Boîte à merveille évaluation - corrigé

 Par jamal adib  (?)  [msg envoyés : 206le 06-05-10 à 01:21  Lu :24268 fois
     
  
 accueil

Evaluation
Texte:
" Nous savons que Moulay Larbi ne se livrerait jamais à de telles pratiques. Ce sont là les paroles mensongères d'une fille stupide et jalouse.
" Tout ceci serait sans conséquence si sa mère ne se mêlait pas à chaque instants des affaires du ménage. Elle vient trois ou quatre fois par semaine renifler chaque objet, donner des conseils, manifester son mécontentement à propos de ceci ou de cela, inciter sa fille à se montrer plus exigeante, flatter son orgueil en lui répétant qu'elle est bien trop jolie pour un vieux barbon qui sent la sueur et le cuir et qui se montre incapable de gâter sa jeune épouse comme elle le mérite.
" Le pauvre Moulay Larbi subit naturellement les répercussions de ces mauvais conseils. Ah !
Il est bien à plaindre, Moulay Larbi ! Il n'a rencontré dans ce mariage que tristesse et peine.
Il vient rarement te voir, Lalla AÏcha, parce qu'il a conscience d'avoir commis une faute grave
à ton égard. Il n'a pas oublié ce que tu as fait pour lui. Ni sa mère, ni sa sœur ne lui auraient porté secours dans l'adversité comme toi tu l'as fait si généreusement. Mais les hommes sont des êtres faibles !
" Depuis que sa situation s'était améliorée, il n'avait plus qu'un rêve, celui d'avoir une jeune épouse pour égayer sa vie de travail et de lutte. Notre époque devient de plus en plus étrange. Les jeunes filles d'aujourd'hui ne sont plus celles d'hier. Elles manquent de réserve, ignorent la pudeur, font fi de leur dignité pour obtenir une satisfaction passagère. Elles préfèrent épouser des jeunes gens sans cervelle qu'elles gouvernent à leur guise.
" Moulay Larbi est un homme, il lui faut donc une femme à sa mesure. Cette femme, c'est toi, Lalla AÏcha. Son erreur a été de l'oublier momentanément."
Tous les regards se dirigèrent vers la porte. Nous venions d'entendre un toussotement discret.
- Qui est là ? dit Lalla AÏcha.
- Un proche.
La Boîte à Merveille
I)- Questions de compréhension:
1)- Présentez brièvement l'auteur et son roman.
2)- De " Nous savons que Moulay Larbi…" à " …Son erreur a été de l'oublier momentanément."
Qui parle dans ce passage ? A qui ? De qui ? De quoi ? Où ?
3)- Situez le passage.
4)- Quel est le type de cette séquence ?
5)- " Ce sont là les paroles mensongères d'une fille stupide et jalouse."
Commentez cette réplique en expliquant de quelles paroles s'agit-il ?
6)- Donnez trois aspects de l'immixtion de la femme du coiffeur dans la vie de sa fille.
7)- La fille suivait-elle les conseils de sa mère?
Relevez du passage une phrase qui justifie votre réponse.
8)- " Il n'a pas oublié ce que tu as fait pour lui"
A quoi la locutrice faisait-elle allusion ?
9)- Cpmlétez à la lumière du passage ci-dessus :
- Les caractéristiques des filles de cet époque:
- Les caractéristiques des filles de l'époque qui lui est antérieur:
10)-À la lumière de votre lecture de l'œuvre, pourquoi Moulay Larbi pensait-il à se remarier?
11)- " Un proche "
De qui s'agit-il ? Quelle est la raison de sa visite ?
12)- Quelle est la tonalité du texte? Justifiez son emploi.
II)- Production écrite:
La polygamie est un sujet à propos duquel les avis sont partagés. Développez dans quelques lignes votre point de vie en utilisant des arguments pertinents.
Prof Jamal
Le Jeudi 06-05-2010
A 12 minutes après minuit
Bonne chance
Eléments de corrigé:
1) C'est Ahmed Sefrioui, un écrivain marocain d'expression française. Il est né à Fès en 1915 de parents berbères. Il est séduit depuis son enfance par l'école française qui l'a beaucoup marqué. Il a occupé plusieurs fonctions dans l'administration publique. Son premier roman fut « Le chapelet d'ambre ». Il est mort en 2004. « La boîte à merveilles» est son roman autobiographique dans lequel il retrace le parcours d'une vie simple d'un enfant né dans la médina de Fès.
