À trompeur, trompeur et demi.

 Par Idoubiya Rachid  (Prof)  [msg envoyés : 1316le 11-02-10 à 20:38  Lu :7707 fois
     
  
 accueil


Deux fables pour nos chers adhérents, et pour Madame kerzazi fatiha, qui a su montrer sa gentillesse et son amour pour le site marocagreg. Je vous encourage madame à continuer à participer pleinement dans le site. Et je vous dis merci pour vos encouragements...
NB- En faite, où en êtes-vous avec notre projet commun: la correspondance inter-scolaire et la revue de classe?
NB- Je viens de parler de vous ( du projet) avec mes élèves qui sont impatients de connaître les votre.
NB- Le temps de s'amuser un peu...
Voilà deux fables:
Le premier est de Jean de La Fontaine, le second est de Henri Richer...
Deux façons de voir les choses...
LE CORBEAU ET LE RENARD
Maître Corbeau, sur un arbre perché,
Tenait en son bec un fromage.
Maître Renard, par l'odeur alléché,
Lui tint à peu près ce langage :
Et bonjour, Monsieur du Corbeau,
Que vous êtes joli ! que vous me semblez beau !
Sans mentir, si votre ramage
Se rapporte à votre plumage,
Vous êtes le Phénix des hôtes de ces bois.
À ces mots le Corbeau ne se sent pas de joie,
Et pour montrer sa belle voix,
Il ouvre un large bec, laisse tomber sa proie.
Le Renard s'en saisit, et dit : Mon bon Monsieur,
Apprenez que tout flatteur
Vit aux dépens de celui qui l'écoute.
Cette leçon vaut bien un fromage sans doute.
Le Corbeau honteux et confus
Jura, mais un peu tard, qu'on ne l'y prendrait plus.
Fable, Jean de La Fontaine, Le Corbeau et le Renard Livre I, 2
Le Corbeau et le Renard
Maître Corbeau voyant Maître Renard
Qui portait un morceau de lard,
lui dit : " Que tiens-tu là, compère ?
À mon avis c'est un très mauvais plat.
Je te croyais d'un goût plus délicat.
Quand tu peux faire bonne chère,
T'en tenir à du lard ! Tu n'es qu'un pauvre hère.
Regarde près d'ici ces poules, ces canards.
Voilà le vrai gibier de Messieurs les Renards.
As-tu donc oublié ton antique prouesse ?
Je t'ai vu cependant jadis un maître escroc.
Crois-moi, laisse ton lard : ces poules te font hoc
Si tu veux employer le quart de ton adresse."
Maître Renard ainsi flatté,
Comme un autre animal sensible à la louange,
Met bas sa proie et prend le change :
Mais sa finesse et son agilité
Ne servirent de rien : car la gent volatile
Gagna le poulailler, son ordinaire asile.
Notre Renard retourne à son premier morceau.
Mais il fut bien honteux de voir Maître Corbeau,
Qui le mangeait, perché sur le branchage
D'un arbre sec, et qui lui dit : "Ami,
À trompeur, trompeur et demi.
Te souvient-il de ce fromage
Que tu m'escroquas l'autre jour ?
Je fus un sot alors ; et tu l'es à ton tour."
Henri Richer, Fables nouvelles mises en vers, 1729.

  




 Réponse N°1 2650

Vive M. Idoubiya!
  Par   Samira Yassine  (CSle 12-02-10 à 01:13

Vraiment je ne vous remercierai jamais assez pour tout ce que vous donnez à notre cher site Marocagreg. On ne cesse d'apprendre de vous. Malheureusement, nos chers adhérents n'essaient pas d'accorder un peu plus de temps à vos riches travaux tant didactiques que pédagogiques. Vos travaux m'ont été d'une grande utilité, tant au niveau de la pratique de l'enseignement qu'au niveau cognitif. J'attends toujours du nouveau des écrits de M Idoubiya. Vous êtes une source intarrissables que certains collègues n'ont pas encore découvert sinon ils enrichiraient notre travail sur le site par leurs interventions fructueuses sans doute. Ce site nous a permis de communiquer tout d'abord nos souffrances et maintenant on essaie de s'entraider afin d'améliorer la situation même si la décision ne nous revient pas en ce qui concerne le choix du programme et autres.

J'ai beaucoup aimé le de ces deu fables qu'on pourra exploiter dans une étude comparative à laquelle on invitera les élèves espérant qu'ils se rendront compte du renversement de la situation et ne croiront pas qu'il s'agit de la même fable écrite par deux fabuliste différents.

