à propos de l'insécurité linguistique!

 Par Jaafari Ahmed  (Prof)  [msg envoyés : 943le 18-07-12 à 10:46  Lu :2298 fois
     
  
 accueil


J'ai pioché dans de vieux documents,j'en sors un début d'article sur l'insécurité linguistique étudiée dans le cas de la langue créole!
Le concept d’insécurité linguistique apparaît pour la première fois dans l’ouvrage Sociolinguistique de l’Américain William Labov en 1976. A sa suite, d’autres linguistes, notamment les Français Gueunier, Genouvrier et Francart en ont affiné la définition. Il est bon de noter toutefois qu’il n’y a pas chez Labov de réelle théorisation de l’expression «insécurité linguistique» mais une double démarche:
• le repérage des symptômes de l’insécurité linguistique: ceux-ci sont davantage repérables dans la petite-bourgeoise que dans les autres classes sociales à cause de la forte conscience de la norme chez celle-ci et l’auto-dévalorisation de son propre parler.
• la mesure de l’insécurité linguistique au moyen d’un test qui donne l’indice d’insécurité linguistique ou IIL.
En fait, Labov a créé cette notion dans le but de montrer le rôle moteur joué par la petite-bourgeoise dans la diffusion du changement linguistique. Il va effectuer ainsi une vaste enquête sur «la stratification sociale de l’anglais à New-York».
La notion d’insécurité linguistique est liée à deux autres:
1. La communauté linguistique.
2. La norme.
L’insécurité linguistique se marque par un sentiment de faute chez le locuteur, par un manque d’assurance dans la prise de parole et surtout par l’hypercorrection. Dans la situation de diglossie des Antilles, l’hypercorrection ne touche que la langue haute à savoir le français car ce dernier représente à lui tout seul la norme. Elle ne touche pas la langue basse, à savoir le créole, que l’on estime pouvoir parler n’importe comment du fait de sa faible standardisation.
Dans le français des Antilles, l’hypercorrection se marque:
• au plan phonologique: par l’adjonction de phonèmes «parasites». Ainsi le «r» dans «un proint c’est tout !» au lieu de un point c’est tout !».
• au plan syntaxique par l’accumulation de relateurs ou de connecteurs. Ainsi «dont auquel» dans «l’homme dont auquel je t’ai parlé».
• au plan lexical par l’abus de termes pompeux, rares ou abstraits ou d’expression livresques souvent employés à mauvais escient. Ainsi: «la vastitude de notre attachement amical» pour «notre grande amitié ».
Pour en revenir au plan de la théorie, à côté de la théorie de l’insécurité linguistique élaborée par l’Américain Lavov et, plus tard, le Français Pierre Bourdieu, il existe une autre analyse fondée sur la notion de «Diglossie» telle qu’elle a été décrite par Ferguson dans la revue Word en 1959. Pour ce dernier, qui fait une analyse fonctionnaliste, il existe une sorte de division du travail linguistique entre les langues: le français s’occupant de la communication formelle et le créole de la communication informelle. Dans la conception fergusonienne, l’insécurité linguistique se produit lorsque ce partage fonctionnel ne se réalise pas comme il devrait. Ex: faire un sermon en créole ou un cours universitaire en créole ou au contraire faire de l’humour ou injurier en français. Dans le premier cas, à moins que le locuteur n’ait été formé pour cela, il aura d’énormes difficultés à s’exprimer; dans le second, tout le monde sait que les créolophones ont le plus grand mal à plaisanter en français ou à injurier, sauf chez les très jeunes générations (18-20 ans) élevées avec la télévision. D’où une insécurité linguistique dans les deux cas.
NB : dans un autre article Labov, parle de l’insécuruté linguitique qui touchent les femmes. Elles sont plus respectueuses de la norme, et ceci dès l’enfance. En effet, on apprend aux filles à être polies, à bien parler, à ne pas dire de gros mots…, ceci se traduit plus tard, par cette aptitude à toujours respecter la langue normée, et s’autocorriger.
Mais qu’en est-il de notre insécurité face à la langue maternelle( L’arabe) ? Sommes-nous dans une double insécurité ?
Nous parlons la darija (le dialectal) et dans cette darija , il y a aussi une autocorrection, avec des emprunts à la langue arabe classique supposée être la norme ! les femmes, font alors ce double effort, de parler la darija, correcte (sans vulgaire), et parfois, se retrouvent aussi, face à une certaine élite( dans les débats télévisés, par exemple), dans la situation de jongler entre l’arabe classique, la darija correcte, et la darija familière !
Quel tour de force ! Chapeau mesdames !

  



Vous aimez cet article ?
Partagez-le sur
  Djc: chapitre xiii!
  Mettre la production écrite à l'esprit du temps
  Tous les messages de Jaafari Ahmed


 Réponse N°1 25382

re
  Par   elouichouany radouan  (Profle 18-07-12 à 18:25



salut si jaafari,je vous remercie d'avoir évoqué ce sujet sur lequel j'ai travaillé dans la région de beni mellal j'ai remarqué en effet que les habitants de cette région une fois ils changent de lieu ils ont tendance à adopter le parler de la région qui les reçoit c't à dire qu'un mellali se sent rapidement dans l'insécurité et cherche à se faufiler dans son nouveau entourage par le biais de la langue alors qu'un marrakchi par exemple garde son parler là ou il se déplace et il est facilement repérable.





 Réponse N°2 25383

Oui, cher ami!
  Par   Jaafari Ahmed  (Profle 18-07-12 à 18:47



Vous avez donné le parfait exemple qui illustre la théorie!

C'est d'autant juste que vous êtes connaisseur!





