Appel à contribution : ouvrage collectif (l'ombre du bagne)


marocagreg  (Admin) [2255 msg envoyés ]
Publié le :2016-12-01 19:23:00   Lu :2080 fois
Rubrique :Crmef,ENS,Université  
  • stars
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5


L'ombre du bagne :

la littérature carcérale au Maroc et ailleurs.


« Raconter les souffrances, la barbarie, l'arbitraire… l'essentiel est là », affirme Salah Hachad dans ses mémoires reprises par Abdelhak Serhane1. « Devrais-je vraiment tout raconter ? Se demande Mohammed Raïss, un autre ex-bagnard de Tazmamart, ne pas le faire[…] c'est trahir ma conscience et trahir surtout, la mémoire de mes compagnons de bagne2 ». Les témoignages des prisonniers sont l'expression d'une nécessité impérieuse d'extérioriser l'horreur qui les habite, d'exorciser les cauchemars qui les hantent, car il ne suffit pas de sortir du bagne pour le quitter quand l'horreur continue de posséder l'esprit. La parole est à la fois une thérapie et une victoire sur l'arbitraire. Il faut empêcher la mémoire d'oublier, empêcher la tragédie de se reproduire. Cela est d'autant plus vrai quand le témoin a survécu au bagne le plus sombre et le plus secret du monde, à Tazmamart. « Pire que Tazmamart, c'est impossible 3», témoigne un rescapé du « mouroir honteux4 ». Devant cette incarnation de l'abjection et cet extrême5 insoutenable, quasiment tous les récits de l'horrible prison évoquent une fosse infernale qui inspire répulsion, révolte et terreur panique. « L'enfer sera moins cruel que ce qu'on nous fait subir ici6 », affirme l'un des suppliciés, espérant ainsi transmettre aux lecteurs l'idée de « l'horreur inqualifiable7 » et de la barbarie qui règnent dans « ce lieu du désespoir8 », de l'exclusion radicale, de l'immonde, de la bestialité et de la déchéance de l'humain. Emmurés vivants dans des cachots obscurs, humides et insalubres, des prisonniers sont kidnappés, soustraits à la prison légale (Kénitra) pour être rejetés dans la clandestinité d'une oubliette, dépouillés de tout, livrés à une vengeance aveugle et à des gardiens illettrés dont certains sont représentés comme des tortionnaires zélés et insensibles.

Lieu d'un « surgissement massif et abrupt d'une étrangeté9 » qui écrase ses malheureux locataires, le bagne est « là où le sens s'effondre10 », « jeté à côté du possible, du tolérable, du pensable 11» et de l'avouable comme en témoigne le silence des autorités marocaines qui avaient refusé jusqu'au bout d'admettre l'existence de Tazmamart, comme celle d'autres centres de détention des années de plomb et d'angoisse (Agdz, Dar Moqri, Kalaat M'gouna, Derb Moulay Cherif, le Courbis). Pour les malheureux pensionnaires de ces lieux lugubres, la prison heureuse et romantique, où des personnages rencontrent l'amour et le bonheur, est tout bonnement une chimère inconcevable. Dans leur bagne infernal, les emmurés de Tazmamart, comparés aux victimes de l'holocauste, étaient enterrés vivants, non pas pour purger une peine, mais pour crever dans le silence et l'indifférence générale. Un traitement identiquement atroce est rapporté par les rescapés des geôles algériennes et des camps de la mort du Polisario où les séquestrés, comme le raconte Mimoune Zeggaï dans son témoignage Le miraculé de Tindouf, ont subi une torture systématique et inhumaine durant des décennies.

Harcelé par les organisations internationales et les grandes puissances, les tortionnaires cherchent à maquiller le scandale, à maintenir l'omerta en muselant les rescapés à force de promesses et d'intimidation : « On prendra soin de toi […], mais, en contrepartie, tu la boucleras12 », insigne-t-on à Marzouki au moment de sa libération, en lui faisant comprendre qu'il y va de l'image du pays. Révélé au grand jour, le bagne de Tazmamart est rasé à la hâte comme s'il suffisait de supprimer la scène du crime pour camoufler la honte et se laver la conscience des atrocités qui y ont été perpétrées. Mais la suppression du lieu ne fait qu'exacerber la mémoire. Les récits des survivants de Tazmamart, des camps de Tindouf, comme avant eux les camps nazis, les camps communistes et autres bagnes de la mort interpellent la conscience collective et luttent contre la tentation de l'oubli. « À ignorer le passé, on risque de le répéter 13», affirme Todorov. Des livres ont été écrits pour empêcher la reproduction de l'épouvante et libérer un cri de douleur longtemps réprimé. « Nous avons peut-être survécu pour témoigner de l'horreur14 » et dénoncer l'injustice, affirme le capitaine Hachad. « Se taire est une trahison », surenchérit Khalid JAMAI dans un éditorial de l'Opinion qui est reproduit par Marzouki à la fin de son témoignage15. Il ne s'agit, en effet, ni de cautionner les pratiques tortionnaires quels que soient les méfaits attribués aux condamnés, ni de se complaire dans un silence complice et assassin ; il est question, au contraire, de crever l'abcès, de préciser les responsabilités, de regarder l'histoire du pays en face pour comprendre le sens des faits et garantir un départ sain pour une réelle réconciliation : « c'est en reconnaissant ses erreurs qu'un État devient grand et puissant 16» affirme Mohammed Raïss.