Pour finir, "S'il est une poétique de la fable, elle est inséparable d'une éthique joyeuse de l'écriture et de la lecture, d'une morale de la séduction qui tend à reconstruire, à travers la complicité d'un écrivain avec son lecteur, l'utopie d'une humanité réconciliée."

Nb: Je viens de commencer le travail sur la revue de classe, mes élèves sont très motivés, j'aurai besoin de vous en ce qui concerne la fin du travail et le mode d'envoi. J'ai beaucoup appris des documents que vous m'avez envoyés concernant les travaux réalisés par vos élèves.

Bon courage, plus de générosité dans vos contributions





 Réponse N°2 2651

Correspondance interscolaire
  Par   Idoubiya Rachid  (Profle 12-02-10 à 01:40



Demain, Madame kerzazi fatiha, je vais vous envoyer, étape par étape, ma façon/ méthode qui m'a permis de réaliser le travail avec mes élèves.

NB- Nous sommes dans l'étape de finissions. Le travail aboutira d'ici peu, pour commencer une autre aventure, avec nos chers et précieux élèves.

NB- Je vais prendre encore des photos de mes jeunes en herbe et je vous les enverrai dans votre e-mail, dès que possible.

Mes élèves connaissent déjà les vôtre (pédagogie oblige: je sais que vous m'avez comprise...)

Mes respects, madame, pour votre courage et votre dévouement pour marocagreg...




 Réponse N°3 2653

Quand le langage argotique se transforme en Art
  Par   Idoubiya Rachid  (Profle 12-02-10 à 01:59



Je pense:

"Il faut toujours se méfier du langage. Parmi les mots les plus pauvres, peuvent rejaillir des merveilles §/.?"

Le corbac et le racniaud ( la fable de la Fontaine Le corbeau et le renard en argot )

Le corbac sur un touffu planté

Tenait dans son fuel un coulant baraqué

Le racniaud par l'odeur alléchée

Lui tint à peu près cette jactance

Salut beau canari tout déplumé

Si tu jactes aussi bien que tu es fringué

T'es vraiment le plus beau caïd du quartier

A ces mots le corbac ne se senti plus pisser

Ouvra un large fuel et laissa tomber le coulant

Moralité : Il ne faut jamais se laisser influencer

Par les durs à fesses molles

Qui vous lance à la gueule

Des bobards à la gomme.

Le mec La Fontaine.





 Réponse N°4 2654

Quand la fable parle Berbère Ou l'art d'être sage...
  Par   Idoubiya Rachid  (Profle 12-02-10 à 02:08



FABLE BERBERE DES AIT YAFELMAN, (Par Lhou FDAIL)

Par temps d'hiver les femmes des Ait yafelman ,comme tous les autres habitant la montagne, partent avant l'aube pour aller chercher du bois de chauffage dans la foret. Et un matin alors que les ténèbres commencent à peine à se réduire les bêtes accompagnant nos courageuses femmes refusent d’avancer ; elles se demandèrent qu'est ce qui se passe quand soudain elle entendirent le rugissement du lion de l'Atlas. Alors sauve qui peut !

Toutes nos vaillantes et courageuses Berbères prennent la fuite sauf ITO qui ne pouvait guère se sauver car elle fut enceinte de 8 mois ; Elle tente quand même de grimper à un cèdre mais hélas elle sentit déjà la crinière du lion à ses talons. Montrant son ventre bien gonflé elle implora le lion de la laisser jusqu'à ce que son bébé naisse.

Touché, le lion la ramène chez lui et prend soin d'elle jusqu'à ce qu'elle eut accouché d'un petit qu'il nomma Izem et la soigne encore jusqu'à complet rétablissement.....

Après environ deux mois et demi, alors que tout le monde la croyait dévorée par le lion, les gens de l'Assoun furent surpris, un beau matin par l'arrivée d'ITO escorté par le lion qui transportait son petit.

Le petit d'ITO grandit et commence même à assister son père à berger leur troupeau. Et malgré son jeune age il n'a jamais perdu même un agneau car il posséda une flûte sur laquelle il joue à chaque besoin et notre lion vient l'assister.

Le temps passe quand encore par même occasion notre groupe de femmes, allant chercher du bois, demandèrent à ITO de leur raconter sa rencontre mystérieuse avec ce lion et comment il ne l'a pas dévorée.