 Réponse N°3 25388

Et que dire de l'introduction du français dans ....
  Par   Samira Yassine  (CSle 18-07-12 à 19:11



notre parler.

Notre parler est un mélange de darija, d'arabe classique(rarement pour moi contrairement à mon amie Nadia hh) mais aussi de français, parfois même d'anglais.

J'ai longtemps critiqué les gens qui parlent français à la place de leur langue maternelle. J'ai changé d'avis. Ce n'est pas toujours une façon de se distinguer, absolument pas. Pour nous, les professeurs de français , on parle tout le temps français, alors on ne se rend pas compte comment on passe d'une langue à l'autre.

Lors de ma dernière visite à ma chère amie Nadia, sa fille lui a fait la remarque après mon départ" pourquoi maman , tu parles français quand tata est là?" Ma chère amie Nadia, maitrise la langue française et arrive à s'abstenir de l'employer en dehors du travail. Elle parle plus l'arabe classique.Quand elle m'a raconté ce que sa fille a dit je lui avoué"Moi, j'arrive pas à m'en débarrasser, par exemple, je m'énerve en français" Elle en a bien ri.

Hier, j'étais chez l'ophtalmologue et à chaque fois que je suis chez le médecin , je me transforme en "jacqueline ou marie", ou je ne sais qui. c'est plus fort que moi. Un médecin, je suis incapable de lui parler en arabe. Hier, avant de parler au médecin, je me suis promise de parler arabe, malgré moi je répondais en français.

Mon insécruité linguistique est plus alarmante à ce qu'il parait.

Votre diagnostique M Jaafari.





 Réponse N°4 25390

re
  Par   marocagreg  (Adminle 18-07-12 à 19:26



franchement je déteste ce genre de "za3louka" de certaines personnes, surtout à la télé, qui mélangent comme une grossière macédoine, l'arabe classique et dialectal, le français, l'anglais du genre :

Arjook, ana jit hna pour parler 3la al wad3iya al iktisadia de notre pays, ok !





 Réponse N°5 25392

Je pensais la même chose.
  Par   Samira Yassine  (CSle 18-07-12 à 19:39



Tout d'abord, je suis tout à fait d'accord avec vous concernant ces personnes qui mélangent ces langues de la façon la plus horrible. mais je vous dis que je me cite en exemple, je ne suis pas du tout snob, ni du genre à chercher à me distinguer ou je ne sais quoi mais c'est plus fort que moi quand je suis chez un docteur. Impossible de parler arabe, pourquoi? je ne sais pas.

Mais je n'aime pas , moi aussi, certaines personnes qui se mettent à parler français dans un milieu où tout le monde parle arabe et surtout quand les autres ne comprennent pas ce qu'on dit.

Mais des fois , on ne le fait pas expres. Par exemple rien que tout à l'heure, j'étais avec ma chère amie Zhor, on était à kénitra. Alors qu'on démarrait,Zhor a vu passer l'une de nos collègues. Mon mari s'est arrêté pour que j'aille la chercher pour nous accompagner à notre ville, on venait d'assister aux délibérations des 2èmes bac. J'ai suisvi la dame, l'appelant "oustada " pour ne pas la nommer devant les passants, elle n'aime pas ça, je l'ai suivie pendant un bon bout de temps courant même malgré mon poids . La dame ne se retournait pas. Quand je l'ai rattrapée , avec la grande conviction que c'était bien H notre amie . Dès qu'elle s'est tournée, j'ai été choquée de la ressemblance et j'ai tout de suite  i dit"excusez-moi, je vous ai prise pour une autre personne"

Pourquoi je l'ai dit en français, pourquoi la phrase est sortie tout de suite en français?

Voilà ce que j'essaie d'expliquer, on ne cherche pas à le faire, parfois ça sort tout seul et c'est ce que M Jaafari et je crois M Marocagreg, avant lui, appellent "l'insécurité linguistique".

Pourquoi je me cache dans cette langue? Ai-je un complexe? lequel?





 Réponse N°6 25394

re
  Par   marocagreg  (Adminle 18-07-12 à 19:48



rassure-toi chère ami, ça arrive à tout les monde d'utiliser quelques mots d'une autre langue dans la conversation. ce qui me dérange moi, c'est le parler de certaines personnes qui mélangent tellement deux ou plusieurs langues que leur discours en vient à devenir incompréhensible et farcesque comme quelqu'un qui marche sur deux béquilles de différentes longueurs. je ne peux pas supporter de les écouter plus d'une minute !





 Réponse N°7 25395

Vous me soulagez , cher ami.
  Par   Samira Yassine  (CSle 18-07-12 à 19:51



Là , on est d'accord.

Mais je voudrais tant ressembler aux gens du nord. Ils parlent l'arabe classique couramment ce qui permet à leurs enfants de la maitriser , contrairement à mes enfants à moi.





 Réponse N°8 25397

Madame Yassine!
  Par   Jaafari Ahmed  (Profle 18-07-12 à 20:33



Puisque vous avez fait appel à moi!

je vous dirais tout simplement que vous adorez le Za3louk!

Mais sans trop de pain , si vous voulez alléger votre poids! Il y va de la sécurité des piétons!





 Réponse N°9 25400

hhhhhhhhhhhhhh
  Par   Samira Yassine  (CSle 18-07-12 à 20:53



Oui, M Jaafari, j'adore le za3louk hh

Pour les piétons, je dois faire attention, ma fille pèse plus que moi alors faites gaffe si jamais on vous rencontre quelque part hhh





InfoIdentification nécessaire
Identification bloquée par
adblock plus
   Identifiant :
   Passe :
   Inscription
Connexion avec Facebook
                   Mot de passe oublié


confidentialite Google +