantage que des enfants d'origine sociale aisée n'en bénéficiant pas.

U.AYLWIN (Montréal. Collège de Maisonneuve. 1991) : Enseigner est un art où le professeur, les élèves et l'environnement interagissent d'une façon toujours changeante, originale et jamais réductible à un mode d'emploi transférable ou reproductible: chaque professeur construit ses propres modèles et les recrée sans cesse. Pour être efficace, cependant, cet art doit obéir à certaines règles générales, à des principes de base qui s'appliquent à tous, quels que soient le niveau ou la matière. Ces principes découlent principalement de la nature et du fonctionnement du cerveau, des processus psychiques tant intrapersonnels qu'interpersonnels, ainsi que des contraintes du cadre scolaire.

J.M.MONTEIL (Eduquer et former, perspectives psychosociales. 1990) :Affirme que le mode de gestion des situations d'apprentissage, les choix didactiques, l'organisation symbolique et matérielle de la pédagogie ont une influence sur la qualité des acquisitions cognitives.

J.BADREAU ( Contenu en judoin Revue EPS 200-201. 1986) : Met en place en judo, un dispositif basé sur le retrait progressif de l'enseignant. Il propose un travail en effectif réduit de quatre à cinq élèves à partir de documents écrits pour déboucher sur une production transmissible.

JJ.SARTHOU ( Concrétiser la pédagogie de la réussite in Revue EPS n°252. 1995) : Montre, en s'appuyant sur des exemples en rugby et en gymnastique, que l'efficacité pédagogique passe par la mise en place de différentes pédagogies: pédagogie de la réussite (paliers d'acquisition avec des tâches simplifiées et complexifiées), pédagogie du projet (critères de réussite), pédagogie du contrat, pédagogie différenciée afin d'adapter les contenus aux capacités de chaque élève.

J.A.LAGARRIGUE (La sécurité par l'EPS in Revue EPS n°256. 1995)Dans la perspective de l'apprentissage de la sécurité dans la pratique des APPN, l'auteur présente un algorithme ( si... alors) caractérisant l'intervention de l'enseignant s'appuyant sur trois types de consignes : des consignes de but (quoi faire) puis des consignes de repères lorsque la réponse motrice est négative, enfin des consignes d'action (comment faire) si les deux autres niveaux de consignes ne permettent pas une réponse motrice positive.

B.AUMONT et P.M.MESNIER ( L'acte d'apprendre. 1992) : la fonction d'aide à l'apprentissage ne peut se résumer à une activité de médiation ... car d'autres ressources, humaines et matérielles, interviennent.

M.ALTET ( Comment interagissent enseignants et élèves en classe? in Revue Française de Pédagogie n°107. 1994) : Affirme que le schéma de la leçon prédomine dans les prises de décision des enseignants au détriment de la prise en compte des interactions des élèves.

JF.BLIN ( Représentations, pratiques et identités professionnelles. 1997) : Les pratiques professionnelles sont complexes, difficiles à identifier et à formaliser, dans la mesure où elles intègrent: de l'action consciente, intentionnelle et rationnelle; de la mise en oeuvre de recettes réglées par des normes; de l'improvisation; du bricolage en cas de ressources inadéquates; de la routine pour une économie de fonctionnement; de la stratégie pour répondre aux enjeux identitaires; de la création.

HUBERMAN (1990) : Note que l'enseignement est une profession artisanale.

D.BERLINER (Reform in teacher education: The case for pedagogy. 1985) : Affirme que la corrélation entre la connaissance que possède un enseignant de la matière enseignée et le succès de ses élèves demeure très faible.

C.EVERSON- W.HALEY et M.ZLOTNIK (1984. cité par D.SDIEDENTOP in Apprendre à enseigner l'éducation physique.1994): Conclut qu'une bonne connaissance de la matière ne garantit pas un enseignement efficace.

W.DOYLE ( Research on classroom contexts in Journal of Teacher Education. 1981) : Note que, pour beaucoup d'enseignants, le but initial et fondamental de l'intervention consiste à obtenir et à maintenir la coopération des élèves.



  



Vous aimez cet article ?
Partagez-le sur


InfoIdentification nécessaire
Identification bloquée par
adblock plus
   Identifiant :
   Passe :
   Inscription
Connexion avec Facebook
                   Mot de passe oublié


confidentialite Google +