ITO raconta alors que l'ayant imploré le lion avait pris grand soin d'elle et de son bébé ; " il m'a très bien entretenue, il m'apportait tout ce je voulais mais j'ai été dégoûté par sa mauvaise haleine,c'est noséabonde... ITO racontait tout ça alors que le lion les épia et a tout entendu quand alors il surgit d'entre les arbres et va droit vers elle...

Bonjour ITO comment vas tu ? Et ton petit ? te rappelles -tu de moi?

Et comment ne pas me rappeler de toi après le grand plaisir que tu m'as fait répondit ITO

Qu'est ce que tu as dans ta main?

C'est ma hachette pour couper le bois

Donnes moi en un coup fort à la tête

Ito refusa mais sous la menace insistante du lion elle finit par lui donner un bon coup et le lion saignant s'enfuit dans la foret.

Une autre fois en plein foret les femmes demandèrent encore à ITO de leur raconter ce qui s'est passé avec ce mystérieux lion. Alors elle leur raconta que sous l'insistance du lion elle a fini par lui donner un bon coup à la tête et s'est enfui avec du sang qui coulait....

En ce moment le lion qui entendit surgit de nouveau et va vers ITO ;

Comment va ton petit demanda t-il?

Il va bien répondit ITO et toi?

Touche ma tête

ITO tata la tête du lion et s'étonna ; on dirait que je ne t'ai jamais donné de coup de hachette à la tête

Eh oui la blessure de la hachette est vite rétabli mais vois tu la blessure de tes paroles "mauvaise haleine noséabonde" ne se rétablit pas.

INAYASS :ATJID AYA D’RSS AQUA LAHDID OUR TAJIYD AGAR WAWAL ITOUNAN ; ; ;

C'est alors que le lion en finit avec notre ITO qui eu l'imprudence de dire de mauvaise paroles ......................




 Réponse N°5 2655

La patience a des limites!
  Par   Samira Yassine  (CSle 12-02-10 à 09:22

Ce lion malgr sa nature sauvage a pu rsister la tentation de dvorer cette femme. Mais les femmes, avec mon respect pour toutes les femmes, et je suis une femme, parlent des fois trop au point de se mettre dans les pires des situations. Le lion a pu lutter contre sa nature mais la femme non!!!

NB: En voil une fable en berbre!




 Réponse N°6 2656

Les niveaux de langue
  Par   Samira Yassine  (CSle 12-02-10 à 09:32

Que diriez-vous Monsieur Idoubiya de l'exploitation de cette fable (la 1re: l'argot)dans la leon: les regitres de langue. Je sais que ce serait difficile parce qu'on court le risque de voir nos chers lves acqurir ces nouveaux mots et les employer tant l'oral qu' l'crit. Vous savez j'ai bien russi l'explication des niveaux de langues cette anne et ce grace aux exemples de de mes lves. Bien entendu , mes lves ne communiquent pas en franais en dehors de la classe alors je les ai invits , la fin de l'explication me donner des mots de

l'argot arabe et il faut voir ce qu'il m'ont donn comme exepmle de leur parler de jeunes adolescents mais j'ai t incapable de leur donner le mot correspondant en arabe classique ou soutenu. Renversement de situation! encore une fois je me suis mise leur place et j'ai dcouvert qu'ils ne pouvaient sasir cette diffrence quand ils n'ont contact qu'avec le franais courant, le franais de la classe.




 Réponse N°7 2657

re
  Par   marocagreg  (Adminle 12-02-10 à 10:01

hmmm tout c'est très intéressant ! le plaisir de vous lire quoi !




 Réponse N°8 2658

Intéressant! Comme idée.
  Par   Idoubiya Rachid  (Profle 12-02-10 à 10:38

Intéressant!

Salut, Madame kerzazi fatiha,

Votre idée sur l'exploitation de l'argot comme "élément littéraire" m'intrigue...

Vous voyez, vous venez de me donner l'idée d'une séquence didactique très intéressante. J'avais un tout autre programme pour cette mi-journée, mais l'idée est tellement intrigante que je vais la commencer dès maintenant...

NB- D'ici deux heures, je vais éditer sur le forum une séquence complète d'une dizaine d'heures (au moins) pour opérationliser le travail...

NB- Je vous dis à vous (galanterie oblige) et à marocagreg, merci pour les encouragements...

A bientôt, par conséquent£µ%/W..............





