Chapitre iv "la boite à merveilles"la description (d’un lieu) et le portrait (physique et moral)


mohamed knouz  (?) [26 msg envoyés ]
Publié le :2012-11-08 00:18:02   Lu :9337 fois
Rubrique :Lycée et Entraide scolaire  
  • 2.4 stars
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5



La description (d’un lieu) et le portrait (physique et moral)
Réalisé par Mohamed Knouz
Texte : chapitre IV la Boite à Merveilles ‘le Jeudi chez Lalla Aicha’
« Lalla Aïcha habitait dans l'impasse de Zankat Hajjama une maison avec une porte basse. Cette maison rappelait, par certains côtés, Lalla Aïcha elle-même. Toutes les deux avaient connu des temps meilleurs, toutes les deux en gardaient une attitude guindée, une distinction désuète.
Lalla Aïcha occupait deux pièces de petites dimensions, au deuxième étage. Un balcon donnant sur le patio, garni d'une balustrade en fer forgé, conduisait à la pièce principale. L'autre chambre s’ouvrait directement sur l'escalier et servait surtout à entreposer les provisions d'hiver. Lalla Aïcha y faisait aussi sa cuisine. La grande pièce avait deux fenêtres, l'une s'ouvrait sur le patio de la maison, l’autre sur les terrasses des maisons voisines et sur les toits d'une petite mosquée de quartier. Cette chambre, deux fois plus longue que large, était d’une propreté méticuleuse. Des cretonnes à grands ramages couvraient les matelas, d'énormes coussins brodés au petit point, enveloppés dans une légère soierie transparente, s'amoncelaient ça et là. Le mur s’ornait de grandes étagères peintes, garnies de bols de faïence européenne, d'assiettes décorées de roses dodues, de verres en forme de gobelets. Une pendule en bois foncé, riche en sculpture, clochetons et pendentifs, occupait sur le mur la place d'honneur. Le sol était couvert d'une natte de jonc. Par-dessus la natte, se déployait une carpette aux couleurs vives.
Cet ensemble baignait dans une atmosphère d'aisance, de quiétude. Ce n'était certes pas le grand luxe mais le confort, un nid douillet à l'abri du vent.
Dès notre arrivée, Lalla Aïcha nous servit des gâteaux et du thé à la menthe. Elle parla ensuite de ses douleurs de jointures qui la taquinaient de nouveau, d'une rage de dents qui l'avait rendue folle la semaine dernière, de son manque d'appétit. Elle posa mille questions à ma mère qui répondait avec complaisance, s'attardait sur un détail, se lançait dans une longue digression, mimait une scène. Nos voisins firent naturellement les frais de la fête. Ma mère en parlait sans méchanceté mais avec une assez grande liberté de langage. Elle comparait le mari de Rahma à un âne qui aurait trop mangé de son, celui de Fatma Bziouiya à un rat inquiet. Mon père qu'elle appelait « l'Homme» n'échappait pas à ses coups de griffes. Sa haute taille, sa force, son silence devenait motifs à caricature. Moi j'aimais mon père. Je le trouvais très beau. La peau blanche légèrement dorée, la barbe noire, les lèvres rouge corail, les yeux profonds et sereins, tout en lui me plaisait. Mon père, il est vrai, parlait peu et priait beaucoup, mais ma mère parlait trop et ne priait pas assez. Elle était certes plus amusante, plus gaie. Ses yeux mobiles reflétaient une âme d'enfant. Malgré son teint d'ivoire, sa bouche généreuse, son nez court et bien fait, elle ne se piquait d'aucune coquetterie8. Elle s'ingéniait à paraître plus vieille que son âge. A vingt-deux ans, elle se comportait comme une matrone mûrie par l'expérience.
Questions
- Présentez l’œuvre d’où est extrait ce passage en complétant le tableau suivant :
Titre de l’œuvre Auteur Genre Justification du genre Courant littéraire
- Identifiez le texte (typologie) et justifiez votre réponse ?
- Complétez le tableau suivant :
Le lieu décrit Outils de la description Les personnages décrits Portraits
(Au moins deux) (Au moins deux) Physique :
Morale :
- Situez ce passage dans l’œuvre.
- a- « Cet ensemble baignait dans une atmosphère d'aisance, de quiétude » de quelle figure de style s’agit-il dans cet énoncé ?
b- Quel est l’effet recherché par le narrateur ?
- a- Quel est le temps verbal dominant ?
b- Justifiez son emploi ?
c- Quelle est sa valeur ?
- Cet ensemble baignait dans une atmosphère d'aisance, de quiétude. Relevez de l’énoncé une anaphore lexicale, et dites à quoi elle réfère ?

Cet article est apprécié par : Kamilya faiz - Tabat nada - Marocagreg - Nazha youssef - Fatiha kerzazi  - Jaafari ahmed - 



 Réponse N°1 28802

opinion
  Par   elasfouri azeddine  (Profle 2012-12-16 12:48:14



un trés bon texte,mais l'analyse reste à approfondir un peu .mercci





InfoIdentification nécessaire
   Identifiant :
   Passe :
   Inscription
Connexion avec Facebook
                   Mot de passe oublié


confidentialite Google +