C'est...à lire.

 Par amina ossoule  (?)  [msg envoyés : 120le 22-03-12 à 10:48  Lu :931 fois
     
  
 accueil


« Je vais changer le monde, je ferai d’eux des génies, des stars, des surdoués et…ils seront les premiers de la région ». Ce sont là de douces réflexions qui caressaient mon esprit, le premier jour où j’ai appris que je prendrai en charge, au cous de cette année scolaire, des élèves issus du monde rural (parce qu’il faut que je vous dise j’ai eu toujours pitié des élèves de nos campagnes. Je comparais souvent leurs conditions misérables à celles des chouchous que j’avais au privé).
J’étais heureuse de pouvoir mettre enfin, mes idées en pratique, mais aussi, au fin fond de moi-même, il y avait une autre raison : la liberté. Quelle est agréable cette sensation de se voir libéré du gilet du privé qui rappelle l’époque ancienne ou régnait l’esclavage : monstre qui dénude l’être humain et le prive de tout regard positif sur la vie toute entière.
Le jour où je devais franchir la porte du lycée où j’ai été affectée, l’espoir et la volonté faisaient obstacle pour m’empêcher de voir clair la laideur de l’endroit : des murs tachetés, une cour sans couleur ; quelques feuilles mortes et des pierres ici et là…comme tout décor. « Tant pis me suis –je dis, j’organiserai une activité parascolaire et j’apprendrai à mes élèves l’art de rendre agréable à voir leur entourage »
Le directeur de l’établissement, ayant le souci de remplir ses papiers à perfection, a bien accompli son devoir et m’a tout de suite désigné la salle 10.
« Très bien, c’est là où je ferai entendre à mes élèves la plus belle chanson française pour commencer cette journée »me suis-je dis.
Catastrophe, aucun indice des ressources de l’électricité : ni prises, ni ampoules…rien
« Pas grave, je les réclamerai après la séance « ai-je pensé.
Au moment où mes élèves sont rentrés en classe combien j’ai senti la fierté de voir devant moi, assis, tout sages, des jeunes qui me regardaient avec des yeux me guettant de partout, ils voulaient sûrement tester les capacités de cette nouvelle personne qui mènerait leur barque dans les méandres du savoir. Une responsabilité à assumer avec assurance, engagement et militantisme. J’en suis convaincue.
Dans ma classe, le nombre de garçons qui l’emporte sur celui des filles m’a rappelé, tout de suite, ce que j’avais lu et entendu sur les efforts considérables à déployer par le gouvernement pour intégrer la femme rurale dans le marché actif dit la société.
Comme d’habitude, tout premier contact commence par une présentation. Je devais commencer puis leur donner la parole… grand dieu !!…, ils ont du mal à formuler des phrases correctes et complètes.
« Il ne faut pas dramatiser la situation, me suis-je dite, c’est une chose qui arrive chaque fois qu’il y a un premier contact !!! »
Le lendemain, puis les jours qui suivirent m’ont éclairci la vision des choses …il n’y aurait jamais d’occasions pour organiser une activité de jardinage, et il n’y aurait pas moyen de travailler sur la chanson … reste le complexe que ces élèves avaient à s’exprimer en français. Là j’ai compris la valeur de l’énorme responsabilité que j’avais sur le dos.
Il y a une clé certes pour ouvrir les portes rouillées : celle de la patience de la persévérance et de la bonne volonté.
La volonté ? La volonté de qui ? De l’apprenant ou de l’enseignant ? De l’administration ou des décideurs à tous les niveaux ?
De mon coté, les années de labeur au privé m’ont appris le bon sens de la conscience professionnelle sans laquelle aucun métier n’avancerait.
Du coté de mes élèves, il fallait la semer, cette volonté, il fallait leur montrer l’utilité d’acheter les œuvres au programme, de les lire, de venir à l’heure, de ne pas s’absenter pour n’importe quelle raison…il fallait surtout les intéresser, créer chez eux cet esprit, cette confiance en eux et en la matière.
Le complexe ne peut pas se dissiper d’un seul coup, j’ai confiance en cette génération, les futurs citoyens de mon pays.
Nous devons avoir beaucoup de vigilance pour les faire parvenir à destination. Rien ne vient d’un seul coup : il ne faut pas être trop ambitieux et demander d’eux ce qu’ils ne peuvent pas faire. La compétence s’acquiert petit à petit. Il faut donc commencer par leur faire aimer la langue française au lieu d’invoquer mille raisons pour ne rien faire
Ainsi, on pourra changer le monde, on fera d’eux des génies, des stars, des surdoués… Et ils seront les premiers de la région.
amina,2009

  



Vous aimez cet article ?
Partagez-le sur
  C'est à méditer, aussi.
  J'en souffre
  Tous les messages de amina ossoule


 Réponse N°1 18830

remerciement
  Par   bouayad oumayma  (élèvele 22-03-12 à 11:09



bnj!! je suis lycéenne j'ai adoré votre texte et votre fort volonté j'estime les professeurs comme vous !!!





 Réponse N°2 18836

Bon courage chère collègue !
  Par   Samira Yassine  (CSle 22-03-12 à 14:34



Oui ma chère collègue, le temps vous prouvera que vous aviez raison ou au contraire il fallait être réaliste et désespérer.

Certes on ne peut que louer vos grands efforts, preuve d'une grande volonté d'aider ces pauvres élèves de faire d'eux les citoyens de demain, les hommes du futur.

Mais la réalité est décevante , bien pire, on désespère, on ne sait plus par où commencer, par la conjugaison de l'auxiliaire avoir ou par le repérage du sujet de la phrase.

Je ne parle pas de toutes les classes ni de tous les élèves, je parle en premier, des classes qualifiées de littéraires alors qu'on n'a pas chez nous de classes littéraire. Ces classes sont le destin de tous ceux qu'on n'a pu mettre en classes scientifiques. C'est le refuge des élèves dont les moyennes ne dépassent pas 8 avec quelques exceptions, on trouve chaque année une élève ou un élève qui a fait son choix et qui est vraiment littéraire sinon le reste ce sont des élèves qui ne peuvent aller ailleurs.

Bon courage ma chère Amina.





 Réponse N°3 18849

Une citation
  Par   fatih brahim  (Profle 22-03-12 à 18:58



"Ce n'est pas parce que les choses sont difficiles que nous n'osons pas, c'est parce que nous n'osons pas qu'elles sont difficiles."Sénèque





InfoIdentification nécessaire
Identification bloquée par
adblock plus
   Identifiant :
   Passe :
   Inscription
Connexion avec Facebook
                   Mot de passe oublié


confidentialite Google +