 Réponse N°9 2659

faire d’une seule idée plusieurs œuvres d’art !
  Par   Idoubiya Rachid  (Profle 12-02-10 à 13:28



Académie Souss Massa Draa

Délégation d’Ouarzazate

Lycée Sidi Mohammed Ben Abdellah

Par Idoubiya Rachid

Mon credo : Une Fable sans morale, c’est comme un sandwich sans motard ! (observez que morale et motard, riment !)

Séquence didactique N.3 Deuxième semestre

Séquence autour de la fable : lire autrement les fables ou comment faire d’une seule idée plusieurs œuvres d’art !

Projet séquentiel : lectures comparatives autour d’un même thème, qui prend comme support plusieurs fables…

Les Objectifs visés :

Communicatives :

- La capacité de narrer et d’argumenter ;

- La capacité de communiquer oralement et par écrit dans différentes situations ;

Méthodologique :

- La capacité de reconnaître et de dégager la structure de plusieurs fables ;

- La capacité de transformer une fable en vers en une fable en prose.

- La capacité de transformer une fable classique (de Jean de la Fontaine) en une sorte de pastiche…

Culturelles :

- La capacité de reconnaître faire de ses lectures des règles de vie…

Les Objectifs spécifiques :

- Travailler sur les structures de plusieurs fables ;

- Repérer des champs lexicaux pour dégager des thèmes ;

- Distinguer plusieurs niveaux de langue;

- Prendre conscience de la beauté des mots lorsque le style s’y mêle…

Activités : Durée 12H

Séance 1 Lecture découverte (2H)

O. op- Lire pour dégager la thématique de plusieurs fables ;

O. op- Reconnaître la structure d’une fable : l’histoire et la morale ;

O. op- Observer la forme de plusieurs fables : en prose, en vers…

Description de la séance :

Il s’agit d’une séance de découverte. Il n’est nullement question d’enter dans les détailles de l’analyse : les élèves seront amenés à mobiliser leur prérequis au niveau de la forme des trois fables...

1- Voilà comment partir :

NB- Avant de commencer le travail, on demande aux élèves d’effectuer des recherches autour de la fable, de Jean de la Fontaine, d’Isope et de Phèdre :les versions en vers et en prose de la fable : LE CORBEAU ET LE RENARD :

Sites proposés :

http://fr.wikisource.org/wiki/Fables_d%E2%80%99%C3%89sope/Le_Corbeau_et_le_Renard ,

(Fables d’Ésope/Le Corbeau et le Renard)

http://www.lafontaine.net/Pastiches/corbeau/phedre2.php

(LE CORBEAU ET LE RENARD (traduction de la fable de Phèdre)

http://www.lafontaine.net/lesFables/afficheFable.php?id=2

(Jean de La Fontaine, Le Corbeau et le Renard Livre I, 2)

(Cela s’appelle activer les prérequis des élèves !)

Modalité du travail : travail en binôme.

Textes-supports 1

Texte 1

LE CORBEAU ET LE RENARD

Aime-t-on à être loué dans des discours qui cachent un piège ? on en est ordinairement puni par des regrets et par la honte.

Le corbeau avait enlevé sur une fenêtre un fromage. Il allait le manger, perché sur le haut d’un arbre, lorsque le renard, le voyant, se mit à lui adresser ces flatteuses paroles : " Combien, ô corbeau, ton plumage a d’éclat ! Que de beauté répandue sur ta personne et dans ta physionomie ! Si tu avais aussi la voix, nul oiseau ne te serait supérieur. "

Le corbeau, dans sa sottise, en voulant montrer sa voix, laissa tomber le fromage de son bec, et prestement le rusé renard s’en empara de ses dents avides. Alors seulement le corbeau gémit de s’être laissé tromper par sa stupidité.

Cette histoire montre combien l’intelligence a de force ; sur la vaillance, toujours l’emporte la sagesse.

Fable traduite de Phèdre.

Texte 2

LE CORBEAU ET LE RENARD

Un corbeau, ayant volé un morceau de viande, s’était perché sur un arbre. Un renard l’aperçut, et, voulant se rendre maître de la viande, se posta devant lui et loua ses proportions élégantes et sa beauté, ajoutant que nul n’était mieux fait que lui pour être le roi des oiseaux, et qu’il le serait devenu sûrement, s’il avait de la voix. Le corbeau, voulant lui montrer que la voix non plus ne lui manquait pas, lâcha la viande et poussa de grands cris. Le renard se précipita et, saisissant le morceau, dit : « Ô corbeau, si tu avais aussi du jugement, il ne te manquerait rien pour devenir le roi des oiseaux. »

Cette fable est une leçon pour les sots.