Le but de notre ouvrage collectif consiste à interroger toute cette littérature carcérale, dont la profusion même est un phénomène très sain, comme écriture de l'extrême, du malaise, de l'abject et d'une horreur qu'il s'agit d'exorciser par le verbe, mais aussi comme expression d'une mémoire qui doit être sauvegardée pour le bien du pays et des générations futures. Les approches possibles et les pistes à explorer sont nombreuses. Nous vous proposons à titre indicatif les pistes suivantes :


  • Écriture de l'extrême, de l'abject.

  • Dire l'horrible.

  • Le témoignage et le devoir de mémoire.

  • L'écriture comme thérapie.

  • La prison entre la fiction et la réalité.

  • La dimension romanesque dans l'écriture carcérale : du témoignage à la fiction.

  • Les métaphores obsédantes de l'écriture carcérale.

  • La littérature comme exutoire et comme exorcisme.

  • L'espace carcéral, entre l'humanité et l'inhumanité.

  • La littérature carcérale comme littérature de la cruauté.

  • La littérature carcérale est-elle une littérature de règlement des comptes ?

  • Écrire la prison : aller au-delà de la vengeance.

  • La spiritualité du prisonnier.

  • Existe-t-il un style spécifique à la littérature carcérale ?




Comment participer ?

L'appel à contribution est ouvert jusqu'au 31 mars 2017.

Les articles doivent être adressés en pièce jointe au courriel suivant : marocagreg@gmail.com. L'article (doc ou odt) doit être nommé de la façon suivante : prénom-nom de l'auteur-titre-date d'envoi (tout en lettres minuscules) : exemple : mohamed-salim-la prison qara-01-12-2016.

→ Avant l'envoi de votre article, vous pouvez manifester votre désir de participer à l'ouvrage en envoyant à l'adresse émail ci-dessus quelques mots sur votre projet d'article (le sujet que vous souhaitez traiter, les supports, etc.)


Conditions de participation :


  • L'ouvrage sera édité à compte d'auteur.

  • Les articles soumis au comité de lecture doivent être écrits en français et doivent être complètement inédits, n'ayant jamais fait l'objet d'une communication ou d'une publication quelconque.

  • Les articles doivent comporter entre 8 et 10 pages (45000 caractères maximum, espaces comprises)

  • Le comité de lecture est seul habilité à retenir ou à rejeter les articles reçus. Les auteurs des articles retenus s'engagent à effectuer les corrections et les changements exigés par le comité de lecture et à respecter les délais qui seront fixés.


Charte graphique :

Pour faciliter la mise en page finale, les auteurs s'engagent à respecter la charte graphique (feuille de style) suivante :

Format : le Document doit être enregistré sous forme word (doc) ou LibreOffice ou OpenOffice (odt). Page A4. Marges : 2cm partout. Texte justifié. Alinéa 1cm, interligne : simple.

Police de caractère : Times New Roman.

Taille de police :

Corps de texte : 12pt

Notes de bas de page : 10pt (sans aucun décalage).

Les titres intercalaires : 12pt en gras (sans italique et sans soulignement).

Les citations courtes 12pt entre guillemets «... ».

Les citations longues ( de 2 lignes) : 11pt, justifié, retrait à gauche 1.5 cm, retrait à droite 1cm,

Pied de page : hauteur 0.50 cm, numérotation de page (automatique et non manuelle) 12pt, centrée.


Notes de bas de page : les notes de bas de page dans un ouvrage collectif peuvent devenir facilement un capharnaüm, d'où la nécessité de respecter scrupuleusement le modèle suivant :


Tahar BEN JELLOUN, Cette aveuglante absence de lumière, Seuil, coll. Points, 2001, p.241


→ Prénom (en lettres minuscules, sauf la 1re lettre) NOM (en lettres capitales), virgule, titre de l'ouvrage en italique, virgule, maison d'édition, titre de la collection le cas échéant, date de publication, page.


N. B. Les notes de bas de page doivent être numérotées automatiquement par votre éditeur de texte. Ne numérotez pas manuellement vos notes. (Utilisez l'aide de votre logiciel si vous ne savez pas comment utiliser la numérotation automatique)

Si la référence à un ouvrage est déjà donnée dans une note antérieure, optez pour la présentation suivante.