2)- Qui: Salama, la marieuse professionnelle
A qui: Lalla Zoubida et Lalla Aicha
De qui: Moulay larbi et sa jeune femme
De quoi: La souffrance de Moulay larbi avec sa jeune femme
Où: Dans la maison de Lalla Aicha
3)- Situation du passage:
Lalla Aîcha rendit visite à Lalla Zoubida et lui demanda de venir chez elle le lendemain car il lui réservait une surprise. Une fois chez Lalla Aîcha, le narrateur suivait le papotage des deux femmes. Soudain, Salama, la marieuse professionnelle, surgit. Elle venait demander excuse à Lalla Aîcha pour être l'intermédiaire dans le remariage de Moulay Larbi et leur communiqua que de grands événements se préparaient.
4)- C'est une séquence narrative avec une visée argumentative.
5)- La fille du coiffeur accusa son mari Moulay Larbi d'avoir des relations incorrectes avec des femmes dans des quartiers éloignés. Et cela à la suite de la décision de Moulay Larbi d'empêcher sa jeune femme de broder des empeignes de babouches car elle était mal exécutée et elle demandait le double du prix normal pratiqué par les autres brodeuses.
6)-
- Renifler chaque objet
- Manifester son mécontentement à propos de ceci ou de cela.
- Inciter sa fille à se montrer plus exigeante.
7)- Oui. La phrase qui le montre: " Le pauvre Moulay Larbi subit naturellement les répercussions de ces mauvais conseils."
8)- Lalla Aicha a tout vendu pour donner à son mari de l'argent nécessaire à acheter des matériels et à assurer les premiers frais d'installation de son nouvel atelier.
9)-
Les caractéristiques des filles de cette époque:
Manque de réserve
Manque de pudeur
Manque de dignité
Les caractéristiques des filles de l'époque qui lui est antérieur:
Réservées
Pudiques
Imbues de dignité
10)- Il s'agit de Zhor, une voisine de Lalla Aîcha. C'est une femme qui éclatait de jeunesse et de fraîcheur. Elle est venue demander un brin de menthe.
11)- C'est une tonalité pathétique. L'emploi de cette tonalité permet de présenter Moulay Larbi comme une victime (le pauvre Moulay larbi), ainsi Salama pourrait garantir une forte compassion des deux femmes avec Moulay Larbi qui traversait une conjoncture difficile au sein de son deuxième foyer.
Autremant dit: Salama cherche à apitoyer ses auditrices par l'évocation de la souufrance de Moulay Larbi.
II)- Production écrite:
La polygamie est un sujet épineux qui a fait couler beaucoup d'encre. En effet, l'idée de se marier de plus d'une femme n'a jamais été l'objet de l'unanimité. Alors que certains y voit une nécessité pressante surtout dans des cas que l'on considère comme critique, d'autres la considère comme un luxe et vont jusqu'à réclamer l'interdiction de cette pratique, leurs raisons d'être sont légion.
La polygamie n'est pas une tare, voilà ce qu'avancent les adeptes de cette pratique. Prenons en guise d'exemple un homme dont la femme est incapable d'enfanter à cause d'une anomalie héréditaire,la stérilité par exemple. En dépit de la relation affective qui pourrait exister entre le couple, le mari ne peut plus endurer l'idée qu'il va mourir un jour sans laisser une progéniture qui porterait son nom. D'ailleurs, nul besoin de rappeler que dans de tel cas, le mari se trouve assujetti à la pression de sa famille qui ne manquerait aucune occasion pour lui rappeler que s'il ne réussit pas à avoir des enfants, il risquerait de payer cher quand il deviendra vieux. Un argument qui trouve son chemin préludé vers le cœur du mari qui s'angoisse sur son avenir avec une femme stérile qui pourrait lui tourner le dos au moment où il perdra sa force et sera dépendant de l'aide des autres.