Fable traduite d’isope

Texte 3

LE CORBEAU ET LE RENARD

Maître Corbeau, sur un arbre perché,

Tenait en son bec un fromage.

Maître Renard, par l'odeur alléché,

Lui tint à peu près ce langage :

Et bonjour, Monsieur du Corbeau,

Que vous êtes joli ! que vous me semblez beau !

Sans mentir, si votre ramage

Se rapporte à votre plumage,

Vous êtes le Phénix des hôtes de ces bois.

À ces mots le Corbeau ne se sent pas de joie,

Et pour montrer sa belle voix,

Il ouvre un large bec, laisse tomber sa proie.

Le Renard s'en saisit, et dit : Mon bon Monsieur,

Apprenez que tout flatteur

Vit aux dépens de celui qui l'écoute.

Cette leçon vaut bien un fromage sans doute.

Le Corbeau honteux et confus

Jura, mais un peu tard, qu'on ne l'y prendrait plus.

Jean de La Fontaine, Le Corbeau et le Renard Livre I, 2

2- Voilà comment opérationnaliser le travail dans la classe :

* Consigne 1

Observez les trois textes et relevez lez éléments du par-texte :

a- la source, b- les titres.

* Consigne 2

Observez les trois textes : textes écrit(s) en vers, texte(s) en prose.

* Consigne 3

- Est-ce que les trois textes parlent de la même chose ? Justifiez votre réponse à partir d’indices (les personnages + l’histoire + la fin de l’histoire) que vous relevez des textes.

- Qui a trompé l’autre ? A- le renard B- le corbeau. Justifiez votre réponse.

Et c’est finit pour cette séance...

Consigne 4 (pour la séance prochaine) :

- Lisez à haute voix les trois fables : soignez votre prononciation ( il y’aura un défit lecture dans les activités orales.

NB- Pour vous aidez, consultez, entre autre, le site :

http://peinturefle.free.fr/indexactivite2.html: Le corbeau et le Renard

Séance 2 Activités orales (2H)

O.S- Initier aux règles de la versification pour mieux lire...

a- La division syllabique ;

b- La disposition et le genre des rimes ;

c- La distribution rythmique.

Modalité du travail : travail en groupe de deux élèves.

Consigne 5

Écoutez la fable de La fontaine dite par : M. perrot thierry

Description de la séance :

Il s’agit d’écouter l’enregistrement sonore de la fable de la Fontaine pour en apprécier les performances : débit, rythme, ton, articulation, etc. Puis, on va procéder à l’étude de la versification de la fable pour monter qu’on peut lire « juste » en respectant des règles...

Jean de La Fontaine, Le renard et la cigogne, Fables, 1,18

Séance 3 Expression écrite 1 (2H)

O.S- Lire un sujet et en dégager les mots-clés.

O.S- Chercher des idées et proposer une problématique ;

O.S- Écrire une introduction

Modalité du travail : travail en groupe en binôme.

Sujet : « Apprenez que tout flatteur

Vit aux dépens de celui qui l'écoute. »

Avant d’introduire, il faut se préparer !

1- Je lis l’énoncé du sujet, stylo ou crayon à la main pour souligner les mots-clés (un mot clés n’est pas un mot nouveau ! C’est un mot qui contient une charge sémantique/ ou des charges sémantiques, que lui confère le contexte dans lequel il se trouve : il faut donc toujours se méfier des mots !)

Application : Apprenez/flatteur/ Vit/ aux dépens/ écoute à définir dans le dictionnaire…

La définition de chaque mot permet de maîtriser un peu plus le sujet : un travail de dictionnaire donne des définitions qui rendent claire des notions comme : Apprendre /flatter/ Vivre / écouter...Il donne déjà des idées de rédaction...

* Apprendre : c’est acquérir des connaissances, retenir dans sa mémoire. Ici, c’est inviter à prendre conscience de quelque chose.

* Flatter : donner des louanges fausses (dans la plupart des fois) pour plaire ou séduire...

* Vivre : c’est exister, exploiter, profiter de quelqu’un...

* Écouter : c’est faire confiance...