Cette aveuglante absence de lumière, op.cit., p.241


→ titre de l'ouvrage en italique, op.cit., n° page.

Bibliographie indicative :


Tahar BEN JELLOUN, Cette aveuglante absence de lumière, Seuil, coll. Points, 2001

Mehdi BENNOUNA, Héros sans gloire, Echec d'une révolution, 1963-1973, Tarik éditions/Paris-Méditerranée, Casablanca, 2002

Rabea BENNOUNA, Tazmamart, côté femme, Addar Alalamia Lil Kitab, Casablanca, 2003

Driss BOUISSEF REKAB, A l'Ombre de Lalla Chafia, L'Harmattan, Paris, 1989.

Ali BOUREQUAT, Dix-huit ans de solitude, Tazmamart, Michel Laffont, Paris, 1993.

Zakya DAOUD, Abdelkrim, Une épopée d'or et de sang, Séguier, Paris, 1999

Fatna EL BOUIH, Une femme nommée Rachid, éd. Le Fennec, 2002.

Abraham SERFATY, Christine DAURE, La Mémoire de l'autre, Stocks, Paris, 1993, Tarik éditions, Casablanca, 2002

Salah EL OUADIE, Le marié, éd. Tarik, coll. Mémoire, 2001

Jaouad MDIDECH, La Chambre noire ou Derb Moulay Chérif, Eddif, Casablanca, 2002

M'hamed LACHKAR, Courbis, mon chemin vers la vérité et le pardon, témoignage,éd Saad Warzazi, isbn:978-9954-456-31-6

Ahmed MARZOUKI, Tazmamart cellule 10, éd. Tarik, 2013

Fatima OUFKIR, Les jardins du roi, éd. Michel Lafon, (le livre de poche), 2000.

Malika OUFKIR, Michèle FITOUSSI, La Prisonnière, Grasset Fasquelle, Paris, 1999, en livre de poche, 2000.

Mohammed RAISS, De Skhirat à Tazmamart, retour du bout de l'enfer, Afrique Orient, 3e édition, 2011

Abdelhak SERHANE, Kabazal. Les emmurés de Tazmamart, Mémoires de Salah et Aïda Hachad, éd. Tarik, coll. Témoignages, 2009 (nouvelle édition)

Mimoune ZEGGAÏ, Le miraculé de Tindouf, Mémoires d'un prisonnier de guerre (1976-2003), éd. Bouregreg, 2013.


Récits et témoignages : Les camps de concentration communistes et nazis :

Primo LEVI, Si c'est un homme, Julliard, 1987

Alexandre SOLJENITSYNE, L'archipel du Goulag,

Elie WIESEL, La nuit, éd. Minuit, 1958/2007



Textes critiques :

Maurice BLANCHOT, L'écriture du désastre, Gallimard, 1980.

Michel, FOUCAULT, Surveiller et punir, naissance de la prison, Gallimard, 1975

Julia KRISTEVA, Pouvoirs de l'horreur, Seuil, coll.points essais, 1980

Paul RICOEUR, La mémoire, l'histoire, l'oubli, Seuil, coll.points, 2000

Tzvetan TODOROV, Face à l'extrême, Seuil, coll. La couleur des idées, 1991




1Abdelhak SERHANE, KABAZAL, Les emmurés de Tazmamart, Mémoires de Salah et Aïda Hachad, éd. Tarik, coll. Témoignages, 2009, p.75

2Mohammed RAISS, De Skhirat à Tazmamart, retour du bout de l'enfer, éd. Afrique Orient, 3e édition, 201, p.5

3Tahar BEN JELLOUN, Cette aveuglante absence de lumière, Seuil, coll. Points, 2001, p.241

4Idem, 273

5Todorov évoque Auschwitz et les camps de concentrations nazis dans un livre qu'il a intitulé Face à l'extrême (seuil, 1991)

6Cette aveuglante absence de lumière, op.cit., p.205

7Cette aveuglante absence de lumière, op.cit., p.232

8KABAZAL, Les emmurés de Tazmamart, op.cit. p.64

9Julia KRISTEVA, Pouvoirs de l'horreur, Seuil, coll.points essais, 1980, p.10

10Pouvoirs de l'horreur, op.cit., p.9

11Ibidem.

12Tazmamart cellule 10 , op.cit., p.252-3

13Tzvetan TODOROV, Face à l'extrême, Seuil, points, 1991, ch1

14KABAZAL, Les emmurés de Tazmamart, op.cit. p.75

15Tazmamart cellule 10 , op.cit., p.345

16De Skhirat à Tazmamart, retour du bout de l'enfer, op.cit., p.7




InfoIdentification nécessaire
   Identifiant :
   Passe :
   Inscription
Connexion avec Facebook
                   Mot de passe oublié


confidentialite Google +