Aristote: « la justice est la base de la société ; le jugement constitue l’ordre de la société : or le jugement est l’ap

 Par ZINEDDINE Mohamed  (Prof)  [msg envoyés : 34le 29-01-12 à 15:12  Lu :2403 fois
     
  
 accueil


Sujet n°2: Dans Les Politiques, Aristote affirme: « La justice est la base de la société ; le jugement constitue l’ordre de la société : or le jugement est l’application de la justice »
Vous discuterez cette opinion à la lumière de votre lecture des Choéphores et des Euménides d’Eschyle et de vos connaissances relatives au thème de l’année.
Introduction : (travail d’élève corrigé collectivement au tableau)
Tout au long de l’histoire de l’humanité, l’homme, conscient de la nécessité d’édifier une société sur des bases solides, choisit la justice, ce concept philosophique abstrait, comme la pierre angulaire de la communauté. Toutefois, cette dernière risque parfois de souffrir de l’anarchie si le jugement, comme application concrète de la justice, reste absent et marginalisé. C’est ce que semble corroborer Aristote dans Les Politiques lorsqu’il affirme : « La justice est la base de la société ; le jugement constitue l’ordre de la société : or le jugement est l’application de la justice ». Pour Aristote, une justice, qui ne se voit pas appliquée d’une manière adéquate sous forme de jugements, ne peut nullement contribuer à l’harmonie au sein de la société, mais participerait plutôt à sa destruction et la ferait ainsi sombrer dans le chaos. Mais la stricte observance des lois peut parfois être un facteur de désordre. Alors on est en droit de s’interroger jusqu’à quel point le jugement, comme application de la justice, peut assurer l’ordre dans une société.
On verra donc que, si l’application de la justice favorise l’ordre, elle peut, quand elle est trop stricte, générer le chaos. D’où la nécessité de redéfinir la justice comme tout moyen à même d’instaurer l’harmonie.
Conclusion :
Donc la justice se présente comme une institution qui structure les liens sociaux, car elle permet de formuler la loi commune à la quelle se conforment les membres d’une société. Néanmoins, cette vertu pourrait être un facteur de désordre. D’où la nécessité de la redéfinir comme tout moyen à même d’instaurer l’harmonie. Mais cette redéfinition pragmatique de la justice ne risque-t-elle pas d'estomper la frontière entre le juste et l'injuste et apporter de l'eau au moulin de ceux qui estiment que la fin justifie les moyens?

  



Vous aimez cet article ?
Partagez-le sur
  Une rentrée tourmentée pour les agrégés es cpge?
  Cpge : présentation de la dissertation
  Tous les messages de ZINEDDINE Mohamed


 Réponse N°1 17380

merci/opinion
  Par   elasfouri azeddine  (Profle 15-02-12 à 17:20



ce qui est plus important ,c'est l'ame da la loi et non pas la loi en elle _meme;cela veut dire que la justice parfois cause des victimes,c'est le cas de dernier jour d'un condamné de victor hugo par exemple.on est obligé de modérer la justice selon l'objectif majeur.Aristote fait appel à l'application d'un jugement pour qu'une socièté se constuise correctement,mais cela donne naissance à un désordre au moment ou ceux qui commisent les fautes sont mal-costuisent à cause des circonstances ;l'homme est bon par nature et c'est a communauté qui corrompe l'etre.





 Réponse N°2 17385

Remarque et opinion
  Par   bensaidi brahim  (CSle 15-02-12 à 20:00



L'élève n'a pas respecté strictement la consigne figurant ds le libellé du sujet:Il n'a pas cité certaines idées des oeuvres d'Eschyle.

J'enchaîne sur la conclusion pour formuler une remarque sur la justice.Dans les sociétés de classes où les intérêts sont constamment en conflit, la justice, comme lois établies pour exercer le pouvoir, est toujours du côté des législateurs qui sont au service de la classe dominante.Dans de telle situation,l'équité n'a pas souvent droit de cité.Car les principes juridiques sont adoptés de manière à défendre les intérêts de la dite classe.d'où la persistance de l'injustice dans ces sociétés.Les jugements prononcés ne rendent,en général, que la justice des individus puissants et dominants.L'harmonie sociétale ne s'est instaurée relativement qu' avec l'apparition des communautés démocrates modernes quoique hiérarchisées en classes.

cordialement





InfoIdentification nécessaire
Identification bloquée par
adblock plus
   Identifiant :
   Passe :
   Inscription
Connexion avec Facebook
                   Mot de passe oublié


confidentialite Google +