2- Je dégage le plan à partir de la structure de l’énonce : il s’agit ici d’un plan analytique (point de point de vue à détailler)

1- Voilà la première introduction :

On commence par un constat :

La flatterie est devenue monnaie courante dans notre société. On fait des compliments par-ci, des éloges par là. Si c’est un comportement sincère, rien n’est blâmable. Mais dans la majorité des temps, si adulation il y a, c’est pour chercher quelques intérêts immérités...

2- Voilà la deuxième introduction :

On commence par une expérience vécue :

Attention il te flatte ! M’a dis un jour mon meilleur ami Brahim. Je lui ai répondu que je savais que je suis flatté ! En effet, pourquoi des compléments pour des banalités, voire des médiocrités, alors que des actes méritoires ne sont pas vus d’un œil d’encouragement. Si ce n’est d’un œil de critique ? Faut-il donc faire confiance aux flatteurs ?

3- Voilà la troisième introduction :

On commence par un fait-divers :

Un homme vient de frapper son meilleur ami à mort. Cela semblait au départ que c’était une question de passion ou de vengeance. Mais non. La victime était souvent dans la protection de « l’agresseur »...Celui-ci reproche à son soi-disant ami les mensonges et les flatteries donc il l’accablait pour obtenir des avantages... Quelles sont les causes qui poussent une personne à accepter les flatteries des autres, quelles en sont les conséquences ? Comment devenir immuniser contre ce genre de faux compliments ?

4- Voilà la quatrième introduction :

On commence par une vision philosophique :

Les flatteries sont les aiguillons qui régissent la société des hommes ! Celles-ci peuvent être méritées, mais dans la plupart des cas, elles ne le sont pas...Et la chose la plus répondue, c’est que le flatteur mange, chante et vit aux dépends de ceux qui les croient... Quels motifs rendent la flatterie si répandue dans la société ? Quelles conséquences en résultent-elles ? Comment dénoncer ce genre de comportement ?

A suivre..........




 Réponse N°10 2660

Eurêka!
  Par   Samira Yassine  (CSle 12-02-10 à 14:40



Je suis vraiment fière que mon idée soit à l'origine d'un si beau travail! Dorénavant , vous serez M Archimède de la littérature française, de la didactique et de la pédagogie. Alors M Idoubiya, j'aurai part aux droits d'auteur. Permettez moi juste de faire copier coller pour mes leçons de ce semestre. Bravo bonne continuité!




 Réponse N°11 2663

Coller, puis copier...
  Par   Idoubiya Rachid  (Profle 12-02-10 à 17:56



Salut, madame,

Bien sûr, Mais à l'inverse!

Je vous autorise de coller, puis de copier!

Cordialement!

NB- Notre co-travail aboutira à la fin de la journée, pour en commencer un autre...Si Dieu le veut. Je suis sûr qu'il va le vouloir...




 Réponse N°12 2680

Séquence autour de la fable: suite et fin.
  Par   Idoubiya Rachid  (Profle 12-02-10 à 23:16



Séance 4 Lecture 2 (2H)

O. op- Comparer trois fables :

Modalité du travail : travail en groupe-classe.

Texte 1

Le Corbeau et le Renard

Maître Corbeau voyant Maître Renard

Qui portait un morceau de lard,

lui dit : " Que tiens-tu là, compère ?

À mon avis c'est un très mauvais plat.

Je te croyais d'un goût plus délicat.

Quand tu peux faire bonne chère,

T'en tenir à du lard ! Tu n'es qu'un pauvre hère.

Regarde près d'ici ces poules, ces canards.

Voilà le vrai gibier de Messieurs les Renards.

As-tu donc oublié ton antique prouesse ?

Je t'ai vu cependant jadis un maître escroc.

Crois-moi, laisse ton lard : ces poules te font hoc

Si tu veux employer le quart de ton adresse."

Maître Renard ainsi flatté,

Comme un autre animal sensible à la louange,

Met bas sa proie et prend le change :

Mais sa finesse et son agilité

Ne servirent de rien : car la gent volatile

Gagna le poulailler, son ordinaire asile.

Notre Renard retourne à son premier morceau.

Mais il fut bien honteux de voir Maître Corbeau,

Qui le mangeait, perché sur le branchage

D'un arbre sec, et qui lui dit : "Ami,

À trompeur, trompeur et demi.

Te souvient-il de ce fromage

Que tu m'escroquas l'autre jour ?

Je fus un sot alors ; et tu l'es à ton tour."

Henri Richer, Fables nouvelles mises en vers, 1729.

Texte 2

Le gros corbeau et le renard

Maître corbeau sur un arbre baissé,

Pendait de sa bouche une betterave.

