par : bilil fatima-zohra

évaluation :

texte :

le baron ne pouvait se lasser d'embrasser candide ; il l'appelait son frère, son sauveur. « ah ! peut-être, lui dit-il, nous pourrons ensemble, mon cher candide, entrer en vainqueur dans la ville, et reprendre ma soeur cunégonde_ c'est tout ce que je souhaite, dit candide ; car je comptais l'épouser, et je l'espère encore_ vous, insolent ! répondit le baron, vous auriez l'imprudence d'épouser ma soeur, qui a soixante et douze quartiers ! je vous trouve (Suite...)


Pour lire la suite de ce cours,
veuillez vous identifiez
Ce cours est accessible uniquement aux membres.


Pseudo :
Passe :


Inscription


©marocagreg   confidentialité 2011