A qui profite l'éclatement syndical des agrégés marocains ?

 Par marocagreg  (Admin)  [msg envoyés : 2213le 17-05-09 à 18:43  Lu :2958 fois
     
  
 accueil

Les élections des commissions paritaires ont démontré que les agrégés marocains ne sont pas aussi unis qu'on veut bien le croire. La preuve, tous les syndicats ont présenté une liste agrégés, même les syndicats qui se sont toujours montrées hostiles aux revendications légitimes des agrégés ont présenté une liste agrégés. Ce constat mérite que l'on s'y attarde. Tout d'abord, il faut croire que l'UMT très présente dans certaines grandes villes comme Meknès, Fès, Casablanca, Rabat l'est moins dans d'autres villes ou d'autres régions. Les agrégés de ces autres régions, se sentant peut-être délaissés par leurs collègues, ont décidé de se rallier à d'autres formations syndicales comme l'UNTM. Il faut dire aussi que dans une même région, les agrégés qui travaillent dans les banlieues ou dans les villes marginales de la région se sentent parfois complètement marginalisés par leurs collègues qui travaillent au centre et considèrent que le syndicat est peu réceptif à leurs problèmes spécifiques (affectation, rapports conflictuels avec l'administration, etc.)
A toutes ces considérations il faut ajouter que, comme parmi tous les corps de métiers, et dans le domaine politique en général, il y a aussi parmi les agrégés des personnes opportunistes qui changeraient facilement de couleur à condition qu'on les place en tête de liste d'un quelconque syndicat. Plusieurs syndicats eux-mêmes se sont montrés très hypocrites, car négligeant complètement le dossier des agrégés dans les temps normaux, ont cherché à compléter leur liste en sollicitant l'accord de n'importe quel agrégé qu'il rencontre sur leur chemin.
La question maintenant est de savoir si cet éparpillement est bénéfique pour la cause des agrégés ou au contraire contribue à l'affaiblissement de leur dossier.

  




 Réponse N°1 1279

C'est le temps de l'autocritique.
  Par   Mohamed ES SBAI  (CSle 17-05-09 à 22:48

Depuis que je suis agrégé, je n'ai pas cessé de soulever le problème des affectations, surtout pour les collègues qui exercent dans les lycées. J'ai toujours salué l'unité syndicale des agrégés en soulevant sans cesse leur problème dans la presse régionale. Mais avec le temps, j'ai constaté je fais cavalier seul: pas même un commentaire de solidarité dans les articles que j'écris pour dénoncer un comportement injuste de l'administration. J'ai toujours affiché les communiqués du comité national dans mon lycée, parfois je les ai publiés sur des sites électroniques. J'ai défendu les collègues de Fès sur la presse nationale. Certes, on ne peut nier les efforts du comité UMT au niveau central, mais les choses n'ont pas avancé au niveau régional. Pour réhabiliter le titre de l'agrégé, il faut un syndicat bien structuré, qui couvre vraiment toutes les régions du Maroc (utile et non utile). Les choses ont changé: les agrégés du lycée deviennent maintenant une masse réelle qui peut changer la donne et obliger le ministère à se plier à leurs droits légitimes. Malheureusement, certains collègues du CPGE se croient supérieurs à nous, alors que nous avons tous exactement le même diplôme. Personnellement, je dénonce tous les faux militants qui ne cherchent qu'à sauter sur les occasions pour réaliser leurs intérêts personnels. Moi aussi j'étais surpris de me voir devant 7 listes de 7 syndicats!!!! Jusqu'à présent , j'hésite à former une commission régionale UNTM, je laisse encore du temps aux collègues UNTM de Rabat pour sauver nous sauver de l'humiliation et du mépris. Ils ont des contacts avec le ministère. Sinon, les agrégés, de l'Oriental surtout, sauront décrocher leurs droits . Nous sommes prêts à aller jusqu'à la grève de faim au siège de l'académie et appeler 2M ou même Aljazeera. Par ailleurs, la diversité syndicale n'est pas toujours synonyme d'affaiblissement. Il faut savoir gérer la différence et en tirer profit pour faire avancer notre dossier. Nous avons les mêmes buts, mais nous appelons à revoir "les moyens" pour réaliser ces buts.




 Réponse N°2 1281

re-
  Par   marocagreg  (Adminle 18-05-09 à 00:13

A mon avis, avoir un seul syndicat pour les agrégés c'est comme avoir le parti unique. ça peut avoir des avantages, mais ça peut aussi être dangereux. Mais vu le nombre des agrégés aujourd'hui au Maroc qui tourne autour de 2000 agrégés, je crois que le fait d'avoir sept listes et sept syndicats reflète l'état général de la dégénérescence politique au Maroc qui propose plus de 40 partis pour 30 millions d'habitant alors que les Etats-unis, la plus grande puissance mondiale et l'une des plus grandes démocraties, ne compte que deux grands partis. Nous dépassons la borne et à vouloir faire trop les choses on tombe dans la caricature. Notre politique est caricaturale, notre démocratie est farcesque.

J'espère au moins une chose, c'est que les agrégés qui seront élus dans ces commissions paritaires, peu importe leur couleur syndicale et politique, défendront les droits légitimes des agrégés et ne songeront pas uniquement au profit personnel.




 Réponse N°3 1284

re
  Par   Mohamed ES SBAI  (CSle 18-05-09 à 10:33

D'après le résultat non officiel, c'est l'UMT et l'UNTM qui se partageraient les sièges. Les agrégés sont assez mûrs pour dépasser la mentalité partisane. Les uns avec leur expérience, les autres avec leur représentativité et leur force, ils sauront être à la hauteur de nos voix.




InfoIdentification nécessaire
Identification bloquée par
adblock plus
   Identifiant :
   Passe :
   Inscription
Connexion avec Facebook
                   Mot de passe oublié


confidentialite Google +