Maître renard à sa vue dégoûté,

Sortit avec furie de sa cave.

« Hé! bonjour, Monsieur du Corbeau.

Que vous êtes potelé! Que vous me semblez gros!

Sans mentir, si avec votre embonpoint

On peut voir tous vos reins,

Vous êtes le plus souple tous les corbeaux gras. »

A ces mots le corbeau ne se sent pas de joie ;

Il ouvre un large bec, et vomit l’intérieur de son estomac.

Le renard s’en dégoûta et cria :

« Mon gros Monsieur,

Apprenez que dans la vie,

Il y a autre chose que de fabriquer du vomi. »

Samya (CM2)

Texte 3

Le Corbeau et le Renard

Monsieur Corbeau au sommet d’un arbre cassé,

Tenait dans ses pattes une pierre précieuse

Monsieur Renard, ébloui par ce qui brillait

S’approcha et dit d’une voix mielleuse :

-Hé!Bonjour, Monsieur du Corbeau.

Que vous êtes joli! Que vous me semblez merveilleux!

Sans mentir si votre pierre précieuse

Se rapporte à votre voix merveilleuse,

Vous êtes le plus beau de tous les Corbeaux.

A ces mots, le Corbeau ne se sent pas de joie

et pour montrer sa magnifique voix,

il ouvre ses large patte,

Laisse tomber sa pierre.

Le Renard s’en saisit et dit :

" Mon bon Corbeau,

Apprenez que tout voleur se fait

un jour attraper.

Cette leçon vaut une merveilleuse pierre précieuse, sans doute."

Le Corbeau honteux d’avoir été pris jura mais un peu tard qu’il ne volerait plus.

Gabrielle et Dylan (CE2)

Consigne 6

Lisez les trois fables :

* Quels sont les personnages qui se trouvent dans chaque histoire ? Qui a gagné dans chaque cas ?

* Quelle est la fable qui utilise un langage soutenu ? Justifiez votre réponse.

* Où se trouve la morale dans chaque cas ?

Séance 5 Activités de langue 1 (2H)

O.S- Etudier les procédés de la versification;

O.S- Etudier le discours direct.

LE CORBEAU ET LE RENARD

Maître Corbeau, sur un arbre perché,

Tenait en son bec un fromage.

Maître Renard, par l'odeur alléché,

Lui tint à peu près ce langage :

Et bonjour, Monsieur du Corbeau,

Que vous êtes joli ! Que vous me semblez beau !

Sans mentir, si votre ramage

Se rapporte à votre plumage,

Vous êtes le Phénix des hôtes de ces bois.

À ces mots le Corbeau ne se sent pas de joie,

Et pour montrer sa belle voix,

Il ouvre un large bec, laisse tomber sa proie.

Le Renard s'en saisit, et dit : Mon bon Monsieur,

Apprenez que tout flatteur

Vit aux dépens de celui qui l'écoute.

Cette leçon vaut bien un fromage sans doute.

Le Corbeau honteux et confus

Jura, mais un peu tard, qu'on ne l'y prendrait plus.

Modalité du travail : travail en groupe de quatre élèves.

Séance 6 Expression écrite 2 (2H)

O.S- Pasticher la fable : le corbeau et le renard.

* Démarche :

Relire la fable hors-classe.

Cherchez d’autres textes qui pastichent la fable en question...

Voir le site :

http://francastel.free.fr/eleves/pastiches.htm

En classe, essayer de changer les mots de la fable en laissant sa structure.

A partir de cette lecture, écrire un texte similaire.

Modalité du travail : travail en groupe de deux élèves.

Séance 7 Lecture 3 (2H)

O.S- Lecture méthodique 1

* Axe 1 Un fromage au bout d’un bec ou les figures de style ou

* Axe 2 Un renard malin ou les champs lexicaux ou

Séance 8 Régulation (4H)

O.S- Préparer un récital où les élèves choisissent des fables de leur choix, qu’ils lisent à leurs camarades en essayant de les expliquer

OS- Pasticher des fables de la Fontaine

Séance 9 Evaluation formative 1 (2H)

(Groupement de textes)

http://cafet.1fr1.net/les-pastiches-a-la-maniere-de-f45/pastiche-de-poemes-de-jean-de-la-fontaine-t1647.htm

De Jean De La Fontaine.

Le Corbeau et le Renard

Maître Corbeau, sur un arbre perché,

Tenait en son bec un fromage.