Or, il arrive que la femme tombe malade, et sera par la suite incapable de veiller à la gestion de son foyer: tâches ménagères, éducation des enfants… surtout en cas de quelques maladies chroniques qui forcent la patiente à s'aliter à jamais. Le mari, face à de telle situation, aurait du mal à supporter la gestion de la famille tout seul vu la pression du travail par exemple. Alors, il ne trouverait devant lui que la voie de la polygamie qui pourrait s'annoncer comme une solution efficace aux problèmes rencontrés.
Force est de constater que parfois les conditions du travail pourront favoriser le recours à la polygamie. En effet, il y a des professions qui demandent un déplacement permanent de l'agent entre des endroits plus au moins éloignés. Le mari dans ce cas, se trouve confronté à des problèmes de stabilité: séjour à l'hôtel, restauration…etc., alors, la recherche d'une deuxième femme s'impose comme un choix inéluctable.
Pourtant, les forteresses des partisans de la polygamie s'effondrent devant les arguments allégués par les détracteurs de cette pratique. Ceux-ci dirigent un doigt accusateur vers l'égoïsme et l'ingratitude de certains maris qui tournent le dos à leurs premières femmes qui ont partagé avec eux les moments de joie ainsi que ceux de détresse. Nombreuses sont les femmes qui se sentaient offusquées face aux demandes de leurs maris d'accepter à bras le cœur leur projet de chercher le bonheur ailleurs, mais en veillant à leurs premiers foyers. Un égoïsme que les femmes digéraient à contrecoeur en gardant au fond d'elles une haine viscérale à l'encontre de leurs maris, et qui n'hésiteraient pas à l'inoculer chez leurs enfants, ce qui impacterait négativement sur la relation entre les enfants et leurs parents plus tard.
C'est une erreur fatale de croire que la polygamie résout le problème de stérilité en gardant de bon lien avec la femme stérile. L'expérience a démontré que l'homme reste incapable d'assurer l'équité entre les deux femmes et, dans la majorité des cas, l'inclination à la mère des enfants l'emportait sur la première femme, eu égard à la chaleur familiale que pourrait procurer le foyer égayé par la présence des enfants.
Quoi qu'il en soit, la polygamie reste un choix strictement conditionné. Quand l'homme s'engage avec une femme, une sorte de lien sacré se noue entre eux et qui exige une forte synergie dans la joie autant que dans le malheur. A mon sens, je ne tolère pas la polygamie, pourtant, je pense que, même en cas de maladie chronique de la première femme, l'homme doit avoir l'approbation de sa femme pour préserver sa dignité et pour faire preuve de gratitude à l'égard de cette femme avec laquelle il s'est engagé de relever les enjeux des aléas de la vie. Même notre vénérable religion confirme l'impossibilité d'être juste avec les femmes du côté affectif.
Prof Jamal

  



Vous aimez cet article ?
Partagez-le sur
  Production écrite 1er bac
  Bribes de souvenirs 2
  Tous les messages de jamal adib


 Réponse N°1 3938

Salut
  Par   jamal adib  (CSle 06-05-10 à 23:42

Salut tout le monde. J'étais un peu préoccupé par la correction des devoirs. On se verra très bientôt.




 Réponse N°2 27956

commentaire sur le remariage de moulay laarbi
  Par   sellam khadija  (CSle 21-10-12 à 12:02



je crois que ce remariage est considéré comme inconvénient par la plupart des apprenant surtou quand lalla aicha l'a aidé mais je pense quèil a le droit de se remarier car il veut un enfant et cela c'est son droit mais le problème c'est le choix de safemme en plus my laarbi n'a pas quitté sa première épouse





InfoIdentification nécessaire
Identification bloquée par
adblock plus
   Identifiant :
   Passe :
   Inscription
Connexion avec Facebook
                   Mot de passe oublié


confidentialite Google +