abkari hamid

évaluation: la mort de sidi med ben tahar

(décembre 2011) de page 87 à la page 90

le bourdonnement des récitateurs nous parvenait à travers les murs. de temps à autre, la femme du coiffeur poussait un long hurlement. chacun de ses cris arrachait un long soupir à ma mère. je n'osais pas jouer. pouvais-je décemment sortir mes bibelots le jour où sidi mohamed ben tahar le coiffeur, une personnalité importante de notre impasse, quittait à jamais ses parents, ses amis et ses clients?
(Suite...)

Pour lire la suite de ce cours,
veuillez vous identifiez
Ce cours est accessible uniquement aux membres.


Pseudo :
Passe :


Inscription


©marocagreg   confidentialité 2011