Maître Renard, par l'odeur alléché,

Lui tint à peu près ce langage :

"Hé ! bonjour, Monsieur du Corbeau.

Que vous êtes joli ! que vous me semblez beau !

Sans mentir, si votre ramage

Se rapporte à votre plumage,

Vous êtes le Phénix des hôtes de ces bois. "

A ces mots le Corbeau ne se sent pas de joie ;

Et pour montrer sa belle voix,

Il ouvre un large bec, laisse tomber sa proie.

Le Renard s'en saisit, et dit : "Mon bon Monsieur,

Apprenez que tout flatteur

Vit aux dépens de celui qui l'écoute :

Cette leçon vaut bien un fromage, sans doute. "

Le Corbeau, honteux et confus,

Jura, mais un peu tard, qu'on ne l'y prendrait plus.

Le Corbeau et le Renard 2 :

Mon père, affalé dans son fauteuil,

Tenait dans ses mains, un journal.

Ma mère, avec sa rage par la colère poussée,

Lui tint à peu près ce langage :

"Monsieur, je vous signale que je suis la seule à travailler.

Lâche ton journal ! Viens m'aider !

Franchement, si tous les hommes étaient comme toi,

mais ou irait le monde ?

Tu es le roi, et moi la bonne c'est ça ?"

A ces mots, mon père se fâcha.

Et pour montrer que ma mère avait tort,

Il lâcha son journal, mit ses savates.

Ma mère, qui saisit le "livre à nouvelles" dît : "Merci mon chéri,

Je sais que c'est grâce à ton travail que la famille vit

Mais je n'aime point comment tu monopolises le journal.

Cette leçon vaut bien que j'obtienne celui-ci, sans doute. "

Mon père, honteux et confus,

Jura, mais un peu tard, qu'on ne l'y prendrait plus.

Pour Madame kerzazi fatiha,

C'est ici que prend fin notre travail. Qu'est-ce que vous en pensez?

NB- Je viens d'envoyer le travail complet dans le Labo 1

NB- Je vais, ici peu, envoyer un autre travail sur l'évaluation des enseignants par M. les inspecteurs. J'aimerai que vous m'en donniez votre point de vue: c'est l'opérationnalisation de ce métier, qui doit respecter plusieurs paramètres... Peut-être que c'est une révolution.

NB- J'invite aussi marocagreg à voir le travail et de me donner son point de vue.

Cordialement.




 Réponse N°13 2707

Rien à dire excellent!
  Par   Samira Yassine  (CSle 13-02-10 à 21:55

Désolée je viens juste de voir la suite. Je n'ai rien à dire, je joins madame Nadia Birouk pour vous féliciter encore une fois et vous demander encore et encore de vos méthodes de travail qui vont révolutionner le monde de l'enseignement. En fait grace à vous et grace à Marocagreg, une nouvelle méthode de travail germe en chacun de nous, on retrousse les manches et on se dit assez de critiquer les autres , les élèves , donnons le meilleur de nous. Sans flatterie, en variant les méthodes comme vous le faites ,on a une envie de renouveler diversifier les méthodes dans l'espoir de surmonter tous les obstacles et réaliser un ensignement digne de ce nom et un élève vraiment capable de communiquer correctement en situation d'écrit aussi bien qu'orale. J'attends, et tous ceux qui aiment le beau travail de M idoubiya; nous attendons plus et plus encore de vos séquences de travail complètes grand didacte, grand pédagogue, je ne vous flatte pas, c'est la pure vérité.




 Réponse N°14 2709

re
  Par   marocagreg  (Adminle 13-02-10 à 22:24

C'est vrai que cette séquence sur la fable est très intéressante. Au lieu de programmer le père Goriot ou le rouge et le noir pour les élèves du lycée, le ministère aurait mieux fait de programmer les fables de Lafontaine ou les contes de charles perrault qui sont plus léger et surtout plus éducatifs et plus proches de toutes les cultures




 Réponse N°15 2711

Tout à fait d'accord!
  Par   Samira Yassine  (CSle 13-02-10 à 22:32

Qui sait peut être que grace à Marocagreg et aux prodigieux travaux de M Idoubiya on verra un jour nos souhaits se réaliser .




InfoIdentification nécessaire
Identification bloquée par
adblock plus
   Identifiant :
   Passe :
   Inscription
Connexion avec Facebook
                   Mot de passe oublié


confidentialite Google +